Don Ho ne souhaite pas que son logiciel Notepad++ soit utilisé par des électeurs du Front National. Il l'a fait savoir sur Twitter ; nous l'avons rencontré pour en discuter.

C’est dans un tweet que Don Ho, le créateur du logiciel libre d’édition de texte Notepad++ s’est exprimé à propos des résultats des régionales, qui donnent le Front National vainqueur du premier tour. Il rappelle à ses utilisateurs français que Notepad++ a « été écrit par un immigré » et invite les électeurs du FN qui utiliseraient son logiciel à le désinstaller. Ho ne se perd pas en explications, mais affirme qu’il préfère perdre des utilisateurs plutôt que d’en avoir qui soutiennent le parti d’extrême droite et ses positions sur l’immigration.

Car Don Ho était étudiant en littérature française à l’Université de Taiwan quand il a rejoint la France en 1996. Changement de cap pour lui arrivé à Paris puisqu’il commence ici ses études en informatique à l’Université Paris 7. Il a obtenu sa nationalité française il y a seulement quatre ans.

NotePad++, c’est un projet qu’il a commencé alors qu’il était employé dans une SSII. Leur éditeur de texte utilisé en interne était lourd et peu flexible et il s’est mis dans la tête de développer un nouveau logiciel. Il souhaitait qu’il soit léger, rapide et efficace : c’est à ce moment-là que les premières lignes de code de NotePad++ ont été écrites. Mal avisée, l’entreprise a refusé d’adopter son logiciel en interne. Il a donc décidé de continuer à le développer sur son temps libre et l’a publié en 2003 sous licence GPL.

notepad++-screenshot

Quand nous lui disons que c’est assez rare de voir un logiciel grand public politisé au niveau national, il reconnaît que ce n’est pas une pratique habituelle dans le monde du développement : « Oui, c’est rare. On n’aime pas mélanger politique et logiciel. Et puis les utilisateurs n’aiment pas trop qu’on fasse cela, affirme-t-il. Je me suis inscrit en faux par rapport à cette tradition car je pense que les réseaux sociaux sont fait pour ça. Cela n’implique pas le logiciel en lui-même, seulement mon avis. Et ce n’est pas vraiment politique pour moi, c’est la défense de valeurs universelles ». Politiser le logiciel, il affirme ne l’avoir fait qu’une fois, en janvier dernier, quand il a fait une édition Je Suis Charlie de NotePad++.

S’il a bien constaté des désinstallations de NotePad++, et même d’utilisateurs qui n’ont simplement pas apprécié le mélange des genres sans être eux-mêmes des électeurs FN, il s’en soucie peu professionnellement : pour lui, seule la qualité d’un logiciel compte. Et de conclure : « En fait, ce n’était pas mon intention de donner des valeurs au logiciel. C’était bien plus un coup de gueule. Je n’ai pas envie que la France devienne ce que le FN veut en faire. Ce que j’ai vu lors des régionales, ce n’est pas ce que j’ai appris de la France.  ».

Ce n’était pas mon intention de donner des valeurs au logiciel. C’était bien plus un coup de gueule

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés