Alcatel-Lucent conservera son activité dans les câbles sous-marins, malgré son rachat par Nokia. Il s'agit d'un travail jugé stratégique pour la France, à la fois pour connecter l'outre-mer et les continents, mais aussi pour opérer des missions de surveillance électronique.

Alcatel-Lucent conservera son activité dans les câbles sous-marins. La société française, qui est en train d'être rachetée par le géant nordique des télécommunications, a confirmé mardi dans un communiqué de presse que cette mission serait poursuivie avec sa structure dédiée, Alcatel Submarine Networks (ASN), «en tant que filiale en propriété exclusive».

Le devenir de l'activité d'Alcatel-Lucent dans les câbles sous-marins s'était posé, dans la mesure où il s'agit d'un enjeu hautement capital pour la France. Des interrogations sur son maintien dans le groupe s'étaient manifestées peu après l'annonce du rapprochement avec Nokia. Le fait que ce soit une société étrangère à la manœuvre avait aussi soulevé son lot de questions sur le plan de la souveraineté.

Selon les chiffres rappelés par Alcatel-Lucent, ASN a déployé plus de 575 000 kilomètres de câble de fibre optique dans le monde et s'occupe de la maintenance de 330 000 kilomètres de systèmes sous-marins. Outre l'exploitation de ces installations, la société gère aussi leur fabrication, leur installation, leur mise en service et diverses autres choses, via des gammes de produits et de services.

Au total, le groupe dispose d'une flotte de sept navires capables de poser des câbles.

ENJEU STRATÉGIQUE

Le travail effectué par ASN est décrit comme stratégique par le gouvernement. Lors de son passage au poste de ministre déléguée aux PME, à l'innovation et à l'économie numérique, Fleur Pellerin avait mis en avant le savoir-faire «unique» d'ASN pour raccorder connecter les territoires d'outre-mer ainsi que l'Afrique au haut débit, dans un entretien accordé aux Échos. Elle ajoutait :

«Il y a aussi un enjeu lié à la cybersurveillance et la sécurité du territoire. Nous sommes favorables à une solution qui maintienne l'intégrité d'ASN et son ancrage national. Je rappelle que d'éventuelles prises de participation seraient de toute façon soumises à une revue du Trésor au titre du décret sur l'investissement étranger en France».

Cet enjeu de surveillance a été souligné par une enquête de L'Obs. Dans celle-ci, il est révélé que la France aussi procède à des écoutes de câbles qui passent par son territoire. Et cette activité est réalisée, selon l'hebdomadaire, en étroite collaboration avec Orange et Alcatel-Lucent, qui ont mis au point des équipements d'interception spéciaux et dispensés leurs connaissances aux services secrets.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés