Le nom du village russe de Stupino ne vous dit sans doute rien : pourtant, c'est là-bas qu'une startup américaine vient d'imprimer une maison entière en 3D. Un défi relevé en à peine vingt-quatre heures.

Si l’impression 3D est aujourd’hui capable de construire des ponts, pourquoi pas des habitations ? Une startup de San Francisco l’a fait : en vingt-quatre heures top chrono, l’entreprise Apis Cor et PIK Group (leader du secteur de la construction en Russie), ont mis sur pied une petite maison dans le village russe de Stupino. Une imprimante 3D mobile s’est chargée d’ériger les murs en béton et cloisons du bâtiment. Les seules interventions humaines ont consisté à installer les câblages, les isolations thermique et hydro-acoustique, ainsi qu’à donner le coup de peinture final.

Certes, cette habitation est de taille modeste : elle mesure 400 pieds carrés, soit un peu plus de 37 mètres carrés (l’équivalent d’une grande chambre d’hôtel). Mais pour une première maison intégralement imprimée en 3D, il semblait plutôt logique de ne pas s’attendre à voir sortir de terre une villa.

70 % d’économies par rapport aux méthodes de construction classiques

Au total, la construction du bâtiment a coûté 10 134 $ à Apis Cor, qui indique que le plus gros de ce budget a servi à installer la porte et les fenêtres. La startup estime avoir fait une économie de 70 %, en comparaison des coûts engendrés par une construction plus classique en béton et blocs de construction. C’est bien moins que la somme qui avait été mobilisée à Dubaï l’année dernière pour imprimer en 3D un espace de travail entier.

Dans cette vidéo, Apis Cor résume le processus de construction de la maison. Les images permettent également de voir que l’intérieur a été agencé en petit nid douillet, où Samsung a installé une télévision à écran incurvé, qui épouse parfaitement la paroi de la maisonnette.

« Pour la première fois en Russie, une maison a été imprimée dans son ensemble, au lieu d’être montée à partir de panneaux pré-imprimés », explique Apis Cor sur son site. Afin de voir si l’imprimante pouvait fonctionner par temps glacial, la startup a choisi volontairement de construire cette maison pendant la période la plus froide de l’année.

Une première en Russie

Si l’imprimante peut fonctionner tout en supportant une température de moins 35 degrés, il a fallu trouver une solution pour l’encre, dont l’utilisation n’est possible qu’à partir de 5 degrés. La startup a contourné le problème en recouvrant le site de construction d’une tente.

Grâce à l’impression en 3D, Apis Cor espère voir s’ouvrir une nouvelle ère dans le domaine de la construction immobilière des bâtiments de faible hauteur. Si elle ouvre de nouvelles perspectives architecturales, l’impression 3D pose néanmoins encore la question de sa nocivité potentielle pour notre santé.

Partager sur les réseaux sociaux