La production du Nexus 4 va monter en puissance. La directrice de la communication mobile chez LG France affirme que le téléphone conçu en partenariat avec Google ne sera bientôt plus en rupture de stock. LG explique que ce sont les mauvaises prévisions de Google, basées sur le succès des précédents Nexus, qui ont conduit à mal évaluer le volume de terminaux à construire. Tout doit rentrer dans l'ordre à la mi-février.

Mise à jour – Fin des problèmes d'approvisionnement pour le Nexus 4 ? La page dédiée au smartphone conçu par LG pour le compte de Google n'indique en effet plus de rupture de stock.

Il faudra toutefois faire preuve d'un peu de patience avant de recevoir le terminal, une fois la commande passée sur Google Play. Le site indique en effet un délai de "deux à trois semaines", pour les modèles 8 Go et 16 Go.

Sujet du 16 janvier – L'an dernier, Google a présenté deux nouveaux terminaux qui ont enrichi sa gamme de produits Nexus. Le géant de la recherche a dévoilé une tablette 10 pouces, baptisée Nexus 10, et un smartphone sous Android, le Nexus 4. Vendu 299 euros dans sa version 8 Go, ce qui constitue un prix assez bas en comparaison aux autres mobiles haut de gamme, ce téléphone a fait forte impression.

Or, il est rapidement apparu que Google a mésestimé le succès qu'allait avoir le Nexus 4. Dépassée par le nombre de commandes, la firme de Mountain View s'est retrouvée dans une situation assez inconfortable : les deux terminaux se sont retrouvés en rupture de stock pendant plusieurs semaines et la situation peine encore aujourd'hui à se normaliser. Les deux produits sont en effet "épuisés" sur Google Play.

Assailli de critiques, Google est sorti de son silence fin décembre. Le directeur de Google pour la Grande-Bretagne et l'Irlande, Dan Cobley, s'est exprimé sur Google+ en reportant la responsabilité sur le dos de son fournisseur LG, qui fabrique le Nexus 4 et la Nexus 10, mais en reconnaissant malgré tout que la communication autour des deux produits "n'a pas été la bonne".

Quelques semaines plus tard, c'est au tour de LG de faire le point sur la situation. Interrogée par Challenges, la  directrice de la division communication mobile de chez LG France explique que son groupe n'est pas à l'origine des soucis frappant à la fois la tablette et le téléphone. C'est surtout la mauvaise anticipation du géant de la recherche sur le volume d'appareils à construire qui est la cause du problème.

Une situation bientôt normalisée

"Les problèmes d’offre ne sont pas forcément complètement liés à LG. Google nous a présenté des prévisions calculées en fonction de leur historique de ventes des précédents Nexus. Or elles ont été inférieures à la demande", explique Cathy Robin. C'est en particulier le cas du tout premier Nexus, le One, dont les ventes ont été très basses (faute, notamment, d'une faible promotion).

Quelle est la situation, aujourd'hui ? LG continue de livrer "régulièrement" Google, mais "c'est à flux tendu". "C’est pour cela que le Nexus 4 est toujours indiqué comme étant épuisé et que les acheteurs potentiels ont le sentiment qu'ils ne peuvent pas l'acheter". En filigrane, la directrice assure ne s'agit donc pas d'une rupture organisée, comme cela a été évoqué par certains analystes, pour faire parler d'Android.

La situation devrait revenir à la normale "à partir de mi-février", annonce Cathy Robin, qui explique que "la cadence [de production et de livraison ndlr] va augmenter" mais "qu'il faut compter sur six semaines de délai" pour en ressentir pleinement les effets. Quant à l'avenir du Nexus 4, il est tout tracé. LG assure que la production de l'appareil va se poursuivre et qu'il n'est pas question de l'arrêter.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés