L’éditeur Activision a décidé de rappeler tous les exemplaires allemands de son jeu de tir à la première personne Wolfenstein. Malgré un énorme travail de censure de la symbolique nazi imposée par la loi allemande, certaines images (voire une seule) avaient été oubliées.

La loi allemande est très sévère pour les éditeurs de jeux vidéo qui doivent se soumettre à la censure dès qu’ils souhaitent commercialiser outre-Rhin des jeux violents, ou des jeux basés sur la traumatisante seconde guerre mondiale. Outre l’hémoglobine qui doit être quasiment inexistante, les jeux ne doivent présenter aucun signe iconographique relatif au régime nazi. Que ce soit des croix gammées ou l’insigne des soldats SS.

Pour sortir Wolfenstein en Allemagne, Activision s’était donc livré à cet exercice de censure imposée. Un travail titanesque puisque le jeu de tir à la première personne est d’une extrême violence, et qu’il plante son décor précisément dans l’univers nazi que le joueur doit combattre. Les graphistes ont donc multiplié les symboles nazis, et ont dû tout effacer pour la version allemande. Le site Schnittberichte.com permet de se rendre compte du travail titanesque avec une collection impressionnante de captures d’écran comparées entre la version allemande et la version destinée au reste de l’Europe.

Mais après la sortie du jeu, Activision s’est rendu compte qu’il restait encore des symboles nazis oubliés par ses équipes. Apparemment, si l’on en croit Schnittberichte, ce serait cette seule image où apparaît une très discrète croix gammée qui serait passée entre les mailles du filet. Suffisant cependant pour qu’Activision décide de rappeler tous les exemplaires de Wolfenstein en Allemagne et d’éditer une version corrigée :

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !