(credit : CC by Mark Hodson)

La taxe sur les cartouches d'imprimantes évoquée la semaine dernière par Fleur Pellerin lors de son audition en commission des affaires culturelles de l'Assemblée Nationale ne sera pas pour tout de suite. "Il s'agit d'une piste qui a été envisagée à un niveau technique par les service du ministère, au même titre que d'autres pistes, et qui s'inscrit dans une réflexion à long terme", a pris soin de faire savoir le ministère de la Culture dans une dépêche AFP publiée samedi. La taxe, qui doit augmenter les recettes du Centre National du Livre (CNL), ne serait "pas d'actualité".

Créée en 1976, la taxe ne portait à l'origine que sur les photocopieurs. Du fait de la baisse du nombre de ventes des photocopieurs, elle avait été étendue en 2006 aux imprimantes. Mais à nouveau, du fait de la dématérialisation croissante et du manque d'intérêt pour un renouvellement du matériel, les imprimantes elles-mêmes sont en baisse. D'où l'idée d'étendre la taxe aux cartouches, qui coûtent pourtant déjà trop cher.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés