Alors que le RPG South Park : L'Annale du Destin est enfin disponible, de nombreux YouTubeurs doivent faire face à la démonétisation de leurs vidéos consacrées au jeu.

Annoncé depuis un long moment et repoussé à plusieurs reprises, South Park : L’Annale du Destin, RPG adapté du célèbre dessin animé satyrique, s’offre un lancement en fanfare.

Et, naturellement, les YouTubeurs et autres vidéastes profitent de l’occasion pour inonder leurs chaînes de vidéos centrées sur le jeu vidéo édité par Ubisoft. Sauf que, comme le rapportent nos confrères de Polygon, certains d’entre eux doivent composer avec la démonétisation de leurs contenus, signifiant par extension qu’ils travaillent pour rien.

Pire encore, le phénomène ne semble pas toucher tout le monde — conformément à « l’hypocrisie » du système, dénoncée par l’influent vidéaste Casey Neistat ?

Un algorithme injuste

«  Les contenus vidéos qui recourent fréquemment à la vulgarité peuvent ne pas être éligibles pour la publicité. L’usage occasionnel de la vulgarité ne résultera pas nécessairement à une inéligibilité, mais le contexte est pris en compte  » note YouTube dans ses conditions.

Le fait est que South Park : L’Annale du Destin tombe parfaitement dans les clous de l’inéligibilité. En tant qu’extension de la série, le RPG est obscène, vulgaire et sexualisé. Des caractéristiques attendues vu qu’il s’agit de l’ADN de la licence. «  C’est la nature de South Park d’être vulgaire  » note par exemple le YouTubeur Haedox, qui a dû censurer certains passages de sa vidéo pour être tranquille.

Le souci tient surtout au fait que l’algorithme de YouTube n’est pas toujours très juste, il est même loin d’être parfait selon les propres termes de Google. Par exemple, le célèbre PewDiePie n’est pas affecté. D’autres créateurs ayant nourri des partenariats avec Ubisoft non plus, en toute logique au vu des enjeux financiers. C’est bien évidemment cette idée de contexte qui doit être pris en compte concernant les vidéos de South Park : L’Annale du Destin, malgré les victimes collatérales ayant néanmoins la possibilité de porter réclamation.

Partager sur les réseaux sociaux