A la croisée entre un Robocop et R2D2, la startup américaine Knightscope a commencé à mettre en circulation plusieurs de ses robots patrouilleurs Knightscope K5, chargés d'aider les forces de l'ordre à assurer la sécurité.

Robocop existe. La jeune société de robotique Knightscope a commencé à déployer au moins cinq de ses robots patrouilleurs Knightscope K5 dans la Silicon Valley, dans l'objectif d'aider à assurer la sécurité des lieux. Equipés d'un grand nombre de capteurs en tous genres, les robots K5 peuvent "voir", "entendre", "ressentir" et "sentir", et amassent ainsi des tonnes de données en temps réel, qui sont traitées au travers d'un moteur d'analyse prédictive. S'il détecte une activité suspecte, un bruit tel qu'un bris de verre, ou même une odeur anormale par rapport à ce qu'il sait de la zone surveillée et de ce qui s'y déroule, le robot peut déclencher une alerte et mettre tous ses capteurs en éveil pour enregistrer le maximum d'informations.

En cas d'alerte, tous les internautes peuvent ainsi consulter les données ou regarder les flux vidéo transmis en temps réel, pour confirmer le problème de façon collaborative, enrichissant au passage les algorithmes prédictifs utilisés (la société affirme avoir des processus pour préserver le droit à la vie privée, mais il ne dit pas lesquels). Le robot se déplace grâce à des roues motorisées, à une centrale inertielle, à un module GPS qui lui permet de savoir où se déplacer et aller se recharger, et utilise des capteurs lasers ou encore des radars pour anticiper les obstacles :

Mesurant 1,5 mètre pour 136 kg (et ressemblant étrangement à un cousin russe présenté en 2007), le robot Knigtscope K5 est notamment capable de voir et d'enregistrer des vidéos à 360 degrés grâce à quatre caméras, de reconnaître du texte (tel que des plaques d'immatriculation) pour les comparer à une base de données, de mesurer des écarts de température, de mesurer la qualité de l'air, ou encore de voir dans le noir grâce à des caméras infra-rouge. 

"Des budgets serrés impliquent de trouver des manières de travailler de façon plus intelligente et d'utiliser la technologie comme un multiplicateur de force", se félicite la police de Mountain View sur le site de la start-up. "Nous avons hâte de tester les machines autonomes et d'être à la pointe des nouvelles technologies dans l'arène du maintien de l'ordre".

Le robot est toutefois encore loin du Robocop du film de science-fiction. Il ne se déplace que lentement (autour de 8 km/h), et n'est heureusement pas encore doté d'armes à feu ou de matraques. Il ne peut pas non plus passer les menottes aux poignets d'éventuels délinquants. Sa seule mission reste de patrouiller, et de prévenir en cas de problème.

Néanmoins la société dit vouloir réduire de 50 % le taux de criminalité dans les zones où le robot est déployé, et assure qu'il sera progressivement dans les centres commerciaux, les quartiers d'habitation, les stades, les aéroports ou même les écoles. 

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos