Spécialisée dans la neurotechnologie, Rythm vient de lancer son premier bandeau connecté qui agit sur le sommeil.

Rythm est une startup spécialisée dans la neurotechnologie, appliquée pour l’instant à un wearable nommé Dreem. Lancée par deux français Hugo Mercier et Quentin Soulet de Brugière, l’entreprise est à la fois basée à San Francisco et à Paris.

Marché des wearables

Alors que le marché des wearables a explosé lors de l’année 2015, Rythm compte bien se faire une place en lançant un produit qui ne se contente pas de collecter les informations et analyser les phases de sommeil mais agir dessus.

C’est pourquoi Rythm a lancé Dreem, un bandeau connecté qui a pour but d’améliorer le sommeil de son utilisateur. Grâce à des éléctrodes et des capteurs, le bandeau, conjugué à des algorithmes sophistiqués et à l’application mobile de Rythm, suit et analyse les ondes cérébrales en temps réel pendant le sommeil. Ainsi, il détecte les phases de sommeil profond et accompagne ces phases envoyant des sons (du bruit rose) via conduction osseuse.

Le bandeau en bêta parvient à prouver le fonctionnement du concept et Rythm dévoile donc naturellement le produit fini en juin 2017. Commercialisation prévue à l’automne de la même année.

Polytech’

Anciens étudiants de Polytechnique, les deux fondateurs de Rythm pensent à leur wearable depuis un peu plus d’un an et l’ont développé en s’appuyant sur des recherches en neurosciences qui doivent être publiées à l’automne 2017. Pour accompagner la recherche, Dreem a également lancé Morpheo à destination des chercheurs, hôpitaux et laboratoires.

Rythm a réalisé d’importantes levées de fonds provenant d’investisseurs (Laurent Alexandre puis Xavier Niel), de récompenses et de subventions des pouvoirs publics (BPI) pour former une équipe internationale de 45 personnes, basée à Paris et San Francisco.

Partager sur les réseaux sociaux