Premier réseau social en Occident, Facebook est un espace également très fréquenté par les jeunes. Or, le site américain doit faire davantage contre les discours de haine. Le Conseil de l'Europe invite donc le service à s'engager encore plus sur ce terrain.

Facebook en fait-il assez contre les discours de haine ? En tout cas, le réseau social américain doit s'engager plus encore contre l'aversion que peuvent avoir certains internautes à l'égard d'autrui. Tel est l'appel lancé par le Conseil de l'Europe, qui a envoyé un courrier au fondateur du site. Thorbjørn Jagland souhaite que Mark Zuckerberg s'associe au mouvement de lutte contre les discours haineux, lancé en mars dernier.

"Le Conseil de l'Europe apprécie Facebook, car il fournit une plate-forme de dialogue et de changement positif dans le monde entier. […] Mais nous sommes préoccupés par les incitations à la haine et à la violence qui se répandent sur internet", écrit le secrétaire général du Conseil de l'Europe, avant d'inviter Mark Zuckerberg à dire "non à la haine".

Le Conseil de l’Europe, organisation gouvernementale qui regroupe 47 États membres au-delà des seules frontières de l'Union Européenne, s'est prononcé sur plusieurs sujets de l'environnement numérique. L'institution s'est ainsi exprimée sur la neutralité des réseaux, sur le profilage des internautes dans un cadre commercial et sur les pressions politiques pour la censure du net.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos