Si Nintendo a fermé soudainement son service "boîte aux lettres" proposé sur Nintendo 3DS, après avoir découvert que les enfants l'utilisaient pour s'échanger des photos de leur anatomie, c'est aussi car des adultes pédophiles l'exploitaient pour entrer en contact avec des mineurs.

Le 1er novembre dernier, Nintendo a fermé brutalement le service "boîte aux lettres" de la Nintendo 3DS, en expliquant que "certains consommateurs, y compris des mineurs, ont échangé leurs codes amis sur des bulletins électroniques sur Internet (des forums, ndlr) et ont ensuite utilisé la boîte aux lettres Nintendo pour échanger du contenu offensant". En clair, les enfants se montraient leur sexe en 3D, ce qui risquait de heurter la réputation de Nintendo.

Mais il y a pire, et c'est probablement ce qui a précipité la décision. Selon le site japonais Yomiuri Online, dont l'information est reprise par Kotaku, deux hommes de 49 et 36 ans ont été arrêtés après avoir abusé d'une enfant de 12 ans qu'ils avaient contacté grâce à la messagerie de la 3DS, en profitant de ces pratiques d'échanges de sextos. L'un des hommes, selon Mainichi, a reconnu s'être fait envoyé des photos de nu par deux fillettes de 11 et 12 ans, à travers l'application "boîte aux lettres" (SwapNote en anglais) de la Nintendo 3DS.

En principe, les enfants ne pouvaient envoyer et recevoir des messages qu'entre amis, après avoir saisi mutuellement leur code dans leur 3DS. Mais pour pouvoir discuter avec des inconnus et se faire de nouveaux amis, les utilisateurs partageaient leurs codes sur des forums. C'est donc en se faisant passer pour l'un des leurs que les pédophiles parvenaient à entrer en contact avec leurs victimes.

Dans son communiqué de fermeture du service, Nintendo avait rappelé l'existence d'outils de contrôle parental, qui permettent de contrôler ce que les enfants peuvent faire avec la 3DS. Pourtant selon les médias japonais, dans les cas d'espèces, les parents avaient bien désactivé l'accès à internet sur la 3DS. Mais les enfants avaient réussi à le réactiver.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés