Avec le développement des objets connectés, se dirige-t-on vers un monde où tous les consommables seront contrôlés par des DRM ? Au royaume des chats et des litières robotisées, des hackers sont obligés de pirater leur litière pour permettre à leur félin de continuer à faire leurs besoins proprement.

C'est encore assez peu répandu en France, mais les Américains sont de plus en plus adeptes des litières automatisées pour leurs chats. A la fois plus hygiéniques et plus économiques en granules à l'usage, les toilettes robotiques du matou détectent quand l'animal entre et quitte la litière, et mettent alors en route un programme de filtrage automatique de la litière par un procédé ingénieux qui élimine les résidus naturels et ne conserve que les grains de litière, en vue de la prochaine visite. Les déjections odorantes sont placées généralement dans un sac plastique isolé, qu'il suffit de changer de temps en temps, en renouvelant la litière.

Pour peu que l'on dispose chez soi de la place pour installer ces machines relativement imposantes, c'est véritablement un achat conseillé pour tous les propriétaires de chats.

Mais les litières automatisées sont parfois plus sophistiquées encore, à l'image de la CatGenie, qui non seulement supprime les crottes (puisqu'il faut bien appeler un chat un chat), mais dispose de tout un système de nettoyage complet des grains de litière et d'évacuation des déjections dans les eaux usées : 

Cette litière automatisée est la Ferrari des litières robot. Mais elle a aussi la particularité d'utiliser des consommables pour fonctionner. Il faut acheter les granules lavables spécifiques mis au point par CatGenie, et acheter régulièrement des cartouches "SmartCartridge" de "SaniSolution", le produit d'entretien utilisé par la machine lors des lavages.

Le modèle économique est le même que celui des imprimantes et de leurs cartouches à prix d'or, et emprunte jusqu'à leurs mécanismes de protection contre le "piratage" des consommables. Ainsi, le développeur Jorge Lopez rapporte sur Medium qu'il est impossible de recharger soit-même les cartouches de SaniSolution avec un produit équivalent. Non pas qu'il soit impossible d'ouvrir la SmartCartridge pour la remplir (c'est possible), mais parce que la société britannique qui fabrique la litière CatGenie a équipé ses cartouches d'une puce RFID qui surveille la quantité de liquide utilisée.

Une fois la cartouche vidée, la puce RFID enregistre l'information et la communique à la litière, qui refuse de l'utiliser même si elle est remplie. Et la litière ne démarre pas tant que la cartouche n'a pas été remplacée. "Ca m'a fait réaliser que je ne possède pas une CatGenie, j'en loue une. Même si j'ai payé pour l'avoir", rapporte Lopez.

Toutefois, il existe toute une communauté d'amateurs de chats sur Internet, et même de hackers possesseurs d'une litière CatGenie. Il existe donc des firmwares alternatifs baptisés CatGenius et CartridgeGenius, qui non seulement ajoutent des fonctionnalités ou améliorent les cycles de nettoyage de la litière, mais permettent aussi d'utiliser des cartouches rechargées… voire aucune cartouche du tout.

Car en plus, les hackers ont découvert que la litière fonctionnait parfaitement bien au long cours en utilisant uniquement de l'eau, et que l'agent nettoyant présent dans la cartouche ne servait donc pas à grand chose, si ce n'est à obliger à l'achat de nouvelles cartouches. 

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos