Nintendo restera dans les jeux vidéo, mais ce secteur ne lui suffit plus. Le PDG du groupe souhaite aller vers d'autres domaines. Le mobile bien sûr, mais pas seulement.

2016 sera-t-elle l’année du grand chambardement pour Nintendo ? Depuis la disparition du regretté Satoru Iwata, la société japonaise connaît une impulsion nouvelle, incarnée par Tatsumi Kimishima, nommé l’automne dernier au poste de PDG. L’exemple le plus évident est bien sûr le cap pris par le groupe en direction des smartphones et des tablettes, avec plusieurs jeux vidéo en chantier.

Tatsumi Kimishima
Tatsumi Kimishima

Mais les projets de l’entreprise vont en fait bien plus loin. Pour le dire simplement, Nintendo veut aller au-delà des jeux vidéo. Une tribune signée par M. Kimishima et publiée vendredi dans les colonnes du Mainichi Shimbun révèle en effet que la société cherche à développer des activités dans d’autres domaines, en particulier dans celui du divertissement, afin de trouver de nouveaux relais de croissance.

Monétiser les licences

Concrètement, Nintendo veut monétiser ses licences principales (Mario, Donkey Kong, Zelda…) à travers des dessins animés, des films d’animation, des applications pour mobile mais aussi des parcs d’attraction ! Il s’agit d’un développement jugé vital, dans la mesure où l’industrie vidéoludique est traversée par de profondes mutations. Mutations que la firme nipponne ne peut plus ignorer.

Selon le compte-rendu de Serkan Toto, qui a résumé les grandes lignes de l’article de Tatsumi Kimishima, ces pistes doivent permettre à Nintendo d’atteindre de nouveaux sommets financiers. Mais il s’agit surtout d’enrayer son déclin dans le secteur des consoles de salon, dont les ventes s’effritent continuellement depuis la NES. Le succès inespéré de la Wii en 2006 est l’arbre qui cache la forêt.

Nintendo connaît son affaire

En réalité, Nintendo a déjà monétisé plusieurs licences à la télévision et au cinéma, surtout dans les années 90. Mario a eu droit au plus gros traitement, avec cinq dessins animés, un OAV, un film d’animation et même un long-métrage avec des prises de vue réelles (qui est soit dit en passant catastrophique) ! Mais Donkey Kong a fait l’objet d’un dessin animé également, tout comme Zelda.


Et bien sûr, comment ne pas citer Pokémon ? Même si Nintendo n’a pas la pleine maîtrise de la licence, l’entreprise profite évidemment des très nombreux développements qui ont eu lieu en dehors du jeu vidéo : près de vingt dessins animés, idem pour les films et un nombre incalculable de produits dérivés. Produits dérivés qui ont aussi été exploités pour les autres licences du groupe, bien entendu.

Et du côté mobile ?

Dans sa tribune, le PDG de Nintendo a rappelé que le premier jeu vidéo sur mobile arrivera en mars. Il s’agit de Miitomo, qui est en fait un outil de conversation pour mieux connaître ses amis. D’autres titres seront proposés cette année, avec cette fois des personnages de Nintendo à l’affiche. Ils seront développés par DeNA, avec comme modèle économique le F2P. Un accord a été signé pour produire cinq titres d’ici mars 2017.

Il faut aussi rappeler le projet de Pokémon Go. Prévu pour cette année, il s’agit d’un futur jeu qui mêlera géolocalisation et réalité augmentée sur mobile afin que les joueurs jouent hors de chez eux. L’idée ? En se baladant dans la rue, ils pourront tomber (virtuellement !) sur des monstres qu’il faudra affronter et capturer. En somme, le jeu transpose le jeu vidéo Pokémon dans la vie de tous les jours.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés