Le site NSA Observer ambitionne de recenser et décrire la totalité des programmes de surveillance utilisés par la NSA et qui ont été révélés par la presse depuis le coup d'éclat d'Edward Snowden. 112 programmes ont déjà été classés, il en reste encore 217 à traiter.

Si PRISM est indéniablement le programme de la NSA le plus célèbre, puisqu'il s'agit du tout premier à avoir été révélé par la presse lors de la publication des premiers documents confidentiels dérobés par Edward Snowden, il ne faut pas oublier que l'agence de sécurité nationale américaine en utilise beaucoup d'autres, en fonction de ses besoins en matière de renseignement.

Certains de ces programmes ont été présentés dans nos colonnes, comme XKEYSCORE, BULLRUN, BLARNEY, MUSCULAR, UPSTREAM, DISHFIRE. D'autres ont été également évoqués au fil de l'actualité, à l'image de MAINWAY, MARINA NUCLEON TRAFFICTHIEF, WEBCANDID, INTELINK ou encore ASSOCIATION. Mais en réalité, il en existe beaucoup plus.

Le site NSA Observer, fondé par Alban Crommer et Guillaume Lecoquierre, propose de recenser la totalité des programmes de la NSA qui ont été mentionnés dans les médias depuis juin 2013. Hébergé par la Quadrature du Net, le projet, pour le moins ambitieux, a été présenté sur le site LinuxFr.org. Encore en cours de développement, NSA Observer sera fin prêt le 11 février.

Cela étant, le site peut d'ores et déjà être exploré. Les programmes listés par NSA Observer sont répartis dans trois grandes catégories : les programmes à proprement parler (pour collecter, pour traiter, pour stocker, pour cibler et pour attaquer les données), les vecteurs d'attaque (au niveau logiciel, au niveau matériel, au niveau du réseau) et les "compartiments" (jargon désignant un collectif de pays, d'entreprises…).

Au total 112 programmes sont répertoriés, mais il y a encore 217 programmes qui n'ont pas encore été classés par NSA Observer. Outre ce travail de classement, chaque fiche nécessite d'être complétée lorsque ce n'est pas déjà le cas. L'aide d'autres contributeurs est bienvenue, que celle-ci porte sur le contenu lui-même, les fonctionnalités, le design ou d'éventuels bugs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés