Le CNC annonce un appel à projet destiné à favoriser le développement d'outils innovants pour la vidéo à la demande. Ces outils doivent à la fois améliorer l'expérience des usagers, ajouter des fonctionnalités et renforcer le référencement des offres, afin de lutter plus efficacement contre les acteurs de VOD extra-européens et le piratage sur Internet.

À défaut de parvenir à assouplir la chronologie des médias, le Centre national du cinéma et de l'image animée veut au moins encourager le développement "d'outils innovants" sur le marché de la vidéo à la demande (VOD). Ainsi, un appel à projet a été lancé dans le cadre du RIAM (recherche et innovation en audiovisuel et multimédia) et avec le concours d'Oséo, la banque publique française des entreprises.

Dans un communiqué, le CNC explique cet appel à projet doit "répondre […] des problématiques telles que le développement d'une offre française de téléchargement définitif, la gestion de la multiplicité des formats pivots et des fichiers d'exploitation, les enjeux d'amélioration de l'ergonomie des offres et des outils de recherche et de recommandation, ou encore un meilleur référencement de l'offre légale".

Pour le CNC, il s'agit d'un projet "ambitieux" pour développer le marché de la vidéo à la demande en France. L'établissement public considère en effet qu'une offre riche et attractive "constitue un enjeu majeur, tant sur le plan économique que culturel" face à la concurrence de services extra-européens, "qui bénéficient de conditions fiscales avantageuses", et du piratage sur Internet.

Un soutien public "est donc nécessaire", selon le CNC, pour aider les acteurs français et européens confrontés "à d'importantes difficultés économiques" et assurer "la pérennité d'un écosystème compétitif". Un soutien d'autant plus nécessaire que le CNC évalue à 500 millions d'euros le chiffre d'affaires annuel de la VOD pour le seul marché français d'ici à cinq ans.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés