Le codec vidéo VP9 de Google prend de l'importance. Plus optimisé que la version précédente et encadré par une licence ouverte, il intéresse beaucoup les géants de l'industrie high tech, qui prévoient de l'intégrer nativement dans leurs produits à partir de cette année.

Google marque des points avec son codec vidéo VP9. Dévoilé il y a deux ans, le procédé de compression et de décompression conçu par la firme de Mountain View intéresse énormément les industriels des nouvelles technologies de l'information et de la communication, ce qui va permettre de démocratiser véritablement le successeur de VP8, mis au point initialement par la société On2.

Selon des informations obtenues par Techcrunch, qui a interrogé un cadre supérieur de la firme de Mountain View, le support natif du codec vidéo VP9 dans les ordinateurs et les smartphones se généralisera cette année, tandis que son intégration dans les téléviseurs et les lecteurs Blu-Ray surviendra plutôt en 2015.

Cela concerne les entreprises suivantes : ARM, Broadcom, Intel, LG, Marvell, MediaTek, Nvidia, Panasonic, Philips, Qualcomm, RealTek, Samsung, Sigma, Sharp, Sony et Toshiba.

Schématiquement, VP9 présente deux grands avantages.

D'abord, une vidéo en VP9 permet de réduire de moitié le débit nécessaire à la diffusion d'une vidéo (par rapport à VP8) sans nuire à sa qualité. Pour Google, qui détient YouTube, c'est évidemment essentiel : cette plateforme est la première destination des internautes pour visionner des vidéos, ce qui nécessite des investissements massifs dans les infrastructures de réseaux

Ensuite, VP9 est encadré par une licence ouverte. Cela veut dire que l'utilisation du codec vidéo VP9 ne nécessitera pas le paiement d'une quelconque redevance, contrairement à d'autres solutions comme la norme de codage H.264 qui imposent à ceux voulant s'en servir de payer une licence au consortium MPEG LA. C'est d'ailleurs aussi pour cette raison que la fondation Mozilla s'intéresse à VP9.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés