Le député Eric Ciotti revient à la charge avec une nouvelle proposition : que les réseaux sociaux exigent la carte d'identité de ceux qui créent un compte sur leur service.

Eric Ciotti n’entend pas se laisser dépasser dans la course à la récupération politique des attentats qui ont frappé la France depuis 2015. Le député des Alpes-Maritimes, qui s’est déjà distingué par le passé en réclamant tantôt l’interdiction de l’iPhone, tantôt le blocage sans délai de Facebook et Twitter, revient cette fois à la charge pour réclamer la vérification de l’identité des internautes sur les réseaux sociaux.

ericciotti

Dans une interview donnée à Nice Matin, Eric Ciotti explique que « pour mettre fin à cette impunité qui règne sur Internet », il faut « rendre obligatoire pour les réseaux sociaux la vérification de l’identité de leurs membres ». Comment ? Il faudra que Facebook, Twitter, Snapchat et compagnie réclament une pièce d’identité à celui qui veut ouvrir un compte sur l’un de ces services.

« Si quelqu’un veut ouvrir un compte Twitter, Facebook ou encore Snapchat, il devra au préalable fournir une pièce d’identité au site », suggère-t-il. « Libre à lui ensuite de dialoguer avec un pseudonyme mais si son comportement était contraire à la loi, les autorités auraient la possibilité de savoir qui se cache derrière ce compte en quelques minutes », avance-t-il.

Facebook coopère déjà

Mais c’est oublier que la loi française offre déjà des mécanismes qui permettent justement à la justice et aux forces de l’ordre de pouvoir obtenir des informations sur des utilisateurs spécifiques. Les autorités hexagonales ne s’en privent d’ailleurs pas, comme le montre le rapport de transparence fourni par Facebook ce printemps. Le site communautaire a par exemple accepté de supprimer 32 100 fois une photo du Bataclan.

Des rencontres régulières ont également lieu entre les autorités et les géants du web, fait remarquer Rue 89, en citant le ministère de l’Intérieur, avec en particulier une stratégie de contre-propagande pour freiner ou empêcher la radicalisation. De son côté, Le Monde fait remarquer «  après des échanges houleux entre le ministère de l’intérieur et Facebook début 2015, les deux parties affirment désormais que la collaboration se déroule au mieux ».

Le député l’admet : « cela ne résoudrait pas tous les problèmes car sur Internet comme ailleurs il n’existe pas une solution miracle mais ce serait déjà un premier pas ». Il poursuit en notant « On voit bien aujourd’hui que la possibilité de se cacher derrière de fausses identités ou des pseudonymes participe à la diffusion de la propagande djihadiste sur les réseaux sociaux ».

Cela ne résoudrait pas tous les problèmes sur Internet

L’expérience que propose Eric Ciotti risque toutefois de se heurter à l’opposition des sites communautaires, qui n’ont pas forcément envie d’installer ce genre de contrôle ni de gérer les données qui seraient envoyées. Sans parler des internautes eux-mêmes, qui ne seront sans doute pas tous unanimes pour envoyer ce genre de documents aux géants du web, estimant qu’ils n’ont pas à les avoir.

Surtout que l’on peut imaginer que la proposition entraînerait un effet pervers : ceux que le système entend empêcher de nuire n’auraient qu’à aller sur des sites plus confidentiels, là où aucune vérification d’identité n’est requise, pour continuer à diffuser leur discours. Cela ne risquerait que de déplacer le problème.

Facebook app

Et l’on ne peut imaginer que tous les sites aient les compétences suffisantes pour gérer de façon suffisamment sécurisée la photocopie des cartes d’identité des internautes français. La généralisation de la mesure à l’ensemble des sites paraît, dans ces conditions, illusoire. Seuls les gros sites seraient concernés.

Google, par exemple, avait désactivé l’upload et les commentaires en Corée du Sud sur YouTube en 2009 après le vote d’une loi qui exigeait des sites ayant au moins 100 000 visiteurs uniques par jour qu’ils réclament de leurs visiteurs leur véritable identité et leur numéro de carte d’identité. Une loi controversée qui a fini par être déboutée devant la cour constitutionnelle.

Il reste à savoir où finira la proposition d’Eric Ciotti. Lors des discussion sur l’examen du projet de loi sur la réforme pénale, parmi les principaux amendements relatifs à Internet, aucune proposition du député n’a abouti : elles ont été rejetées, délaissées ou retirées. Il n’est pas sûr que la nouvelle idée médiatique du parlementaire connaisse un sort plus enviable.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés