La députée UMP Muriel Marland-Militello a demandé au ministre de l’éducation nationale de renforcer la sensibilisation des jeunes à l’action de la Haute Autorité et au danger du piratage. La loi Hadopi a modifié deux articles du code de l’éducation, afin de permettre une information sur la mise à disposition illicite d’oeuvres protégées par le droit d’auteur.

Membre de la commission des affaires culturelles et de l’éducation à l’Assemblée nationale, la députée UMP Muriel Marland-Militello est très attachée au principe d’Internet civilisé prôné par Nicolas Sarkozy. Elle se montre par conséquent très active sur les questions de droit d’auteur, réclamant tantôt la réduction de la fracture numérique pour favoriser l’offre légale, tantôt une allonge de 2 millions d’euros au budget de la Hadopi.

Cette fois, l’élue des Alpes-Maritimes oriente ses efforts en direction des jeunes. Dans une question écrite adressée aux services de Luc Chatel, ministre en charge de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, elle demande comment la Hadopi est promue à l’école, afin de sensibiliser les élèves aux enjeux du droit d’auteur à l’heure du numérique.

Muriel Marland-Militello rappelle à cette occasion que le code de l’éducation a été modifié par la loi Hadopi. L’article L312-6 dispose que « les élèves reçoivent une formation sur les dangers du téléchargement et de la mise à disposition illicites d’œuvres ou objets protégés par un droit d’auteur ou un droit voisin pour la création artistique« , dans le cadre des enseignements artistiques obligatoires.

L’article L312-9 indique que les élèves « reçoivent de la part d’enseignants préalablement sensibilisés sur le sujet une information sur les risques liés aux usages des services de communication au public en ligne, sur les dangers du téléchargement et de la mise à disposition illicites d’œuvres ou d’objets protégés par un droit d’auteur ou un droit voisin pour la création artistique« .

Cette formation, dispensée dans les enseignements de technologie et d’informatique, doit également évoquer « l’existence d’une offre légale d’œuvres ou d’objets protégés par un droit d’auteur ou un droit voisin sur les services de communication au public en ligne« .

Selon Muriel Marland-Militello, ces dispositions « font partie intégrante de la dimension pédagogique et citoyenne des lois Hadopi » et accroissent « la démocratisation culturelle, en particulier grâce au formidable outil que constitue internet, dans le respect de la propriété intellectuelle. Elles contribuent ainsi à l’avènement de l’Internet civilisé que les citoyens appellent de leurs voeux« .

L’information voulue par le gouvernement et la majorité présidentielle reste toutefois bancale, puisque l’utilisation des licences libres n’est pas évoquée. Le rapporteur de la Hadopi à l’Assemblée nationale, Franck Riester, avait alors estimé que ça n’était pas vraiment nécessaire d’imposer ce sujet au niveau de la loi, préférant l’option de la directive du ministère.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.