En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

En savoir plus
Nos impressions sur le HTC Vive

La réalité virtuelle proposée par le HTC Vive est une expérience différente de tout ce que nous avons pu tester jusqu'ici. Nous vous emmenons en voyage dans ces nouveaux univers.

Hum. Exercice difficile que d’écrire sur une expérience comme celle que je viens de vivre, comme plusieurs dizaines de journalistes, avec le casque de réalité virtuelle de HTC et Valve, le fameux Vive. D’abord, il y a la barrière de la visualisation. Je n’ai pas pu prendre de photos de ce que j’ai vu et vécu, dans la mesure où c’était dans un casque et que c’était tout autour de moi — une capture d’écran n’a aucun sens. Ensuite et surtout, il y a la barrière des sens : impossible de trouver les mots justes pour vous faire ressentir non pas ce que j’ai essayé pendant ces trente minutes, mais où j’étais. Avec toutes ces discussions autour des mondes virtuels, il faudrait presque inventer un appareil qui puisse transmettre des sensations d’une personne à une autre via le web, histoire qu’on puisse raconter les choses de manière augmentée.

Mais soit, je vais essayer. En commençant par une comparaison. La photo de Zuckerberg lors de son show au cours de la conférence de Samsung a fait émerger sur le web autant de bonnes analyses que des recueils de philosophie de comptoir, mais à dire vrai, la réalité virtuelle qu’on voit sur la photo est une blague à côté de la réalité virtuelle proposée par Valve et HTC. Un Gear VR est un objet sympa avec lequel à peu près tout le monde pourra tester de petites expériences sur mobile et impressionner ses copains le temps d’un apéro. Mais il y a un univers entre cet objet et le Vive. Pour le dire vite, le Gear VR c’est le Futuroscope, le HTC Vive, c’est le futur.

Le Gear VR c’est le Futuroscope, le HTC Vive, c’est le futur.

Imaginez-vous dans une pièce, avec un casque de réalité virtuelle sur la tête, un casque audio sur les oreilles, et une manette dans chaque main. D’un instant à l’autre, cette pièce est virtualisée. Vous êtes toujours dans la pièce, mais les murs que vous voyez sont de la 3D, affichée en temps réel. Vous levez vos mains devant vous, elles apparaissent grâce à la caméra placée à l’avant de l’appareil (il faut d’ailleurs faire ici un mea culpa : nous nous moquions gentiment de cette innovation présentée comme révolutionnaire, mais il faut avouer qu’elle change beaucoup de chose).

Vous êtes en réalité semi virtuelle, un mix entre ce qui se trouve autour de vous et l’environnement virtuel. Rien d’impressionnant pour l’instant, mais cette intro est nécessaire pour clarifier une chose : vous n’êtes pas un avatar qui se déplace d’une manière ou d’une autre, vous n’incarnez pas un modèle 3D qui aura une latence sur vos mouvements. Non, c’est vous, dans un ailleurs.

IMG_7726

 

Voilà, maintenant, la démo se lance et vous arrivez dans une sorte de boutique virtuelle. Vous vous déplacez dans ce lieu et pour vous familiariser avec votre environnement, vous pouvez gonfler des ballons de baudruche avec le logo de Steam dessus. Dans vos mains, dans l’univers virtuel, se trouvent les mêmes commandes que dans vos mains réelles et l’illusion est parfaite dans la mesure où les capteurs lasers disposés dans deux endroits de la pièce prennent votre position — et celles des pads contrôleurs — au millimètre près à peu près 60 fois par seconde.

Vous gonflez donc des ballons et vous les poussez loin de vous en tapant dedans. L’effet est saisissant de réalisme, la physique est parfaite et on sent le ballon partir au loin. C’est aussi l’occasion de prendre en main la roue tactile au centre de la commande qui permet d’afficher et d’utiliser des menus virtuels qui se situeront au niveau de vos mains. Ici, c’est facile, on change la couleur des ballons. Je crois que je devais m’éclater à ce moment-là parce que la personne qui devait lancer la démo m’a laissé jouer dans cet univers pendant une période beaucoup trop longue pour être normale. Après tout, ce n’était que le menu. Place à l’expérience.

Le nouveau monde

Cut, je me retrouve sous l’eau, à l’avant de l’épave d’un bateau qui a dû couler il y a de nombreuses années. Si j’aime beaucoup la navigation, je déteste la mer : je me suis toujours senti faible et désarmé dans cet environnement, face à des êtres poissonesques tous mieux conçus les uns que les autres par des siècles d’évolution pour vivre dans du liquide salé. Je n’étais donc pas à l’aise du tout, physiquement pas à l’aise. Parce que j’étais physiquement là-bas, sous l’eau. Un banc de poisson est passé à proximité et les petites bêtes se sont enfuies quand j’ai bougé ma main dans leur direction.

Puis je me suis assis pour pouvoir contempler plus tranquillement les fonds marins — contrairement aux casques qui ne sont pas assistés par une détection laser, le système reconnaît ma position sur un axe vertical Bien entendu, je n’ai ressenti aucune sensation de mouillé, mais beaucoup d’émerveillement. La crainte initiale de la réalité a laissé sa place au confort du virtuel. J’ai vu des raies naviguer gracieusement autour de moi et je me suis levé de nouveau pour me pencher par-dessus bord : au loin, l’océan semblait infini et les ténèbres du fond marin, effrayantes.

theblu_encounter_wevr

Dans un grondement sourd qui m’a immédiatement fait penser à ça-y-est-un-requin-arrive-je-vais-virtuellement-mourir, une baleine bleue s’est approchée de l’épave. Elle est restée un moment là, à me fixer, L’impression étrange de rejouer la scène d’un Kafka devant son poisson de l’aquarium de Berlin, où l’écrivain a vu dans le regard de la bête, derrière l’œil physique, un membre de sa famille éloignée. La baleine était étrangement réelle et j’étais étrangement là, à l’approcher avec la crainte et le respect qu’on doit à un véritable géant marin. Puis elle est repartie, me laissant seul sur le bateau et je suis revenu petit à petit dans ma pièce semi virtuelle.

Un nouveau monde s’est matérialisé devant mes yeux, bien différent du précédent : je suis arrivé sur un spatioport. Des vaisseaux au loin naviguaient de nuage en nuage. J’ai levé mes mains devant moi et je me suis aperçu que j’avais des armes, deux pistolets. La gâchette du gamepad déclenche le tir et ces armes sont dans mes mains : ce ne sont pas des simulations qui seront toujours parallèles à ma vue. Je peux tirer à gauche sans regarder ce qui se passe, me baisser, croiser mes mains pour shooter avec style.

pirate

Mon interlocuteur m’a dit de prendre mon bouclier, qui est accroché dans mon dos. Pendant quelques secondes, j’ai essayé d’appuyer sur un bouton pour changer d’arme, alors qu’il fallait simplement que je prenne le bouclier… dans mon dos. J’ai passé ma main par dessus mon épaule et le bouclier était là quand je l’ai ramenée devant moi. Même mouvement pour le ranger et dégainer de nouveau mon flingue. Des ennemis qui ressemblent à un mélange entre les tourelles de Portal et la boule d’entraînement de Luke Skywalker à bord du Faucon ont surgi et m’ont naturellement attaqué. Au milieu d’un chaos de laser, j’ai enchaîné les tirs et les esquives avec mon corps, tout en prenant mon bouclier pour me protéger des salves à gauche quand je m’occupais des ennemis à droite. Éprouvant.

Ce n’est qu’une démonstration, mais on imagine assez bien ce que des développeurs talentueux pourront faire d’une telle liberté de mouvement. Un shooter en ligne pourra prendre une dimension radicalement différente si on ne contrôle plus un personnage, mais qu’on est un personnage. Les Laser Game vont avoir du souci à se faire quand les premiers Virtual Reality Game débarqueront. La précision des mouvements est telle que les applications dépendent vraiment de la créativité des développeurs. HTC m’a annoncé que 100 jeux seraient compatibles dès la sortie du Vive ; il faudra, on imagine, attendre un peu avant de voir les premiers titres vraiment VR-first.

Cut, expérience suivante, et après 3 jours de salon, je suis complètement épuisé et j’espère au fond de moi que ce sera quelque chose de plus calme. Je veux retourner avec les poissons. Ou dans l’espace, c’est bien l’espace. Mais non, c’est dans une sorte d’Illustrator en réalité virtuelle conçu par Google qu’on m’emmène. Main gauche, la palette du peintre 2.0 : tous les brushs sont accessibles et je les sélectionne avec ma main droite, devenue une sorte de stylet multifonction. Je peux changer également la couleur et la taille des effets en jouant avec cet élément virtuel. On est extrêmement loin de la prise en main d’un logiciel complexe de DAO : ici, vous peignez en trois dimensions comme si vous étiez au cœur d’une toile et vous tenez les objets virtuels dans vos mains réelles.

Tilt_Brush_Attrib_Michael_Shilliday

 

On peut se déplacer dans cette pièce : j’ai donc décidé d’utiliser le brush étoiles filantes pour me faire un ciel étoilé et le brush feuilles d’automne pour me dessiner un abri. Je me suis mis ensuite sous cette muraille de feuille et je me sentais bien, au chaud, comme dans un terrier, loin du chaos du MWC. Je me suis un peu amusé depuis le confort de mon abris avec les autres pinceaux quand la voix de mon hôte, que j’avais complètement oublié à ce moment-là, m’a dit que la démo allait se terminer et qu’il allait enlever mon casque. Immédiatement, mon esprit a imprimé en lettres capitales police 300 un NON franc et massif, mais je n’avais pas le choix : on m’arrachait de ce monde et j’ai émergé dans la même pièce blanche qui était déjà là au début de mon voyage.

valve-vive-1

Fin du voyage

J’ai été rapidement conduit à la sortie pour que quelqu’un d’autre prenne ma place mais avant de me remettre au monde réel, le démonstrateur m’a lâché un : « vous avez beaucoup souri, vous aviez l’air heureux  !  ». Ben oui, j’étais heureux. J’ai vécu quelque chose de différent de tout ce que mes 26 premières années d’existence ont pu me faire vivre, j’ai entrevu un monde sans limite en ayant l’impression, une fois sorti, d’être à la place du Replicant à la fin de Blade Runner récitant son fameux I’ve seen things you people wouldn’t believe.

I’ve seen things you people wouldn’t believe

C’était fantastique et je ne pense qu’à deux choses depuis que je suis de retour dans notre monde La première, c’est trouver les mots justes pour faire comprendre à nos lecteurs que la réalité virtuelle a la possibilité de changer radicalement le monde et la manière dont nous vivons et dont nous faisons l’expérience du réel et du virtuel — je pense honnêtement avoir échoué. La deuxième, c’est que je veux y retourner le plus rapidement possible, quitte à finir dans l’édito accusateur d’un canard à propos de ces gens qui ont perdu le sens de la réalité. 

Je crois plutôt que, enfin, on en a découvert une autre.

Commentaires

MWC 2016 : j’ai été dans la réalité virtuelle de Vive et je ne veux plus en sortir

  • Voir la discussion complète
  • Belle narration de l\'expérience, on se prend vraiment à y rêver. Maintenant je ne veux pas jouer les rabat-joies mais est-ce qu\'on n\'est pas en train d\'inventer une nouvelle activité encore plus chronophage et addictive que ce qui existait déjà? Le tout avec un côté individualiste voire \"égoiste\" de l\'expérience qui me semble limite dangereux.
    je m\'imagine déjà dans Asimov sur Solaria , une planète où les hommes ne supportent pas de se rencontrer physiquement... Ceci dit je m\'égare surement...

    Merci en tous cas pour l\'article

    Thomas

    • Tu veux dire comme lire un livre tout seul dans son coin?

    • J'y pense aussi beaucoup (j'avais oublié Solaria !). À voir comment la VR pourra se partager, avec un appareil comme un Vive équipé d'une caméra, j'imagine qu'on pourrait assez facilement être 2 joueurs ou plus dans un même environnement partagé.

  • Waaaa ça donne envie.

    J'espère quand même que certains jeux seront jouables affalé dans le canapé... ^^

  • Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n'est permise dorénavant.

  • Ca décoiffe, n'est-ce pas ?

    Ca fait presque dix ans que, ayant fait connaissance avec ces mondes virtuels (mais sur écran), je suis persuadé que l'humanité finira aspirée dedans, pour le meilleur ou pour le pire. Après tout, nous avons déjà été aspirés par la télévision. Il est trop tentant de jouer au créateur, sortir une ville de sa poche et la reconfigurer du bout des doigts. Car certaines de ces réalités ne sont pas des produits à consommer, mais des espaces vierges à peupler de nos créations. Nous ne résisterons pas à la tentation d'entrer dans nos rêves. Bienvenue dans la matrice.

    Au sujet de ce film sous-marin, il m'a d'abord paru trop bien rendu pour être de la synthèse. Les marques du temps sur l'épave, le bleu de mer, la tâche solaire... je me suis laissé prendre. Il est si simple d'immerger une caméra 3D. Puis j'ai vu qu'il y avait vraiment trop. Une raie manta et une baleine qui viennent vous faire un coucou dans la même minute, ça s'est jamais vu. C'est quand-même extrêmement réussi.

  • BWAAAAAH l'horreur pour les gold farmers chinois qui vont devoir réellement faire des actions répétitives avec leurs mains et leur corps entier. :smile:

  • Voir la discussion complète

En cours (10 min) : MWC 2016 : j’ai été dans la réalité virtuelle de Vive et je ne veux plus en sortir