Le laboratoire Disney Research dévoile une nouvelle innovation : une intelligence artificielle qui peut évaluer la popularité que des histoires courtes auront. Cette analyse se base sur Quora, un réseau social. Pour les studios Disney, cet outil pourrait avoir une application pratique à moyen terme.

Depuis sa création en 2008, le laboratoire Disney Research ne cesse d’expérimenter et de développer des technologies innovantes. On pense notamment à la pièce pouvant recharger des batteries sans chargeur ou encore à leurs travaux sur la réalité virtuelle.

Financé par Walt Disney, en collaboration avec l’université Carnegie-Mellon de Pittsburgh et l’école polytechnique fédérale de Zurich, ce centre de recherche peut aussi bien travailler pour les parcs d’attractions de la compagnie que pour différents services au sein du studio, comme Interactive, ESPN ou bien évidemment au niveau de l’animation, ce qui profite à Pixar.

Lundi 21 août, Disney Research a dévoilé son nouveau sujet de travail, le développement de réseaux neuronaux capables de juger la qualité d’histoires courtes, ainsi que les premiers résultats obtenus. Alors que le studio utilise déjà des méthodes simplifiées pour juger ses scripts, cette intelligence artificielle (IA) lui offre de nouvelles possibilités pour savoir quelles œuvres seront prometteuses.

Pour l’instant, cette IA n’en est qu’à ses débuts. Développée en collaboration étroite avec l’université du Massachusetts à Boston, elle mobilise un assemblage de plusieurs réseaux neuronaux, chacun ayant une mission bien précise : l’une va examiner différentes parties d’une réponse de manière interdépendante — de la question même aux différentes parties de la réponse —, pendant que l’autre va essayer d’avoir une vue plus holistique, c’est-à-dire plus globale que découpée, et surtout concentrée sur le sens de l’histoire.

Mais pourquoi parle-t-on de question et réponse pour des histoires ? En fait, les experts au sein du laboratoire étaient en manque d’une grosse base de données rassemblant des histoires courtes déjà commentées. Il a donc été décidé d’extraire des questions / réponses du site Quora, où la plupart des réponses prennent la forme de mini-histoires. Sur les 55 000 réponses récoltées, les chercheurs en ont utilisé 28 000 pour donner un repère à l’IA, avec une moyenne de 369 mots par texte.

L’IA juge le succès et non la qualité

Ainsi, cette intelligence artificielle peut juger, après analyse, la popularité d’un texte — la vérification se faisant avec le nombre d’appréciations que les réponses ont reçues sur le site d’origine. Les résultats semblent encourageants puisque les experts observent que ces systèmes neuronaux sont plus efficaces que les systèmes d’évaluation classiques. Le réseau holistique, lui, enregistre une amélioration de 18 %.

« Notre réseau a eu plusieurs succès en prévoyant la popularité des histoires », a déclaré Boyang Albert Li, scientifique au sein du Disney Research, « On ne peut pas encore l’utiliser pour choisir les gagnants d’un concours d’écriture locale, mais cela nous servira dans nos futures recherches  ».

De futures applications pour les studios Disney ?

Si pour l’instant, ce ne sont que des expérimentations, on imagine sans mal l’application pratique que pourrait faire Disney avec un tel programme entre les mains : il pourrait juger tout les scripts plus rapidement et plus efficacement et ainsi repérer les histoires qui à coup sûr ou presque rencontreront un succès commercial.

Le leader du divertissement utilise déjà diverses méthodes pour juger la qualité d’un script — comme la méthode Vogler ou bien encore le Héros aux mille visages de Joseph Campbell. Impliquer une intelligence artificielle dans ce travail pourrait bien être l’étape d’après même si pour le moment ce pas à franchir paraît bien grand au regard du besoin de références des réseaux neuronaux. Mais nul doute que l’évolution de la technologie finira par donner l’élan nécessaire à Disney pour avancer.

Une présentation de cette IA est prévue le 23 août, à l’International Joint Conférence on Artificial Intelligence de Melbourne, en Australie.

Partager sur les réseaux sociaux