Publié par Guillaume Champeau, le Vendredi 30 Août 2013

Bientôt des robots dans les cuisines de McDo ?

Aux Etats-Unis, un lobby prévient les syndicats que les salariés des fast food seront remplacés par des robots s'ils obtiennent l'augmentation de salaire qu'ils exigent. Une menace sans doute inévitable, qui n'est pas nécessairement redoutable.

L'encart publicitaire fait polémique. Aux Etats-Unis, l'Employment Policies Institute, un lobby privé qui défend l'idée que les salaires minimum sont générateurs de chômage chez les jeunes travailleurs, s'est offert une pleine page (.pdf) du Wall Street Journal pour mettre en garde les syndicats d'employés de fast-food qui organisent une grève pour demander une revalorisation salariale.

Si leurs exigences étaient satisfaites, prévient l'encart, "les restaurants auront l'obligation de réduire le coût du service pour conserver les prix bas que les clients demandent". "Cela veut dire moins d'emplois de premier échelon, et davantage d'alternatives automatisées — même en cuisine".

L'Institut imagine donc qu'un jour, des robots remplacent les salariés en cuisine, pour confectionner les Big Mac et autres hamburgers servis aux clients. Ce qui n'est pas du tout de la science fiction.

Chez McDonald's comme dans la plupart des chaînes de fast food, la préparation des sandwichs est déjà rigoureusement calibrée, du nombre de tranches de salades jusqu'à la quantité de sauce, en passant par le nombre de secondes que le steak doit passer sur le grill. Rien n'est laissé à l'improvisation du "cuisinier", qui ne fait que suivre les ordres inscrits sur la checklist. A cet égard, le cuisinier de McDo n'est rien d'autre qu'un robot humain qui peut être remplacé par une machine robot sans que la qualité des hamburgers ne s'en ressente.

Chômage ou destruction créatrice ?

Une entreprise, Momentum Machines, propose d'ailleurs déjà des machines de préparation culinaire capables de "faire tout ce que les employés peuvent faire, mais en mieux", et prévoit de lancer sa chaîne de fast food robotisée, à prix réduits.

Même si l'idée semble effrayante, il ne s'agit pas d'une catastrophe sociale, sauf à très court terme pour les salariés mis au chômage par les robots. A moyen et long terme, si l'on considère qu'un travail ne doit pas être qu'une source de rémunération mais qu'il doit aussi répondre à des besoins d'épanouissement personnel, il est heureux que les tâches les plus robotisées du travail humain puissent être remplacées par de vrais robots (voir à ce sujet notre article sur la robotisation des usines Foxconn). 

Momentum Machines explique d'ailleurs qu'il souhaite former les anciens cuisiniers des chaînes de préparation des fast food, mis au chômage par les robots, pour s'occuper de la maintenance et du développement des machines. "La question des machines et des suppressions d'emplois fait débat depuis des siècles, et les économistes acceptent généralement l'idée que les technologies comme les nôtres génèrent une augmentation des emplois", assure l'entreprise. "Les trois facteurs qui contribuent à cela sont : 1. La société qui crée les robots doit embaucher de nouveaux employés ; 2. le restaurant qui utilise nos robots peuvent étendre leurs frontières de production ce qui demande de recruter plus de monde ; 3. le public économise de l'argent avec le prix réduit de nos burgers. Cet argent économisé peut être dépensé sur le reste de l'économie".

C'est toute la théorie de la destruction créatrice de Schumpeter. Dramatique pour ceux qui la vivent ; essentielle pour le progrès de la société. Ceci à condition que le temps libéré par les robots soit effectivement générateur de progrès social. De quoi donner quelques pistes de réflexion au débat sur les retraites. Est-il nécessaire de rallonger le temps de travail des hommes, si le travail des hommes peut être fait par des robots ?

Publié par Guillaume Champeau, le 30 Août 2013 à 12h32
 
65
Commentaires à propos de «Bientôt des robots dans les cuisines de McDo ?»
Inscrit le 21/02/2012
129 messages publiés
Le bon vieux chantage... Etre exploité ou etre chomeur !
Inscrit le 13/08/2010
7579 messages publiés
+1 Cf les déclarations d'Osram en France (filiale Siemens) il y a quelques années, c'était par rapport au coût de la main d’œuvre en Tchéquie (ou pays proche)...
Inscrit le 07/03/2006
2102 messages publiés
on met des robots pour garder des prix bas

du coup on metl des gens au chomage qui n'ont plus d'argent pour se payer le mcdo...

seuls les robots pourront ensuite se payer un mcdo

et la boucle est bouclée
Inscrit le 17/03/2008
2648 messages publiés
Le problème essentiel est que le gain de productivité humaine lié à l'introduction des robots (ou automatismes) ne profitent pas ni aux (ex) employés, ni au reste de la société, mais uniquement aux dirigeants & actionnaires de la société concernée.

En schématisant, le coût d'introduction des robots (et les gains en salaires ainsi réalisés) ne prennent pas en compte l'augmentation automatique des cotisations sociales qui seront, plus tard, nécessaires pour donner le RSA aux employés au chômage.

Et c'est comme ça depuis après-guerre (et plus encore depuis 1970) : Le modèle actuel ne peu plus fonctionner, c'est pour ça qu'on a un chômage endémique et irrévocable (sauf à remettre tout le monde aux champs, et encore).
Le modèle économique actuel (capitalisme libéral) n'est simplement plus adapté aux évolutions technologique et sociologique de la société. La fin du pétrole, si l'on ne trouve pas rapidement d'alternative crédible à long terme, va faire bouger les lignes, en bien ou en mal....

(A mon sens l'un des système les plus réfléchis pour la suite c'est le revenu de vie, mais selon moi ça ne suffira pas).
Inscrit le 04/09/2002
2737 messages publiés
prix bas, c'est vite dit.

je trouve en effet que ce qui est proposé est hors de prix par rapport à ce que c'est...

mieux vaut généralement aller dans un vrai restaurant.
Inscrit le 13/12/2004
776 messages publiés
aux USA mcdo est co c'est ce qu'il y a de moins cher...
dans les mac do la ba tu vois plus de gens pauvre manger que des gens riches


en france c'est presque le contraire :/
faut bien gagner sa vie pour se permettre des fast food :/

la bas pour 4€ t'as plus dans l'assiette que chez nous pour 7€
Inscrit le 09/09/2009
155 messages publiés
euh... générer de la merde pour en récolter les fruits. et même niveler par le bas pour s'assurer un bénéfice. N'est ce pas l'adage des gouvernements actuels ? et de certaines entreprises également ?
Inscrit le 24/11/2012
5 messages publiés
Quiconque ayant bossé plus d'un mois dans la cuisine d'un Mcdo, que ce soit en France, au Maroc ou aux USA sait très bien que ce boulot ne peut pas être automatisé. (je l'ai fait, et pas un mois mais presque 10 ans)
Quiconque ayant été manager assez longtemps pour voir passer le feuilles de P&L sait TRÈS BIEN, que ce n'est pas là qu'on dépense le plus d'argent.
Quiconque ayant déjà été chargé du PEP (Plan d'Entretien Préventif, son petit nom chez l'ami Ronald) de l'équipement sait que c'est déjà une horreur et un gouffre budgétaire de maintenir en état le matos d'un fast-food, alors s'il il faut encore rajouter des équipements qui peuvent tomber en panne…

Guillaume, c'est pas loin d'être une recopie de dépèche AFP ce que tu nous a pondu là
Si tu avais voulu faire un article avec un peu de corps, tu aurais demandé à visiter les cuisines d'un Mcdo, ou demander sur twitter si dans tes followers il y en avais qui s'y connaissaient en restauration rapide. Je t'aurais répondu avec autant de joie et aussi longuement que sur le sujet IPv6.
Inscrit le 13/08/2002
24544 messages publiés
J'admets volontiers qu'il s'agit pas là d'une enquête poussée sur le travail à l'intérieur d'un McDo, mais plus d'une réflexion générale qui prend cet exemple pour un exemple, et rien de plus.

Mais peut-être peux-tu nous éclairer ici sur ce qui fait que selon toi "ce boulot ne peut pas être automatisé" ?
Inscrit le 24/11/2012
5 messages publiés
Déjà parce que dans un fast food, le temps est précieux, vraiment, beaucoup, pas que pendant les heures de pointe ou une seconde gagnée par voiture fait la différence entre un rush qui se passe bien et qui se termine tôt et une queue interminable au drive, des employés crevés, un manager sous prozac et des clients insatisfaits.
Le temps est surtout précieux en dehors de ceux heures de pointe, dans un Mcdo, les "responsabilités secondaires" (planning, commande, formation, entretien de matos) c'est entre 14 et 18, voir entre 15 et 17h30.
On a pas de temps à perdre, et j'ai jamais connu un seul lancement de campagne (nouveau sandwichs en durée limitée, mailling, changement de prix) ou y avait pas au moins un resto sur une franchise qui aient pas au moins une couille.
Parce qu'il manque un distributeur à sauce, parce qu'on à un modèle de friteuse à la con dont plus personne n'a la doc et dont on ne sait plus comment changer le temps de cuisson, parce que les abrutis de Cegelec n'ont toujours pas corrigé le bug à la con qui empêche d'éditer les pages locales sur le palm extérieur.

Par contre y'a toujours un truc qui marche nickel, et qui prends toujours une minute en début de rush, c'est de montrer l'affiche de composition du nouveau sandwich aux gars en cuisine.
Pas programmer le gars (ou la dame), pas lui expliquer de A jusque Z, pas faire une journée de formation pour lui expliquer que pour le nouveau sandwich il faut prendre ce fromage là, qui est stocké là, et qui se time là. Juste lui montrer l'affiche.

Et cette entreprise, elle essaye juste de faire croire aux responsables des fast food qu'avec le taf par dessus la tête qu'ont les managers, sur des taches non-triviales (car oui, pour le coup, faire des planning pour 35 personnes, faire des commandes de 5 tonnes de bouffe périssable, entretenir le matos, ca demande des connaissances et une formation) ils vont également trouver le temps de programmer des robots à chaque changement de campagne ?

Non, une programmation générique ne marchera pas, chaque resto est différent, selon l'affluence on va utiliser un ou deux lignes de prod pour les (big)Mac et les Reg (hamb, cheese), voir piquer la moitié du grill de la ligne 2 (les "royal"), avec des changement chaque jour selon les prévisions, les évenement locaux, parfois même (et c'est à ça qu'on reconnait un bon "prodeur") avec des changement d'organisation en plein milieu du rush.

Croire que la tache peut s'automatiser c'est également oublier qu'un employé Mcdo, c'est un équipier "polyvalent" (c'est dans le contrat de travail, le terme), et que ça ne se limite pas à mettre bien la dose de moutarde, puis d'oignons, puis poser le steack sorti du grill.
à‡a inclue également les taches d'approvisionnement et de remplissage le matin et l'aprem', ça inclue la gestion du remplissage de la table à garn, sans continuer de remplir le cambro à salade s'il est troué, et sans le faire déborder si le capteur optique est en rade.
Bosser chez Mcdo c'est aussi toutes les taches de nettoyages, et encore une fois, quiconque aura déjà fait une "close" chez mcdo, avec le nettoyage des toasters (mention spéciale au toaster vertical du FCN), des grills et du sol comprends très bien qu'un distributeurs automatisé de salade ne saura pas faire ça.

Pour finir, les employés dont le travail sera remplacé par les machines seront chargés d'entretenir ces machines ?
Mais quel intérêt d'investir dans des machines ultra perfectionnées, de dépenser de l'argent pour celles ci si c'est pour payer EN PLUS, les mêmes gens à les entretenir. Les payer plus cher s'entends, puisqu'il s'agira d'un métier qualifié ?
On sent bien que cette boite veut juste vendre sa merde aux fastfood en enrobant de gloss marketing social "mais non, ça mettra personne au chomage". On sent bien aussi que c'est de la connerie.

Heureusement les patrons de fast food, tout capitalistes et exploiteurs qu'ils sont ne sont pas cons, et savent très bien que c'est juste pas viable comme solution.
À la finale le seul qui y aura cru un instant, ça aura été toi :-)

Sans rancunes :-)
Inscrit le 24/11/2012
5 messages publiés
Si tu insistes je dois encore avoir le numéro de mon ancien patron qui exploite les restos de Bouaye, Pont de Cheviré et Bellevue.
Il a ce petit qqchose qui montre qu'il se croit technophile, il sera ravi de faire visiter ses resto à un journaliste IT :-)
Inscrit le 23/06/2004
203 messages publiés
Bonjour,

Je suis sûr qu'on pourrait tenir le même type d'arguments à l'encontre de futurs distributeur de boisson , sauf qu'ils existent déjà . café , cappucino , thé , thé citron , chocolat au lait , pas de problème t'appuies sur le bouton et tu l'as ;-)
En supposant qu'il existe un tel projet , soit l'automatisation de la complexité des opérations , et de la prise en compte des aléas est possible et ça se fait , soit ce n'est pas possible alors on réduit le champ d'application pour obtenir à minima un résultat et si non rentable , ils laissent tomber .
2 à 3 siecles que l'homme utilise des outils intellectuels (philo, sciences ,ingénierie ) et des outils matériels ( machines , automates , robots ) pour s'extraire des contraintes naturelles . C'est dans l'ordre des choses , de remplacer le travail des hommes par le travail des machines aussi complexe et compliqué soit il . L'avantage de la machine sur l'homme , elle peut bosser 24h/24h , et elle peut traiter une quantité plus nombreuse de variables et de leurs relations que l'homme ne pourrait le faire . Concernant le dépannage ,l'entretien ... l'externalisation ,specialisation existe dans tous les domaines .
Inscrit le 03/10/2011
6282 messages publiés
Oui, mais dans ce cas, ce n'est plus le même resto.
Si t'as un congelo avec les trucs tout fait, t'appuies sur le bouton, ça tombe dans le microwave, et pof ça t'éjecte le truc dégueux sur une tranche de salade. Tu peux le foutre dans le métro, même plus besoin de payer un loyer.
Inscrit le 28/04/2009
627 messages publiés
C'est une bonne blague ton histoire !

Déjà à t'entendre, les choses qui font perdre le plus de temps sont du soit à une mauvaise conception du matériel, soit à sa vétusté. On peut estimer que ça ne serait pas le cas pour une chaine de production automatique. Je tiens à préciser qu'il existe déjà dans l'industrie à plus grande échelle bien sur des usines qui fabriquent de la bouffe de façon automatisé et je crois que ça se passe bien.

Après toute l'histoire sur l'approvisionnement and co ... il n'est pas dit que tout le monde serait viré donc il peut y avoir toujours suffisamment de gens pour ça surtout qu'ils n'auront plus à cuisiner ...

La difficulté de programmation pour un nouveau sandwitch, c'est une blague ? ça sera une fiche exactement comme pour ton cuisinier ... La machine sera un minimum générique j'imagine et elle pourra en plus produire tous les sandwitchs selon la demande. En gros tu ne changes rien à l'organisation, elle fera ce qu'on lui demande dans l'ordre qu'on lui demande.

Le seul problème que je vois vraiment c'est le cas de la panne de la machine qui aurait des conséquences dramatiques.

Ps : Vu ce que l'homme est capable de faire alors que ça parait impossible je ne jurerai pas que ça ne se fera pas un jour personnellement. Enfin si tu penses pouvoir le faire vas y, on verra qui a été le fou

A bon entendeur.
Inscrit le 23/12/2009
242 messages publiés
Pour avoir travaillé aussi dans un mac do quelques temps, puis dans un quick, je pense que tu ne vois juste pas à quel point l'arrivée de telles machines peut changer l'organisation d'une cuisine macdo.
Tous les problèmes que tu cites peuvent être supprimés en réorganisant la cuisine de A à Z, et pour ce qui est de l'organisation du travail tu sais bien que macDo est plutôt calé. On peut réellement supprimer la plupart des tâches. Il restera globalement que les commandes à gérer par un humain.

Les spécificité des burgers du moment: Très peu, vraiment très peu (changer d'ingrédient n'a rien de sorcier pour un robot).
Distributeur à sauce: Si le robot il à 3-4 embout différent il peut gérer les différentes doses.
Changement de recette: La recette elle sera programmée à un endroit et diffusée partout sans temps ni effort. Les lignes de prod 1, 2 et FCN ne seraient plus les mêmes et seraient adaptées à gérer la nouveauté.
L'approvisionnement il pourrait se faire en automatisé, ou alors un approvisionnement par jour (table à garn réfrigérées, intégrée au robot)

Il restera la gestion de stock et le nettoyage (et encore le nettoyage est surement automatisable).

Donc ça fait du boulot à développer, de l'investissement pour tout acheter, donc ça se fera pas tout de suite. Mais il n'y a aucun vrai obstacle.
Surtout qu'au rythme ou ça va, on paiera bientôt les ingénieurs en informatique au SMIC donc MacDo pourra avoir du personnel qualifié.
Inscrit le 04/06/2009
697 messages publiés
Guillaume, tu écris : "... si l'on considère qu'un travail ne doit pas être qu'une source de rémunération mais qu'il doit aussi répondre à des besoins d'épanouissement personnel, il est heureux que les tâches les plus robotisées du travail humain puissent être remplacées par de vrais robots"

Sur ce point là, je suis d'accord avec toi.
Le problème majeur c'est qu'on nous a aussi inculqué que travail == salaire, impliquant "! travail == ! salaire" (je fais des économies de mots, c'est la crise pour tout le monde ).

Il faudrait une profonde refonte de la société (économique avant toute chose, mais pas seulement) afin que cet idéal d'épanouissement puisse être atteint. Vu la main mise de l'argent sur le pouvoir et les décisions politiques, j'ai bien peur que cela ne prenne soit des années, soit des révolutions ...
Inscrit le 20/01/2012
196 messages publiés
le revenu inconditionnel serait une des solutions
http://www.__youtube...h?v=-cwdVDcm-Z0
tout ça dépend en grande partie de courage politique, mais effectivement c'est pas pour tout de suite, et pas avec ceux là.
Inscrit le 04/06/2009
697 messages publiés
Merci pour l'info.
Pour les allergiques à Google comme moi (ya des règles de filtrage en vigueur à la maison), on peut lire cet article : https://fr.wikipedia.org/wiki/Revenu_d'existence_inconditionnel

J'y vais de ce pas.
Inscrit le 03/10/2011
6282 messages publiés
Et il a aussi salaire = bouffe + toit + chauffage + transport + ...
Donc effectivement dire, on te fout à la porte, mais le prix du bigmac va baisser ... ça ne marche qu'un temps.
Inscrit le 24/11/2012
5 messages publiés
(et croire, je cite , que « Rien n'est laissé à l'improvisation du "cuisinier", qui ne fait que suivre les ordres inscrits sur la checklist. » c'est simplement ne pas connaître le fonctionnement d'une cuisine, les très anciens du Mcdo souriront à la mention des termes "pool" et "continu", les moins anciens du Mcdo auront un neurone qui s'allumera à l'évocation de "on passe 3 Mac 6 reg en mode 3")
Inscrit le 10/07/2008
3081 messages publiés
Inscrit le 10/04/2009
608 messages publiés
Depuis quand y-a-t-il des cuisiniers chez McDo ?

Les produits McDo sont tout exceptée de la cuisine. On devrait plutôt appeler les petites mains qui font les sandwiches : des assembleurs ou au mieux des préparateurs mais certainement pas des cuisiniers.

Les sandwiches McDo sont à la bonne cuisine, ce que le rap est à la musique classique.

Maintenant faire de la malbouffe par des robots ? Ca tombe un peu sous le sens. De la bouffe artificielle faite par des êtres artificiels : rien de choquant là dedans.
Inscrit le 30/06/2009
20 messages publiés
"A moyen et long terme, si l'on considère qu'un travail ne doit pas être qu'une source de rémunération mais qu'il doit aussi répondre à des besoins d'épanouissement personnel, il est heureux que les tâches les plus robotisées du travail humain puissent être remplacées par de vrais robots"

Que restera-t-il comme emplois non qualifiés, emplois étudiants ou interim en attendant mieux ?

Pour moi ce genre d'automatisation est néfaste de façon générale à la société de la même façon que les caisses "automatiques"
[message édité par denisfou le 30/08/2013 à 13:38 ]
Inscrit le 18/03/2008
777 messages publiés
Il en restera pas, y a pas besoin d'engager des gens pour un travail qu'une machine peut faire. Si ça peut nous mener à une société plus saine quand à sa relation au travail, tant mieux.

Il n'y a PAS de "droit" au travail, les caisses automatiques remplacent une activité absolument aberrante "passer des objets devant un scanner toute la journée", le fait que les gens ont besoin d'un travail pour vivre ne change pas qu'offrir des emplois n'est pas un pré requis à la production industrielle ou commerciale.

On est dans un certain "équilibre" automatisation/main d'oeuvre pour des raisons d'ordre social (si on automatise tout les gens ne pourrons plus travailler pour se payer a bouffer et on es pas prêtes à les payer pour vivre, même si on y viens doucement), mais on le paye très cher en maintenant de structures inefficaces mais "créatrices d'emplois".

Le but de la science et de la technologie à l'échelle de nôtre société est d'augmenter nôtre confort de vie et nous dispenser du labeur qu'elle nécessite. C'est donc paradoxal que nôtre société soit toujours basée sur une valorisation du travail, quand celui ci tend irrémédiablement à se raréfier.
[message édité par dieangel le 02/09/2013 à 10:43 ]
Inscrit le 19/03/2006
329 messages publiés
Guillaume, tu dis que le remplacement des humains par les robots pour les tâches rébarbatives est une bonne chose. Je suis d'accord.

Par contre, quand Momentum Machine dit "les économistes acceptent généralement l'idée que les technologies comme les nôtres génèrent une augmentation des emplois", je ne suis pas d'accord, pour trois raisons.

La première c'est que ce n'est pas forcément vrai : une bonne illustration est d'ailleurs donnée dans cet article d'InternetActu :
Plusieurs auteurs contemporains comme Marc Andreesen [...], ou John Evans [...] partagent ce point de vue : les technologies détruisent l'emploi.
[...]
Kodak embauche 140 000 salariés et croule sous les dettes, tout l'inverse d'Instagram – racheté à prix d'or par Facebook – et de ses 13 salariés, rappelle Benjamin Tincq, de OuiShare, pour résumer le paradoxe ;


La seconde, c'est qu'il sous-entend que le chômage (le non-emploi) est quelque chose à combattre. Je pense au contraire que plein emploi n'est pas un but en soi : le travail humain est un moyen qui permet de surmonter les obstacles à la satisfaction des besoins. Regretter la trop grande facilité avec laquelle les obstacles sont franchis (car alors il y a moins de travail pour y parvenir), c'est vouloir combattre le but pour préserver le moyen ; c'est confondre l'obstacle et la cause .

La troisième, c'est que ce sous-entendu vise à empêcher la population de choisir à quelles activités elle pourra occuper le temps ainsi libéré. En clair, continuer à travailler toujours plus pour "en fait autant" que les machines qui les ont remplacés au lieu d'acquérir leur autonomie dans le choix de leurs activités.

Dans son éloge de l'oisiveté ( pdf ), Bertrand Russell écrivait :
Supposons que, à un moment donné, un certain nombre de personnes soient engagées dans la production d’épingles. Ils font autant d’épingles que les besoins mondiaux le nécessitent, travaillant, disons, huit heures par jour. Quelqu’un fait une invention grâce à laquelle le même nombre d’hommes peut faire deux fois autant d’épingles : les épingles sont déjà si bon marché que quasiment aucune ne pourra désormais être achetée à un prix inférieur.
Dans un monde raisonnable, chaque personne concernée par la fabrication d’épingles se mettrait à travailler quatre heures au lieu de huit et tout le reste continuerait comme auparavant. Mais dans le monde réel ce serait considéré comme immoral.
Les hommes travaillent toujours huit heures, il y a trop d’épingles, quelques employeurs font faillite et la moitié des hommes précédemment concernés par la fabrication d’épingles sont jetés au chômage. Il y a, à la fin, autant de loisir que dans l’autre cas, mais la moitié des hommes sont totalement inoccupés tandis que l’autre moitié est toujours surmenée. Ainsi, il est assuré que le loisir inévitable causera la misère partout, au lieu d’être une source universelle de bonheur.
Que peut-on imaginer de plus fou ?...

[...]

Les méthodes modernes de production nous ont donné la possibilité du bien-être et de la sécurité pour tous; nous avons choisi, au lieu de cela, d’avoir le surmenage pour certains et la misère pour les autres. Jusqu’ici nous avons persévéré à être aussi acharnés que nous l’étions avant l’arrivée des machines; en cela nous avons été idiots, mais il n’y a aucune raison de continuer a rester idiot pour toujours.


Mais nous ne pouvons pas accepter, comme tu le fais, la situation "dramatique pour ceux qui la vivent". Et pour ça, il semble inévitable de rombre le lien strict entre emploi et revenu : la monnaie correspondant aux richesses créées par les machines doit être, d'une manière ou d'une autre, distribuée à la population. Sinon, nous nous trouvons dans une situation aberrante où il y a abondance de richesses réelles et pénurie de monnaie pour y accéder... ce qui revient à ce que dit darthbob .

Le revenu de base irait dans ce sens...
[message édité par rom1v le 30/08/2013 à 13:48 ]
Inscrit le 13/08/2002
24544 messages publiés
Point de vue très intéressant, qui rejoint en fait ce que je voulais suggérer dans la toute dernière phrase de mon article. Est peut-être venu le temps de se demander à quoi il sert de travailler (autant qu'actuellement), et comment mieux utiliser le travail pour le bien être de la société. Mais en disant cela je crains (pour pas dire que je sais) d'être dans l'utopie totale.
Inscrit le 19/03/2006
329 messages publiés
Ce sont les utopies qui font avancer le monde... L'abolition de l'esclavage était utopique à l'époque de l'esclavage !

Au passage, André Gorz posait déjà les bonnes questions en 1990 :
Que doit être une société dans laquelle le travail à plein temps de tous les citoyens n’est plus nécessaire, ni économiquement utile ? Quelles priorités autres qu’économiques doit-elle se donner ? Comment doit-elle s’y prendre pour que les gains de productivité, les économies de temps de travail profitent à tout le monde ? Comment peut-elle redistribuer au mieux tout le travail socialement utile de manière que tout le monde puisse travailler, mais travailler moins et mieux, tout en recevant sa part des richesses socialement produites ?

La tendance dominante est d’écarter ce genre de questions et de poser le problème à l’envers : comment faire pour que, malgré les gains de productivité, l’économie consomme autant de travail que par le passé ? Comment faire pour que de nouvelles activités rémunérées viennent occuper ce temps que, à l’échelle de la société, les gains de productivité libèrent ? A quels nouveaux domaines d’activité peut-on étendre les échanges marchands pour remplacer tant bien que mal les emplois supprimés par ailleurs dans l’industrie et les services industrialisés ?
[message édité par rom1v le 30/08/2013 à 14:40 ]
Inscrit le 23/09/2008
1781 messages publiés
Ce sont les utopies qui font avancer le monde... L'abolition de l'esclavage était utopique à l'époque de l'esclavage !


"Abolir l'esclavage maintenant, ça fait tapette. Et ça je peux pas me le permettre."

Arthur, Roi des Bretons (Kaamelott)
Inscrit le 06/04/2012
392 messages publiés
Un de mes ptits plaisirs sur ce site est tenter de prévoir à l'avance sous quelle thème se cache le concentré de jokes!

Mais là, me suis trompé pas juste un peu!
Des témoignages vécus, du Bertrand Russell, des remarques pertinentes...Oh! là!

''Ce sont les utopies qui font avancer le monde... L'abolition de l'esclavage était utopique à l'époque de l'esclavage !''

Mon grain de sable!
C'est encore une utopie si je me base sur les Foxcom de ce monde!
Il y a même un site spécialisé ( lien ici pour ceux qui le trouveront! ) qui vous dira le nombre d'esclaves qui travaillent pour vous en se basant sur vos habitudes de consommation!
Inscrit le 17/03/2008
2648 messages publiés
C'est ce j'ai également dit dans mon message précédent, désolé du coup de mon commentaire superflu ci-dessus.

Je pense aussi que c'est actuellement une utopie. Mais comme je pense aussi que la société actuelle ne pourra pas tenir sur ses bases encore bien longtemps (pétrole, court-terme, tout ça), il reste intéressant d'avoir une alternative lointaine, un but à atteindre. Même si ce système de revenu de base reste encore a expérimenter autrement que sur des modèles informatique.
Inscrit le 19/03/2006
329 messages publiés
Même si ce système de revenu de base reste encore a expérimenter autrement que sur des modèles informatique.


C'est déjà fait .
[message édité par rom1v le 30/08/2013 à 14:47 ]
Inscrit le 23/09/2008
1781 messages publiés
Il y a également des réponses ici:
https://www.__youtub...xq9V8ibphmKt1Xs

Voir le fordisme à partir de 23:50 pour ce sujet précis, mais je vous invite à regarder toute la vidéo.
[message édité par anomail2 le 30/08/2013 à 14:50 ]
Inscrit le 23/09/2008
1781 messages publiés
Est peut-être venu le temps de se demander à quoi il sert de travailler (autant qu'actuellement), et comment mieux utiliser le travail pour le bien être de la société.


Et bien, puisqu'à présent on sait se nourrir et se loger sans trop d'efforts grâce à la mécanisation, je dirais que travailler autant ne sert qu'à enrichir une certaine élite.

Travaillez pour un sous-traitant informatique qui travaille pour un sous traitant automobile qui travaille pour un constructeur automobile qui fabrique la voiture qui... vous sert à venir au boulot.

La boucle est bouclée.

C'est un exemple très grossier qui ne tient pas compte des progrès scientifiques, notamment ceux de la médecine qui nous permet à présent de vivre plus de 35 ans, mais je pense que c'est à peu près ça.
[message édité par anomail2 le 30/08/2013 à 15:16 ]
Inscrit le 25/08/2008
743 messages publiés
Ce n'est pas une utopie. C'est ce que l'on appelle un revenu de vie... Tout à fait possible étant donné que l'argent est désormais scriptural... On peut très bien imaginer un organisme mondial qui distribuerait un revenu non généré par l'économie, un revenu fictif, quoi qui serait tranformé en argent réel lorsqu'il est injecté dans l'économie.
Mais cette théorie évoquée par des économistes est balayée par certains riches qui invoquent
1. Une inflation galopante en invoquant le principe de la planche à billet US
2. Plus personne n'aurait besoin de travailler = une idée de "glandeur" insupportable pour certains
3. Des riches qui auraient peur de ne plus être riche
Inscrit le 29/09/2009
571 messages publiés
Des robots dans les mcdo si ils aient leurs augmentations ,quel chantage ignoble !
Tant qu'on a un travail ,c'est le principal de nos jours,sa court pas les rues.
de plus ,je vais de temps en temps a macdo ,si il y a des robots ,sa sera terminé,plus de macdo ,j'irait ailleurs.
a carrefour il y a des petite flasheuses pour flashés les produit ,je ne les prend pas ,on a des caissieres ,sa sauvegarde l'emplois.
pour macdo
Inscrit le 08/08/2012
1843 messages publiés
Le chômage n'est une mauvaise chose que dans une société capitaliste.

Si le peuple détient les moyens de productions (robots) alors ces robots permettront de réduire de plus en plus la durée de temps de travail (que ce soit la durée hebdomadaire ou la durée avant la retraite) sans toucher au salaires.

Dans cette société quasi-utopique, le but d'une entreprise ne serait pas forcément de produire toujours plus, il sera d'utiliser le moins de temps humain possible. Les hommes, eux, pourront se spécialiser sur les tâches qui ne sont pas exécutable par des machines : arts, culture, tourisme, cuisine, recherche, enseignement, informatique, etc... Resteront quelques ouvriers très spécialisés (entretien robotique, tâche trop précises pour des machines), des techniciens. Le reste, seront des emplois à haute valeur intellectuelle ou sociale.
A terme, on peut même imaginer une société sans argent où les hommes vivent de ce que produisent les machine et d'un peu de travail basé sur du volontariat.

Pour arriver à ce genre de société, la procédure est relativement simple : protectionnisme économique + nationalisation des moyens de production.
Pour les matières premières : recyclage + production durable + accords commerciaux avec pays en développement.

Nous touchons du doigt les avancées scientifiques et technologiques nécessaires à ce genre de société.
Inscrit le 25/02/2012
1371 messages publiés
Si nous n'étions pas dirigé par une caste de dangereux psychopathe probablement.....
Inscrit le 06/04/2012
392 messages publiés
Si nous n'étions pas dirigé par une caste de dangereux psychopathes qui se font graisser par des consommateurs inconscients qui le sont tout autant!
Inscrit le 19/10/2009
6454 messages publiés
1. La société qui crée les robots doit embaucher de nouveaux employés...

Ben non, même pas, ce sont déjà des robots qui montent les robots...
Y'aura un peu de R&D pour la spécialisation, mais ce sera temporaire et de toute manière pas dans le pays concerné.

2. le restaurant qui utilise nos robots peuvent étendre leurs frontières de production ce qui demande de recruter plus de monde

Nom d'un profit !
V'là t'y pas qu'une ' hypothèse ' est créatrice d'emploi, sous réserve d'investissements.
La bonne blague, n'est-ce pas ?
Comme le dit Darthbob, qui pourra acheter leur bouffe pré-chiée une fois le facteur humain ' éliminé ' de l'équation de rentabilité ?
Ah oui, bien sur, d'une autre partie de l'économie nationale...
Le problème étant que l'économie nationale étasunienne n'est plus du tout représentative des richesses crées par sa plèbe, la répartition est même pire là-bas que ici, enfin pour encore 2 ou 3 ans au maximum, les ' accords de sécurisation de l'emploi ', véritable cheval de Troie du libéralisme, associé aux ' accords transatlantiques ', qui devraient porter le nom de ' capitulation face à l'atlantisme ' ne tarderont pas à niveler par le bas au profit de l'amas capitalistique représentant 600 % du PIB mondial et se goinfrant à hauteur de 10% de sa masse sur le PIB mondial chaque année.

3. le public économise de l'argent avec le prix réduit de nos burgers. Cet argent économisé peut être dépensé sur le reste de l'économie

Ah mais carrément...
Genre on se fout ouvertement de vos gueules et on le revendique...



Le reste de l'économie...

Quelqu'un leur a dit que 1 étasunien sur 6 survit de bons alimentaires ?

Les robots dans les cuisines des fast-bouffe-de-merde, si au moins ça pouvait ouvrir un peu les yeux des CONSommateurs de ces merdes...

Savez-vous que l'obésité infantile est en régression, aux states ?
Si si...

Pas parce qu'ils mangent ' mieux '...

Non non, parce qu'ils ne peuvent plus manger autant qu'avant, et combien de temps pensez-vous qu'il va se passer avant qu'ils ne deviennent sous-alimentés ?

Combien de salaires représente le coût de cette propagande dans le WSJ ?

Sinon, macdo, c'est 5 500 000 000 $US de bénéfices net en 2011, il est clair qu'on doit choisir entre rémunérer l'actionnariat et rémunérer le salariat.
Le problème est qu'à un moment, sans salariat, le système s'écroule, et ce même avec tous les robots que vous voudrez, cela aurait même tendance à précipiter l'issue.
Inscrit le 20/08/2010
909 messages publiés
Il faudra un jour ou l'autre taxer très fortement l'utilisation de robots !
Inscrit le 29/09/2009
571 messages publiés
Inscrit le 25/08/2008
764 messages publiés
Même si l'idée semble effrayante, il ne s'agit pas d'une catastrophe sociale, sauf à très court terme pour les salariés mis au chômage par les robots. A moyen et long terme, si l'on considère qu'un travail ne doit pas être qu'une source de rémunération mais qu'il doit aussi répondre à des besoins d'épanouissement personnel, il est heureux que les tâches les plus robotisées du travail humain puissent être remplacées par de vrais robots


C'est un troll ?

Allez dire ça aux étudiants qui n'ont pas droit aux bourses et qui trouvent là un moyen vital pour financer leurs études.
Que le travail soit une source d'épanouissement personnel c'est bien et largement préférable, mais lorsqu'on a des besoin vitaux ça passe en second plan et on est content d'avoir une source de revenus.

J'ai fait des sandwichs à la chaîne debout de 8h à 22h pendant 10 jours sur un stand de foire, et j'étais très content d'avoir ça pour me faire un peu d'argent.
Aujourd'hui j'ai un bac+5 mais lorsqu'il était question de chercher du boulot les choses étaient très claires : si je n'avais pas trouvé de boulot à mon niveau au bout de 3 mois, j'aurais cherché en parallèle un boulot de caissier au supermarché ou fastfood du coin car il fallait que je vive et que je commence à rembourser mon prêt étudiant.

Certaines personnes aiment se bouger le cul, d'autres moins. Et il est normal que ceux qui triment gagnent plus in fine. Je ne suis donc pas sûr que remplacer à tout va les humains par des robots soit très bon et socialement, et économiquement. Ce genre de boulots sont vitaux pour toute la population qui n'a pas de diplômes, et leur retirer ce droit de travailler n'est à mon sens pas la chose la plus intelligente qui soit.
Inscrit le 19/03/2006
329 messages publiés
Ce genre de boulots sont vitaux pour toute la population qui n'a pas de diplômes


Ce qui est vital, c'est davantage le salaire qu'ils obtiennent que le boulot en lui-même.

et leur retirer ce droit de travailler n'est à mon sens pas la chose la plus intelligente qui soit.


Le « droit au travail », un non-sens : « Il n’existe pas de droit à être obligé de faire quelque chose »
Inscrit le 23/12/2009
242 messages publiés
C'est ce qu'on appelle être incapable de voir plus loin que le bout de son nez.
Le monde évolue et toi tu explique qu'il faut surtout pas que ça change parce que ton cas particulier ne pourrait que difficilement se reproduire dans une situation différente.
Inscrit le 29/05/2006
719 messages publiés
Et là, le chieur de base, moi-même, celui qui est interdit de fast-food dans la moitié de la France, demande un burger sans salade.
Et tout le système est grippé. impossible d'entrer dans le champ de tir du robot, question sécurité, personne ne sait plus doser les ingrédients, etc.
L'avantage du "sans salade", est accessoirement que le burger est préparé à la demande, et n'a pas attendu à l'étuvée dans sa boite en plastique/carton pendant 1h.

Ceux qui ont bossé en fast-food confirmeront la chiantise du client comme moi.
Inscrit le 23/12/2009
242 messages publiés
Justement, je pense que c'est plus facile à gérer pour un robot ce genre de choses.
Inscrit le 23/12/2009
242 messages publiés
Justement, je pense que c'est plus facile à gérer pour un robot ce genre de choses.
Inscrit le 23/06/2004
203 messages publiés
je vois qu'à l'occasion quand on parle d'automatisation /robotisation de travail , revient sur la table la question de l'emploi disponible .

Je donne ce nombre : 200 à 400 esclaves energétiques par habitant ,dans les pays dis riches , produisent 24h/24h les richesses que nous consommons et fournissent le niveau de vie auquel nous avons accès .

source : http://www.manicore....n/esclaves.html

ça signifie qu'aujourd'hui , plus de 99 % de la richesse produite et du niveau de vie auquel nous avons accès sont dus à des machines .

Nous n'avons pas un problème de création de richesse , nous avons un problème de redistribution de ces richesses et accéssoirement aujourd'hui un problème vis à vis de la contrainte environnementale et énérgétique qui impliquent de limiter et nos gaspillages et la taille de la population humaine .
[message édité par MaitreZen le 30/08/2013 à 16:03 ]
Inscrit le 08/08/2012
1843 messages publiés
Ton dernier paragraphe rejoint ce que j'ai écrit plus haut
Inscrit le 25/08/2008
743 messages publiés
Absolument.
Prend les géant du CAC 40.
Un groupe géant génère des milliards de chiffre d'affaire. Euh... je sais pas Publicis en france, ou Google ou Almaone...
Tu gagnes plein de blé..Bon tu as pas mal de salarié, mais comme tu les vires à 35 ans dans ces boites ou le jeunisme est une définition du poste... Tu as ton siège en Irlande ou aux Pays bas... Tu paies pas tes impôts dans le pays ou tu bosses. Les pays bas c'est une boite au lettre, bref, tes bénéfices vont aux Caïmans ou dans tout autre Paradis fiscal.
Evidemment les salariés ne voient pas la couleur de l'argent... Les actionnaires et les très hauts Cadres de la boite palpent un maximum...
Avec ton blé tu va acheter des entreprises plus petites ou moyenne. Il y a des postes en doublons tu les vire (synergie on appelle cela) et tu regroupes la nouvelle activité dans des succursales de ton groupe et tu garde les clients... Tu grossis encore mais comme tu as pas spécialement plus de personnel, t'en donna pas tellement plus... Ton profit plus important tu le renvoie aux Caïmans... Tu as encore plus de blé et tu poursuis ton expansion... Puis tu vas dans les pays Asiatiques où tu as de nouveaux marchés... Comme tu es un géant tu parviens à faire ton trou, et ton profit grandit de plus en plus, sans que le salarié français en profite... Donc tout l'enrichissement bien supérieur aux années 80 ne fait que rendre les riches de plus en plus riches mécaniquement et ne profite pas aux autres....

Dans une grande banque que je connais bien, les hauts cadres sont priés de bosser dans d'autres pays européens avec ou sans famille on s'en fout ! Les 75% et les taxes Made in Hollande ont plutôt fait flipper les dirigeants de la boite, moralité ils délocalisent les Cadres et tentent de se barrer à l'étranger..;C'est très intelligent comme message de la part de notre Président qui ne vois pas que le monde est ouvert... Bref, ces cadres délocalisés ce sont des taxes de moins pour la France, des consommateurs qui sont partis, et ce sont eux qui partent (attention hein ils ont des diplômes 10 fois comme les miens)Bref, si les meilleures boites et les meilleurs salaires s'en vont, et bien il reste le reste et la france s'appauvrit...

LOrsque 99% du boulot sur terre sera fait par des robots et des logiciels et que 95% des revenus induits iront dans la poche de 5% de personnes, voire moins, il faudra peut être créer un revenue de vie.... Ce qui fait hurler bien sur tous les milliardaires de la planête. Comment s'enrichir si tout le monce possède un revenu de vie ???

Voilà un peu HS mais des petites réflexions jetées dans le débat...
Inscrit le 25/08/2008
743 messages publiés
C'est un article super intéressant car il aborde un thème universel concernant l'Humanité.
Revenons à McDO. Il y a près de 30 ans déjà en 1987 j'ai travaillé durant 5 ans dans un McDo à Paris. Alors déjà plein de choses à dire à cette époque. C'était très dur car les grils n'étaient pas à rabats, le ménage n'était pas sous traité, etc...
De très bon souvenirs
Il ne faut pas croire que l'idée de l'automatisation est nouvelle. C'est un dossier qu'ils ont dans les cartons depuis longtemps.
Oui je pense qu'il est tout à fait possible de pratiquement tout automatiser et ils le tenteront de toutes façon.
L'idée est de faire comme dans les pressings. Vous laisser vos fringues à l'accueil et vous les récupérez avec une carte et c'est un robot qui vous les apporte dans un sas. Donc dans un McDo vous tapez votre menu à une borne et vous récupérez votre plateau avec toute votre commande dessus. Si vous emportez le robot aura tout déposé dans des sacs et zou... mouaiiis....Cela suppose pas mal de robots derrière le comptoir. ceux qui déposent les viandes sur le grill, découpe les tomates, le bras qui récupère la commande, ouvre le sac et dépose le tout, sans compter le robot qui va récupérer la frite, la glisser dans le happy meal et fermer la boite,etc....C'est très possible mais bon...
Je rejoins le forumer qui a travaillé 10 ans chez McDo... Il y a quand même une grande polyvalence chez les équipiers..Un équipier il travaille dans la cuisine, il peut aller en caisse, passer un coup de balai, apporter un plateau quand un produit est en retard etc...Deux équipiers en cuisine peuvent alterner les diverses commandes selon les commandes justement. Un équipier peut faire cuire 500 sandwichs dans sa journée, imaginez dans un restaurant un cuisinier qui fait 500 plats...
Imaginez que le super robot tombe partiellement en panne, (alors que déjà une fois sur deux quand je demande un sundae la machine est en panne..) et que vous n'avez pas de frites... Le gérant qui évidemment n'a pas de technicien sous la main appelle un numéro pour qu'un technicien vienne réparer....Pas de bol c'est le rush, imaginez la tête des clients..
L'équipier lui ne sera pas en panne et est capable d'accueuillir le client, faire cuire produit et de le mettre en sacs...(vous ne savez pas la difficulté de mettre en place les sacs à emporter). En bref la polyvalence des équipiers vaut bien des robots. Déjà le matos vaut cher, vous savez qu'une machine à laver à sec dans un pressing coute 50 000 euros ?
Aux USA ils ont fait le calcul, si les équipiers étaient augmentés de 100% le Big Mac serait augmente de 50 cents...
Perso en France je trouve dèjà le prix d'un menu très cher.... Alors en famille je conseille d'aller à l'Hippo... Pour 10 euros de plus on est assis, on est servis et on à des frites à volonté... Au niveau bouffe c'est du même acabit, mais c'est quand meme un vrai restaurant...
Inscrit le 25/08/2008
764 messages publiés
Aux USA ils ont fait le calcul, si les équipiers étaient augmentés de 100% le Big Mac serait augmente de 50 cents...
Perso en France je trouve dèjà le prix d'un menu très cher....


Si au lieu de payer mon menu McDo disons 9 € je le paye 9,50 € et que ça permet de doubler le salaire des équipiers, ça ne me pose aucun problème. L'effort que je fais ne me coûte pas beaucoup, en revanche pour eux ça leur change la vie. Je ne vais pas assez souvent au McDo pour me plaindre d'une si petite augmentation de prix.
Inscrit le 13/08/2010
7579 messages publiés
Si le ratio est bien celui-là, effectivement, il y aura des volontaires.
En extrapolant, je veux bien payer ma baguette de pain 20 centimes de plus aussi : j'en consomme infiniment plus que de repas au Mc Do.
Inscrit le 06/11/2005
601 messages publiés
"De quoi donner quelques pistes de réflexion au débat sur les retraites. Est-il nécessaire de rallonger le temps de travail des hommes, si le travail des hommes peut être fait par des robots ?"

Ce serait possible si les robots cotisaient aux aussi, ce qui n'est peut être pas l'idée la plus idiote qui soit. S'ils remplacent un employé humains ils pourraient dans une moindre mesure contribuer au bien-être professionnel de tous.

Après vient la mise en oeuvre, c'est toujours là que ça coince.
Inscrit le 07/12/2012
72 messages publiés
tant mieux il n'y aura plus de crotte de nez dans les burgers.
Inscrit le 25/08/2008
743 messages publiés
J'ai vu des équipiers cracher dedans mais en fait c'est rarissime...La chaine du froid est hyper controlée et à 99.9% les équipiers font leur jobs sérieusement...
Inscrit le 25/08/2008
743 messages publiés
J'avais vu sur Arte je crois, un reportage sur General Motors. En fait le salaire horaire des ouvriers était monté très haut à force de pression syndicale, je ne me rappelle plus mais c'était un taux horaire hallucinant ! Sérieusement plusieurs fois le taux horaire d'un salarié français dans l'automobile...Alors a un moment General Motors a été très mal... OBAMA s'en est mêlé et GM a été sauvé après un plan énorme d' économies... Les syndicats ont fait de très grosses concessions ( Continental aurait du faire pareil) et le taux horaire a baissé de manière drastique....
Mais bon ils ont fait le reportage sur un ouvrier très qualifié (moulage de moteur ou quelques chose comme cela). Baraque énorme, son salaire avait beaucoup baissé, il ne gagnait plus que 7000 dollars par mois mais bon...Au vu de son bedon il restait de quoi s'acheter des cuisses de poulet (et comme la bouffe est moitié prix qu'en France).

Donc que les salariés McDo payés 7 dollars de l'heure demandent le double c'est un peu normal....

Aux USA les gens peuvent gagner bien leur vie, et en France dans l'automobile on est payé au lance pierre...

En France au McDO c'est inimaginable, le salaire c'est le SMIC et c'est très réglementé..SI on doublait le salaire avec les taxes et cotisations françaises, là le Mc DO il prendrait cher !

Pour en revenir aux salaires en france ma femme travaille dans une banque et pas ma de ses collègues sont partir booser dans d'autres pays européens. Résultat les salaires sont plus élevés en Angleterre, en Allemagne et je ne parle même pas de la Suisse (salaire doublé. Contrairement à une légende les salaires français sont bas, si si !
Inscrit le 19/10/2009
6454 messages publiés
Gros gloubi-boulga mélangeant méconnaissance totale des sujets sur lesquels tu t'exprimes pourtant...

Ce que tu as vu sur Arte parlait ' d'abords ' de la période faste de l'automobile, pour ensuite parler de la période durant laquelle " yes he can " est allé casser le revenu salarial de GM...
Mais GM n'est pas, n'a pas été et ne sera pas déficitaire.
Ce qu'il te faut comprendre, c'est que aujourd'hui, les entreprises comme GM externalisent les bénéfices dans des paradis fiscaux, tout en ' syndiquant ' les dépenses. ( si si, le mot est correct, les dépenses sont ainsi toujours supérieures aux revenus, le calcul est fait à l'avance... )
Cela permet d'avoir un levier pour pratiquer le dumping social au sein de l'entreprise tout en permettant de pratiquer le bashing politique.

Quant à " l'american way of life ", j'ai quelques chiffres, pour toi :

1 étasunien sur 6 survit de bons alimentaires.
10 % des retraités étasuniens ont perdu l'intégralité de leurs retraites par capitalisation en 2009, lorsque une certaine banque n'a pas été ' renflouée '.
Les Etats-Unis d'Amérique du nord font tourner la planche à billets de singe depuis plus de 2 ans maintenant, à hauteur de pas loin de 10% de leur PIB sous forme d'obligations réservées aux ' institutionnels '.

Aux états-unis d'Amérique du nord, il y a de moins en moins de gens qui sont ' bien' payés, et de plus en plus de gens qui ne sont plus du tout payés.

La ville de Denver s'est mise en banqueroute, après avoir fermé plus de 120 écoles publiques, à quel taux les banques prêteront-elle à une ville qui s'est déclarée en faillite ?
Enfin si Denver trouve une banque pour lui prêter...

Intéresses-toi à ce que le salariat signifie, à comment les profits sont ' cachés ' pour ne laisser que des déficits, à ce que les taxes et charges financent, tu comprendras peut-être pourquoi les acquis et biens sociaux sont les cibles privilégiées du libéralisme.

Et accessoirement, lorsque tu auras constaté quelles couvertures sociales sont ' offertes ' dans les pays ou les salaires sont du double d'ici, tu auras à te demander si il faut préserver en améliorer notre système public ou si il faut s'en remettre à ceux qui n'auront pas d'autre choix que de réduire les coûts ET les services tout en augmentant les tarifs.

Les salaires Français ne sont pas ' bas '...
Les salaires Français sont exprimés en NET.
Si tu prends le temps de calculer ton Brut et que tu l'additionne aux cotisations patronales, tu seras même au dessus des salaires Suisses.

La seule différence réside dans les acquis et biens sociaux.
Qui n'existent pas en Suisse, pas plus qu'en Allemagne ou au Royaume-Uni.

Je te conseille un documentaire, pour prendre conscience de ce que tu ignores encore pour le moment.

Il s'agit de Sicko.

Et bienvenu dans le monde réel.
Inscrit le 31/08/2013
1 messages publiés
et bienvenu dans le monde réel qu'il dit
je me marre ;=)

Tu es qui toi, qui donne des leçons de savoir et de vie !
Monsieur sait tout et Monsieur à la science infuse,
car je ne demande bien d'où tu tiens qu'il n'y a aucun acquis et bien sociaux en Allemagne ?
Peut-être en regardant depuis ton fauteuil un ou 2 reportages bien dirigés comme on les aime en France sur un pays qui marche mieux que le tien !
Il se trouve que je fréquente pas mal d'allemand, que j'ai moi-même travaillé plusieurs années en Allemagne et que oui, les jobs à 600 euros ça existe, mais l'Allemagne ce n'est pas QUE cela.
Renseignes toi toi-même, ou mieux tente l'expérience au lieu de parler sans savoir.

Moi, je te conseille d'y travailler quelques années et reviens nous parler de quelque chose que tu connais parce que tu l'a vécu, beau parleur ;=)
Inscrit le 19/10/2009
6454 messages publiés
Hé dugland, qu'est-ce que ça peut foutre qui je suis ?
T'es stupide au point de ne pouvoir considérer les arguments, préférant te comporter comme les meRdia t'ont conditionné à le faire ?
Félicitation, petit mouton tondu, et dont la descendance sur 8 génération est déjà hypothéquée, tu te comportes très exactement comme tu as été conditionné à le faire...

Les jobs à 600 ?
Oui mon con, mais pour combien d'heures ?
Ca existe ?
Tu en connais ?
Pas d'après la façon dont tu l'exprimes...
En Allemagne, abruti, tu as plus de 5 millions de salariés qui ' gagne ' un salaire inférieur au revenu définit comme étant le seuil de pauvreté.
Ca ne doit pas te dire grand chose...

Sinon, puisque tu es semble-t-il ' aux faits ' des protections sociales PUBLIQUES en Allemagne, tu peux peut-être nous faire la liste des principales ?

Non ?

Pas difficile, pourtant, tu ressors un de tes bulletins de salaires et tu détailles les prélèvements ?

Bouffon.
Inscrit le 05/06/2009
546 messages publiés
Ca sera plus propre !
Inscrit le 03/11/2008
561 messages publiés
si les robots étaient aussi rentable que çà,çà ferait longtemps qu'il y en aurait partout.
rien ne vaut des petites mains dociles et payées à cout de lance-pierre
Inscrit le 06/04/2012
392 messages publiés
J'ai jamais fait de trolls volontaires disons alors c'est mon tour!



Pas mal les même couleurs que le clown, votre site hin!!!!
[message édité par Santa_Banana le 31/08/2013 à 02:37 ]
Inscrit le 18/03/2008
777 messages publiés
La mécanisation c'est débarrasser l'humanité du labeur. On a une dichotomie ici vu que financièrement , l'automatisation est intéressant pour une entreprise, cependant, on attend néanmoins de tout citoyen qu'il travaille pour gagner sa vie.

On a donc une situation ou on automatise "un peu mais pas trop" pour éviter un changement de modèle social causé par la raréfaction de l'emplois.

Je suis pour une automatisation au maximum afin de forcer à un changement de modèle social.
[message édité par dieangel le 31/08/2013 à 21:25 ]
Inscrit le 08/08/2012
1843 messages publiés
Le problème c'est que ton automatisation va se faire sans le changement de modèle social. Pour le changement de modèle social, il faudrait que les moyens de productions soient nationalisés.
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Août 2013
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8