Si de nombreux projets de messagerie sécurisée ont été lancées ou réactivés suite aux révélations d'Edward Snowden, celui conduit par Silent Circle et Lavabit mérite d'être suivi avec attention. Les deux entreprises, dont la spécialité dans ce domaine est connue, ont décidé d'unir leurs forces pour lancer une initiative ambitieuse : le Dark Mail Alliance.

Au début du mois d'août, le service de messagerie sécurisée Lavabit a annoncé l'arrêt de ses activités, jugeant impossible de les poursuivre dans de bonnes conditions. Son créateur, Ladar Levison, a expliqué subir une pression croissante des agences fédérales américaines, curieuses d'en savoir plus sur les utilisateurs du service et les courriers électroniques transitant par la plateforme.

Dans le même temps, Silent Circle a fait de même avec Silent Mail. Mais à la différence de Lavabit, le service lancé par Philip Zimmermann, connu pour avoir mis au point Pretty Good Privacy (PGP), n'avait pas encore attiré l'attention des autorités. La plateforme a préféré agir préventivement plutôt que d'être la cible d'une action pouvant conduire à mettre en péril la confidentialité de ses utilisateurs.

Depuis cet épisode, Ladar Levison a entamé un combat judiciaire pour avoir le droit de révéler au public les raisons de la fermeture de Lavabit, qui a notamment servi à Edward Snowden pour communiquer sans risque avec le journaliste Glenn Greenwald. Mais en parallèle, Ladar Levison n'est pas resté inactif, pas plus que les auteurs de Silent Circle. Les deux firmes ont fondé un nouveau projet, baptisé Dark Mail Alliance.

L'objectif de cette association ? "Fournir au monde notre technologie unique de protocole de chiffrement de bout-en-bout qui est la prochaine génération de l'e-mail privé et sécurisé". Les deux sociétés ont l'intention de rallier d'autres entreprises à leur cause et sont décidées à aider ces dernières "à implémenter le nouveau protocole" pour fournir un moyen de communication sûr.

Car selon les deux entreprises, la communication par e-mail est fondamentalement défaillante d'un point de vue de la vie privée. D'où la nécessité, selon elles, de coopérer pour développer une alternative chiffrée de bout-en-bout capable d'assurer la confidentialité des échanges des utilisateurs. L'expérience des deux firmes dans ce domaine sera incontestablement précieuse.

"Notre but est d'ouvrir la source du protocole et de l'architecture et d'aider les autres à implémenter cette nouvelle technologie pour répondre aux préoccupations de la vie privée face aux portes dérobées et aux menaces de toutes sortes". Et parce que la législation américaine est ce qu'elle est, il faudra que le service soit lancé et opéré dans un autre pays pour lui éviter le même sort que celui arrivé à Lavabit.

À titre d'exemple, Silent Circle a déployé des serveurs au Canada, qui dispose, selon le New York Times, d'une législation en matière de vie privée plus solide à l'égard des citoyens que les États-Unis ou bon nombre de pays de l'Union européenne. Un futur choix pour le projet Dark Mail Alliance ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés