Aux États-Unis une bande de voleurs a utilisé le jeu Pokémon Go pour repérer dans quels endroits ils pourraient trouver des joueurs isolés afin de les agresser. Cela s'ajoute à la longue liste des choses qui se sont passées ce week-end après la sortie du jeu aux USA.

Si vous lisez Numerama, vous verrez sans mal que Pokémon Go est le phénomène web le plus déstabilisant du moment. Le jeu mobile à la mode permet de capturer avec son smartphone les petits monstres qui se cachent virtuellement dans notre environnement IRL. Le jeu est fun et assez addictif. Mais à force d’arpenter toutes les villes à la recherche de nouvelles créatures, certains utilisateurs peuvent se retrouver dans des endroits assez isolés. Et des personnes mal intentionnées peuvent en profiter.

En effet, une bande de voleurs dans le Missouri a utilisé l’application pour repérer les lieux idéaux, sans témoin, pour pouvoir agresser physiquement des joueurs en les menaçant avec un pistolet. C’est ce que révèlent les enquêteurs qui ont arrêté les quatre malfrats, âgés de 16 à 18 ans. Ces derniers n’en étaient d’ailleurs pas à leur coup d’essai puisqu’ils étaient déjà recherchés pour des vols.

Comment les voleurs ont-ils fait ? Pokémon Go utilise la position GPS de l’utilisateur pour lui indiquer des endroits à proximité, appelés « Pokéstop », près desquels il peut obtenir de nouvelles Pokéballs et d’autres items pratiques (potions, œufs…). La plupart de ces lieux sont des monuments historiques ou artistiques mais, parfois, il s’agit aussi de lieux plus communs et isolés. En repérant ces derniers sur le jeu, les agresseurs ont pu déterminer où ils pouvaient trouver des joueurs seuls et faciles à attaquer.

Team Rocket

Les incidents de ce genre se sont multipliés depuis le lancement du jeu le 4 juillet dernier. Des YouTubers se sont fait tirer dessus (ils n’ont heureusement pas été touchés) lors d’une virée pour chasser des créatures car ils avaient outrepassé les limites d’une propriété privée. Une jeune fille a découvert un cadavre lors d’une de ses promenades pour attraper des Pokémon. Un homme s’est rendu compte que sa maison était un Pokéstop — car l’algorithme du jeu l’a confondu avec une église. Des policiers australiens ont, quant à eux, vu leur commissariat envahi par les joueurs, celui-ci ayant également été indiqué sur le jeu comme un lieu où récupérer des objets. Et la liste s’allonge toutes les heures.

Face à cela, on peut se demander si l’humanité s’était préparée à jouer à Pokémon Go. Combien de mesure de sécurité faut-il prendre pour éviter de transformer la quête des meilleurs dresseurs Pokémon en fait divers ? La question mérite d’être posée car il serait vraiment dommage que le jeu, bien amusant et sympathique, deviennent plus célèbre pour ce genre d’histoires incongrues que pour son concept.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés