C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures confitures. En matière de développement aussi, les vieux programmeurs font les meilleurs codes. C'est en tout cas ce que l'on peut déduire d'une étude menée par des chercheurs américains, qui montre que les développeurs les plus âgés sont aussi les plus efficaces pour résoudre des problèmes techniques, y compris sur de nouveaux systèmes de programmation.

Le jeunisme dans l'industrie informatique est un mauvais calcul de la part des entrepreneurs, si l'on en croit les résultats d'une étude (.pdf) menée par Patrick Morrison et Emerson Murphy-Hill, de l'université de Caroline du Nord. Ils ont analysé la relation entre l'âge des développeurs et leurs talents, et contrairement aux idées reçues, les "vieux développeurs" ne sont pas dépassés par les nouveaux outils de programmation. Ils sont même meilleurs que les jeunes et savent mettre à profit leur expérience, tout en continuant à apprendre.

Pour parvenir à cette conclusion qui fera plaisir à François Hollande et à la promotion de son contrat de génération, les chercheurs ont analysé les données de la plateforme Stack Overflow, qui permet aux développeurs de poser des questions techniques ou d'y répondre, dans un esprit d'entraide. La plateforme réunit 1,6 millions de membres inscrits, dont 300 000 ont indiqué leur âge. De cet échantillon, les chercheurs ont retenu 84 284 programmeurs qui étaient toujours actifs en 2012.

Stack Overflow accorde un score de "réputation" aux développeurs qui donnent des réponses. Plus on donne de réponses qui débloquent un problème, plus la réputation augmente. Or en croisant ces scores avec l'âge des membres, l'étude révèle que "les scores de réputation des programmeurs augmentent en relation avec l'âge bien après la cinquantaine", et que "les programmeurs dans la trentaine tendent à se concentrer sur moins de domaines par rapport aux autres plus jeunes ou plus âgés". 

Par ailleurs, "il y a une forte corrélation entre l'âge et les scores dans des domaines de connaissances spécifiques", remarquent aussi les chercheurs. Or même dans les nouvelles technologies, qu'ils n'ont donc pas apprises dans leurs jeunes années, les développeurs les plus âgés restent particulièrement efficaces. C'est aussi parce que certaines technologies reviennent, comme dans des cycles. Par exemple, l'Objective C, qui a plus de 20 ans d'âge, est revenu à la mode en étant le langage de développement des applications iOS. Mais les développeurs âgés sont aussi actifs sur des technologies nées il y a moins de 10 ans, comme  Django, Silverlight, Clojure, JQuery, ou Ruby On Rails.

Interrogé dans The Register, Emerson Murphy-Hill explique que le problème avec les développeurs plus âgés dans l'entreprise est surtout le manque de confiance qu'on leur accorde pour utiliser de nouveaux outils. "Si vous avez l'impression que les développeurs plus âgés ne peuvent pas se mettre à jour vers de nouvelles technologies, vous les mettez dans des rôles où ils n'ont pas la possibilité d'apprendre".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés