La flotte de voitures utilisée par Google pour alimenter sa connaissance dans la conduite autonome a désormais accumulé autant d'expérience qu'un conducteur qui aurait roulé pendant trois siècles.

Google continue d’accumuler beaucoup d’expérience dans la conduite autonome. Et surtout, la firme de Mountain View en gagne de plus en plus vite. C’est ce qui ressort du dernier point d’étape que le groupe a partagé le 27 novembre dans un article publié sur Medium. Non seulement la compagnie atteint des sommets en termes de distance parcourue, mais en plus elle ne cesse d’accélérer.

En effet, il n’a fallu que six mois à Waymo, la filiale de Google qui gère ses activités dans la conduite autonome, pour parcourir son dernier million de miles (environ 1,6 million de kilomètres). À titre de comparaison, il a fallu pratiquement six ans à la firme pour franchir son tout premier million de miles, puis seize mois pour le deuxième et sept mois pour le troisième.

Les grandes étapes franchies par Waymo.

Cette distance, 4 millions de miles, soit dans notre système métrique un peu plus de 6,4 millions de kilomètres, a été couverte en conditions réelles, c’est-à-dire sur la voie publique. Google précise par ailleurs que c’est sur le réseau routier de vingt-trois villes réparties sur quatre États américains (Washington, Texas, Arizona, Californie) que cette expérience a été amassée.

Pour visualiser ce que représente un tel trajet il faudrait qu’un conducteur américain roule pendant 300 ans pour égaler la même connaissance de la route acquise par Waymo. Cela étant, cette comparaison a quelques limites : Google oppose en effet un conducteur seul face à une flotte de véhicules où chaque entraînement individuel de chaque automobile est ensuite partagé avec toutes les autres.

C’est toute une flotte de véhicules qui est mobilisée.

Il faut en effet savoir qu’à la fin de l’année dernière, il était annoncé la mise en circulation d’une flotte de cent voitures puis, au printemps, de multiplier sa taille par cinq. Comment dans ces conditions un conducteur standard peut-il espérer égaler l’expérience cumulée de 500 véhicules autonomes ? Mécaniquement, plus la flotte grossira, plus les kilomètres seront avalés rapidement.

Et à cela s’ajoute tout l’entraînement en simulation. Selon Google, son système de bord a été entraîné sur plus de 4 milliards de kilomètres grâce à l’utilisation de 25 000 véhicules virtuels — ces simulations visent surtout à entraîner les autos aux situations complexes qui ont été rencontrées sur la route par les vrais véhicules. Et ce nombre, déjà gigantesque, ne concerne que ce qui a été accompli en 2016.

Partager sur les réseaux sociaux