Confronté à des utilisateurs plus consommateurs que prévu, qui ont pénalisé une majorité d'utilisateurs plus raisonnables de son offre de stockage Hubic, OVH a préféré revoir toute son infrastructure plutôt que de sanctionner ceux qui ont pris le mot "illimité" au pied de la lettre.

Mise à jour : les offres "illimités" de Hubic vont tout de même disparaître. Voir nos précisions en fin d'article.

En lançant son service d'hébergement de fichiers Hubic, OVH n'a pas gagné la meilleure des réputations. L'offre était extrêmement séduisante, avec 25 Go de stockage gratuit et la possibilité d'étendre à un stockage illimité pour un peu moins de 85 euros par an, mais le service s'est attiré les foudres des utilisateurs avec différents problèmes techniques, des comptes dont l'utilisation (en upload) a été gelée pendant plusieurs semaines, et surtout des problèmes de lenteur qui subsistent encore.

Néanmoins, OVH a publié sur son site un long billet explicatif qui revient sur cette première année de lancement du service, et appelle à la plus grande indulgence. En effet, les difficultés semblent avoir été essentiellement engendrées par la volonté d'OVH de ne pas sacrifier sa promesse de stockage illimitée, à un tarif qui défie toute concurrence.

Là où Hubic propose de l'illimité à 85 euros par an (7 euros par mois environ), le nouveau venu Mega propose au mieux 4 To à 30 euros par mois, Dropbox 500 Go à 499,99 euros par an, Google Drive 16 To à 800 dollars par mois, SkyDrive 100 Go à 50 dollars par an, etc… OVH est de très loin le moins cher, pour qui ne recherche qu'un espace de stockage en cloud, sans services annexes. 

Proposer du stockage illimité sans même prévoir une clause de "fair use" dans ses conditions de vente (.pdf), pour exclure les clients qui abuseraient du service, c'est un risque que seul OVH a pris. Et il l'assume.

En effet, Pierre Ourdouillé, le responsable de Hubic chez OVH, raconte que l'hébergeur a été dépassé par le succès de son offre, et avait mal évalué les usages qui pourraient être faits de son service. "L’utilisation extrêmement intensive d’hubiC par certains utilisateurs, envoyant des données en flux ininterrompu, 24h/24 et 7j/7, parfois depuis plusieurs machines simultanément n’avait pas été anticipée", écrit-il. "Si bien qu’au bout de quelques mois, ces comptes sont parvenus à essouffler les VM qui les accueillaient, pénalisant le fonctionnement des autres comptes hubiC définis sur la même machine".

Certains utilisateurs ont "dépassé la dizaine de Téraoctets", précise Pierre Ourdouillé. Mais plutôt que de sanctionner ces clients très gourmands, soit en suspendant leur compte soit, de façon plus subtile, en bridant leur vitesse d'upload, OVH a pris la décision de s'adapter et de revoir entièrement son architecture technique. 

L'hébergeur "s’est alors mise en quête d’une technologie de stockage dans le Cloud capable d’absorber mieux la charge, d’offrir des performances supérieures, une sécurité aussi élevée pour les données et compatible avec le développement d’une fonctionnalité réclamée par une large majorité des utilisateurs : la synchronisation automatique de dossiers entre le Cloud et leurs équipements". Son choix s'est porté sur la solution open-source Open Stack, dont il compte rejoindre la fondation.

La migration s'est faite dans la douleur, et continue de poser des problèmes, mais ils sont en passe d'être tous résolus. Le principal reproche que l'on puisse faire à OVH dans cette affaire est d'avoir très mal communiqué, en particulier pour expliquer aux premiers clients qu'ils étaient en fait aussi des bêta-testeurs. Mais il faut leur reconnaître une volonté farouche de respecter leurs valeurs, comme ils le démontrent aussi dans le respect de la neutralité du net.

Mise à jour : Octave Klaba, le fondateur et dirigeant d'OVH, a annoncé sur Twitter que de nouvelles grilles tarifaires feraient bientôt leur apparition. Le terme "illimité" va disparaître. "Les offres Hubic 2013 visent 100 euros par téraoctets et un maximum de 100 To par compte", écrit-il, nous précisant qu'actuellement 300 clients utilisent plus de 1 To de stockage :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés