Ce ne sont pas 110 000 emplois qu'IBM devrait supprimer dans les prochaines semaines, mais dix fois moins. Le géant informatique a démenti l'information de Forbes.

Forbes s'est-il emballé trop vite ? Le très réputé magazine économique américain, dont l'article a été repris dans le monde entier, a affirmé qu'IBM s'apprêtait à annoncer le licenciement record de 26 % de ses effectifs, soit environ 110 000 personnes, dès la semaine prochaine. Toutefois le groupe a démenti aujourd'hui l'information, et le plan de licenciements qui existera bel et bien devrait être largement moins spectaculaire.

"IBM a déjà annoncé avoir enregistré 600 millions de dollars de charge pour rééquilibrage de main d'œuvre. Ce qui correspond à quelques milliers de personnes, soit une toute petite fraction de ce qui est indiqué ici", a indiqué le groupe dans un communiqué au Wall Street Journal, relayé par Le Journal du Net.

Selon Techcrunch, qui cite deux sources, le nombre réel de licenciements devrait plutôt se situer autour de 11 000 ou 12 000 postes, ce qui serait dix fois inférieur à celui annoncé par Forbes, et même inférieur au plan de Microsoft annoncé l'été dernier (18 000 suppressions d'emplois).

La rumeur folle véhiculée par Forbes a en tout cas été accueillie sereinement par la bourse, avec un cours de l'action qui n'a que légèrement augmenté (+ 0,53 % à l'heure où nous publions ce lignes). Cette stabilité ne témoigne ni d'un cynisme des actionnaires qui se réjouiraient de dividendes en hausse ces prochains trimestres, ni d'une panique sur l'avenir du groupe.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés