Numerama étrenne son statut flambant neuf d' « Official User » sur Ulule, pour donner un coup de pouce aux projets que nous trouvons prometteurs. L'occasion de vous présenter quelques initiatives en pleine campagne de financement sur la plateforme.

Le crowfunding, ou financement participatif pour les moins anglophones d’entre nous, ne date pas d’hier : les premiers projets de financements communautaires et participatifs sont nés au dix-huitième siècle. En 1884, un projet de très grande ampleur a vu le jour grâce au financement participatif : la Statue de la Liberté.

Pour l’anecdote, le comité chargé de sa construction a manqué de fonds pour ériger le piédestal de la statue, et c’est Joseph Pulitzer qui est venu à sa rescousse. Par l’intermédiaire de son journal, The New York World, il est parvenu à récolter plus de 100 000 $ en six mois auprès de ses lecteurs. « Le World est le journal du peuple, et maintenant il fait appel au peuple pour récolter de l’argent. (…) N’attendons pas que les millionnaires nous donnent cet argent », écrivait le journaliste en mars 1885.

En ce début de 21e siècle, l’histoire du crowfunding s’écrit sur Internet

Nous ne sommes plus en 1885, mais le crowfunding existe toujours, sous d’autres formes. Il s’organise maintenant sur la toile, principalement par l’intermédiaire de plateformes dédiées qui connaissent un succès fulgurant ces dernières années. Sur Numerama, vous avez sans doute croisé nos articles sur les projets portés par ce biais, notamment sur la plateforme Ulule, lancée en 2010 à Paris.

À partir d’aujourd’hui, Numerama est devenu  « Official User » sur la plateforme Ulule. Concrètement, cela nous permet d’apposer notre logo auprès des projets que nous avons remarqués sur le site — une manière de leur donner notre coup de pouce — et que nous soutenons. Cette revue de projets reviendra donc régulièrement — a priori tous les mois, plus si l’actualité de la plateforme le permet.

Si vous vous sentez l’âme généreuse, et que vous souhaitez contribuer à des projets de la tech et du numérique, voici donc une sélection de quelques initiatives en cours de financement, qui ont attiré notre attention.

Tout s’apprend dans les livres, même le jargon numérique

Réflexe Virtuel — Chronique d’un langage émergent est un livre. Pas une liseuse, non, un livre fait de papier et d’encre. Son objectif ? Vulgariser l’évolution des mots employés pour parler numérique, afin d’analyser comment le langage en réalité virtuelle pourrait bousculer nos usages dès demain. Le projet est porté par Val Kyndt et Hich Lahmamsi, respectivement écrivain et designer produit, et tous les deux passionnés de trans-humanisme.

« Comme l’écran d’ordinateur dans les années 80 ou le smartphone à l’aube du 2ème millénaire, voila qu’un nouveau support débarque et nous offre la possibilité de repenser tous les usages numériques connus. Quelle grammaire, quel langage émergeront ? Que pouvons nous attendre d’un medium intimiste si puissant ? », s’interrogent les créateurs de cet ouvrage de 210 pages orné de nombreuses illustrations.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, le projet a atteint 30 % de son objectif, à savoir 200 préventes . Il reste vingt jours à Réflexe Virtuel pour atteindre son objectif. La contribution minimale est fixée à 20 € ; c’est également la somme qui vous permettra de recevoir un exemplaire de la première édition, spéciale Ulule, du livre.

Réflexe Virtuel

Un filtre pour favoriser l’accès à l’eau potable

Avoir un accès à l’eau potable à portée de main n’est pas une évidence pour tous les êtres humains de cette planète. C’est en partant de ce constat que la société italienne Sustainable Water Project, est créée en 2016 par six Italiens qui ambitionnent de se spécialiser dans des projets de purification et de production d’eau potable hors réseau. Avec Drop 99, SWP a conçu un filtre portable capable de bloquer 99,99 % des bactéries contenues dans les eaux polluées, permettant de l’ingérer sans craindre de contracter des maladies bactériennes.

Intégré à un projet culturel plus large, « Bien boire », leur projet s’inscrit dans une démarche éducative, afin de faire de ce filtre un objet domestique, personnel et utilisé au quotidien — et non un recours seulement utilisé en cas d’urgence.

L’objectif annoncé est de 20 000 €, et doit permettre aux entrepreneurs de développer du matériel éducatif, traduit dans différentes langues et dialectes. Si le second pallier de 40 000 € est atteint, des applications mobiles pourront venir compléter le filtre. Actuellement, le projet est financé à hauteur de 58 %.

Drop 99

Une bibliothèque numérique géante entre collègues ou voisins

Vous avez déjà lu tous vos livres plusieurs fois et ils prennent la poussière ? Le projet TonBookToo pourrait leur redonner un peu de fraîcheur. L’idée est simple : constituer une bibliothèque numérique géante et conviviale afin de permettre à ses utilisateurs d’échanger, de prêter ou de vendre leurs livres. À l’aide de l’application, il suffit de créer l’inventaire de sa collection personnelle, en scandant le code ISBN des livres.

En fonction de vos choix et de vos habitudes de vie, la plateforme vous oriente alors vers des lecteurs qui pourraient partager avec vous leur collection, pour un prêt ou un achat. Comme dans une bibliothèque traditionnelle, il est possible de prévoir une date de retour pour les emprunts. Le projet TonBookToo est né de la collaboration de Valentine Dubot, entrepreneure, et Arnaud Poissonnier, spécialiste de l’économie collaborative, tous deux férus de lecture.

TonBookToo a pour le moment atteint 66 % de son objectif de crowfunding. Il reste 26 jours aux donateurs pour contribuer au projet et lui permettre d’atteindre la somme de 3 500 €.

Partager sur les réseaux sociaux