Une partie des véhicules autonomes de Waymo qui circulent à Chandler, dans l'Arizona, vont désormais rouler sans la moindre présence au volant. Une avancée importante pour la technologie développée par cette filiale de Google.

John Krafcik, patron de Waymo, la filiale de Google dédiée à la voiture autonome, n’exagérait pas quand il confiait aux journalistes venus observer son centre de test, fin octobre : « Nous sommes vraiment tout près [d’un déploiement] ». La preuve : certains de ses véhicules vont poursuivre leur phase d’essai sur des routes publiques sans personne derrière le volant, alors que cette présence de sécurité était jusqu’ici systématique.

Dans un communiqué, Waymo précise que cette avancée reste réservée à une zone bien précise : « Désormais, dans une zone de la région de Phoenix [dans la banlieue de Chandler], une petite partie de notre flotte opérera en mode totalement autonome, avec Waymo comme seul chauffeur. À terme, nous couvrirons une région plus grande que le grand Londres, et nous continuerons d’ajouter des véhicules au fil de nos avancées. »

Ces trajets 100 % autonomes seront dans un premier temps réservés aux membres du programme « Early Rider » de Chandler avant d’être ouverts à tous les usagers, « au cours des prochains mois ». The Verge souligne en outre qu’un employé de Waymo restera bien présent à l’intérieur du véhicule, à défaut d’être au volant — ce qui prouve la confiance de l’entreprise dans la fiabilité de ses véhicules, même si une présence humaine reste nécessaire à ce stade.

Une longueur d’avance sur la concurrence

Le maire de chandler, Jay Tibshraeny, s’est félicité de cette annonce : « Le travail mené par Waymo à Chandler est révolutionnaire. […] Cette R&D qui prend place dans notre communauté permettra, à terme, de rendre nos routes plus sûres et d’offrir plus de liberté aux personnes dans l’incapacité de conduire. »

Depuis plusieurs semaines, Waymo multiplie les annonces autour de la progression de ses véhicules. L’entreprise a ainsi signé un accord avec le concessionnaire AutoNation, pour assurer la maintenance de ses véhicules, ou encore abandonné l’idée d’une fonctionnalité permettant de laisser temporairement le contrôle à la voiture tout en étant prêt à le reprendre à tout moment.

Waymo pourrait également conforter sa longueur d’avance sur son rival Uber lors de son procès de décembre face au service de VTC, qu’il accuse de vol de technologie autour de la voiture autonome.

Partager sur les réseaux sociaux