Electronic Arts renonce au Online Pass pour ses prochains titres. Les joueurs achetant des jeux d'occasion n'auront plus l'obligation d'acheter un droit d'accès au jeu en ligne. Ce dispositif avait été mis en place pour permettre au studio de monétiser le marché de l'occasion, qui échappe à l'industrie vidéoludique.


Electronic Arts fait machine arrière. Dorénavant, les futurs jeux développés par le studio se passeront du Online Pass. L'information a été confirmée mercredi par le directeur senior de la communication, John Reseburg, dans un courrier adressé à Venture Beat. Selon ses explications, beaucoup de joueurs n'ont pas accueilli favorablement cette fonctionnalité, obligeant la société à revoir ses plans.

L'hostilité des joueurs vis à vis du Online Pass n'a en réalité rien d'étonnant. Introduit en 2010, ce dispositif n'a qu'un seul objectif : monétiser le marché des jeux d'occasion en obligeant les clients à acheter un ticket auprès d'Electronic Arts pour pouvoir jouer en ligne. Pour s'en procurer un, il faut se rendre sur le PlayStation Store et débourser 9,99 euros. Sur le Xbox Live Marketplace, il nécessite l'utilisation de 800 points Microsoft.

Si chaque jeu neuf vendu par EA pour le marché des consoles est accompagné d'un code, la revente du titre entre joueurs nécessite l'achat d'un nouveau ticket (sauf si le premier Online Pass n'a pas été consommé et a été transmis lors de la transaction). En effet, chaque Online Pass est à usage unique. C'est ce que rappelle la foire aux questions mise en place par le studio américain.

Avec le Online Pass, Electronic Arts avait trouvé un moyen de générer de l'argent sur le marché de l'occasion en conditionnant l'accès au jeu en ligne (ou à des contenus bonus) par l'achat d'un ticket. En effet, les studios n'ont aucune emprise sur le marché de l'occasion. Cependant, les efforts de l'industrie se multiplient pour tenter de capter une partie de sa valeur ou, à défaut, d'y mettre un terme.

Si l'abandon du Pass Online sera assurément salué par les joueurs, cette décision ne signifie absolument pas qu'EA met ses ambitions entre parenthèses. Les verrous numériques (DRM) pour contrôler l'accès peuvent prendre des formes très diverses. Or, la tendance est aujourd'hui au "DRM de connexion" qui nécessite d'être connecté (totalement, périodiquement ou juste pour l'activation du titre) pour jouer.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés