La superproduction hollywoodienne réalisée par Greta Gerwig devait sortir officiellement au Vietnam le 21 juillet. Mais, début juillet, le ministère de la Culture a annoncé que la licence du film était invalidée à cause d’une frontière contestée en mer de Chine.

Une comédie romantique, un blockbuster centré sur le personnage de la poupée la plus célèbre du monde, un univers tout en rose… à priori pas de quoi crier au scandale sur le nouveau film de l’Américaine Greta Gerwig.

Pourtant, le long métrage que tout le monde attend, et qui a pour vedettes Margot Robbie et Ryan Gosling, a mis en colère les autorités vietnamiennes, accusant Hollywood d’être pro-Chine. Résultat : il ne sortira pas en salles. Vi Kien Thanh, chef du département de cinéma du Vietnam, a confirmé l’interdiction du film au journal vietnamien Tuoi Tre Online le 3 juillet dernier.

Barbie et Ken, les personnages principaux de Barbie. // Source : Warner Bros sur Youtube. Capture d'écran Numerama.
Scène avec Barbie et Ken dans le monde de Barbie. Source : Warner Bros sur YouTube. Capture d’écran Numerama.

Une interdiction liée à la géopolitique

Une scène du film, une seule, c’est ce qu’il aura fallu pour que la licence de diffusion du film lui soit retirée au Vietnam. En cause, sur un plan, on peut apercevoir Barbie devant une carte du monde, dessinée à un peu à la matière d’un enfant. Presque imperceptible, à côté de la Chine, une ligne avec des tirets est représentée. D’un point de vue géopolitique, il pourrait s’agir de la « nine dash line » la « ligne en neuf traits » en français. C’est en tout cas ce qu’ont considéré les autorités vietnamiennes.

Le fameux plan de la carte du monde qui a irrité le gouvernement vietnamien.

Mais, qu’est-ce qui est si dérangeant dans ces quelques pointillés sur une carte ? En fait, la Chine utilise cette ligne pour délimiter les territoires qu’elle revendique en mer de Chine méridionale. Mais, les pays voisins de la Chine, notamment le Vietnam, contestent cet arbitrage chinois.

La Chine, qui trace cette frontière en pointillés sur les cartes depuis 1947, essaye de plus en plus d’étendre son influence dans cet espace maritime, par nationalisme et parce que c’est une zone qui regorge de ressources, spécialement du pétrole. Le pays a été accusé de harceler des pêcheurs vietnamiens dans la zone et de renforcer sa présence militaire en y construisant des bases.

carte des revendications en mer de Chine méridionale par Voice of America // Source : Wikimedia Commons Voice of America
Carte des revendications en mer de Chine méridionale // En rouge, la ligne qui délimite les territoires revendiqués par la Chine. Source : Wikimedia Commons, Voice of America

Une censure récurrente

Ce n’est pas la première fois qu’un film ne peut pas sortir en salle au Vietnam à cause de ce conflit territorial. En 2019, le film d’animation des studios DreamWorks « Abominable » avait été interdit, lui aussi, parce qu’il contenait un plan avec la ligne en neuf traits sur la carte. En 2022, c’est le blockuster « Uncharted » avec Tom Holland et Antonio Banderas qui s’était retrouvé dans la même situation. Même Netflix a dû s’incliner face aux autorités vietnamiennes en retirant de la plateforme l’intégralité de la série d’espionnages australienne « Pine Gap ».

Et, le Vietnam n’est pas le seul pays de la région à bannir des productions cinématographiques en raison du conflit en mer de Chine. Le 12 juillet, les autorités philippines ont tranché : si Warner Bros veut sortir Barbie dans les salles de cinéma du pays, le plan représentant la carte controversée devra être flouté. Même le monde de Barbie semble avoir ses défauts…

« Les Philippines devraient interdire Barbie et suivre l’exemple du Viêt Nam. Tout comme Mulan (Disney), Hollywood se plie à l’influence chinoise en montrant la « ligne en neuf traits » par laquelle la Chine revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale. »

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !