Ca y est, c’est fait. Comme la firme japonaise l’avait promis, Nintendo a commencé à expédier sur le marché les nouvelles générations de sa console Wii, qui rendent la vie des pirates plus compliquée. Pour éviter les installations de modchips qui, selon Nintendo, « peut endommager le fonctionnement d’une console Nintendo et, dans certains cas, la rendre impossible à réparer« , le constructeur y a été de la pince coupante. Nintendo a coupé trois pattes reliées au circuit imprimé, sur lesquelles venaient se souder les puces qui permettent de jouer à des jeux téléchargés sur Internet puis gravés sur des DVD.

Il ne s’agit cependant que d’une solution provisoire pour Nintendo, qui ne semble concerner que les versions japonaises de la console. Les autres continents devraient avoir une console dont le circuit sera totalement modifié. Si l’opération de soudure est rendue beaucoup plus difficile avec ces pattes coupées, elle n’est pas pour autant impossible à réaliser pour les plus expérimentés ou ceux qui disposent du bon équipement.

L’opération devrait donc faire générer deux marchés parallèles. L’un sur les premières générations de consoles Wii, dont le prix pourrait s’envoler puisqu’elles sont très facilement « moddables », et l’autre sur les activités des modders qui devraient y trouver là un bon business pour vendre leur savoir-faire.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés