Canonical est l'entreprise fondée par Mark Shuttleworth pour assurer le soutien et le suivi de la distribution GNU/Linux la plus utilisée au monde, Ubuntu. Comptant aujourd'hui plus de 700 employés à travers le monde, son siège est à Londres. Largement financée sur fonds propres par son fondateur, il est difficile d'estimer sa rentabilité.

Lorsque Ubuntu, une version simplifiée de l’historique distribution Debian est réalisée pour la première fois en 2004, elle marque un vrai tournant dans le monde du libre. Il faut se souvenir d’un temps où Android n’était pas et Linux était encore réservé à des connaisseurs et militants du logiciel libre. Son projet alors était simple mais novateur : rendre enfin utilisable Linux par toutes et tous.

Une philosophie

Mark Shuttleworth, pionnier du web et multi-millardaire, affirme dès 2003 ses ambitions pour son projet, rendre l’usage des logiciels libres plus accessible, former une distribution à la fois communautaire et innovante en matière d’expérience utilisateur.

Ainsi est fondée Canonical, l’entreprise qui sera chargée de suivre et développer la distribution en même temps qu’est créée la Fondation Ubuntu, disposant de propres fonds et un système communautaire à l’image des distributions historiques.

business model

La société s’applique depuis à trouver un modèle rentable pour poursuivre son activité. L’essentiel de ses revenus viennent de son activité de services et formations pour professionnels et entreprises. Canonical a aussi porté, puis arrêté, le développement d’un cloud : Ubuntu One, qui n’a pas su trouvé un modèle viable.

Au tournant des années 2010, Shuttleworth annonce sa volonté d’amener sa distribution vers un système totalement convergent, c’est à dire, pour TV, tablettes, convertibles et smartphones. Les appareils mobiles équipés d’Ubuntu sont encore rares. Et certaines décisions prises par la société ont mené la communauté libriste à se montrer de plus en plus méfiante sur le respect de certains principes fondamentaux du libre, notamment des décisions prises pour faciliter l’accès à des technologies propriétaires sur la plateforme.

Partager sur les réseaux sociaux