Publié par Guillaume Champeau, le Jeudi 03 Janvier 2013

300 euros : le prix d'un lien hypertexte vers un journal

Les journaux irlandais commencent à envoyer la facture. Regroupés comme en France autour d'une même organisation, les grands quotidiens d'Irlande demandent que les sites payent au minimum 300 euros pour faire un lien hypertexte vers l'un de leurs articles, même lorsqu'aucun contenu de l'article n'est reproduit. Et ce quand bien même le lien leur permet de recevoir des visiteurs et donc d'attirer de nouveaux lecteurs.

Les journaux européens ont décidé de se livrer une course à l'absurdité. En Belgique, les journaux ont obtenu de Google qu'il soit davantage avantagé sur les sites des journaux. En Allemagne, la presse a le soutien du gouvernement pour inciter Google à dé-référencer les titres allemands. En France, les grands quotidiens sont main dans la main avec l'Elysée pour menacer Google de faire adopter une loi qui créerait un droit exclusif plus strict encore que le droit d'auteur, menaçant la liberté de citation sur laquelle reposent souvent ces journaux.

Mais le plus absurde vient d'Irlande. Un cabinet d'avocats révèle que l'association des Quotidiens Nationaux d'Irlande, qui rassemble 15 grands journaux du pays, a commencé à envoyer des mises en demeure aux sites internet qui ont l'outrecuidance de faire des liens hypertextes vers leurs articles. Ils exigent de ces sites internet qu'ils achètent une licence au titre de leurs droits d'auteur, avec un prix de base de 300 euros... pour 5 liens maximum.

On ne parle pas de reproductions d'articles, totale ou partielle, mais bien de simples liens hypertextes menant vers l'article original. En l'espèce, le cabinet McGarr parle en exemple d'une association britannique contre les violences faites aux femmes, Women's aid, qui a décidé de faire appel aux avocats lorsqu'elle a commencé à recevoir courriers postaux, e-mails et coups de téléphones de la part des journaux irlandais qui lui affirmaient qu'elle devait acheter une licence pour faire un lien vers les articles qui parlaient de l'association. Ubuesque.

Le cabinet dévoile le barème tarifaire communiqué par les Quotidiens Nationaux d'Irlande :

  • 1 – 5 liens : 300.00 €
  • 6 – 10 liens : 500.00 €
  • 11 – 15 liens : 700.00 €
  • 16 – 25 liens : 950.00 €
  • 26 – 50 liens : 1,350.00 €
  • + de 50 liens : Négociable

Evidemment, une telle demande ne repose sur aucun fondement juridique sérieux. Mais en juillet 2012, les journaux avaient répondu (.pdf) à une consultation publique sur la révision du droit d'auteur, en affirmant qu'ils estimaient qu'un "lien vers un contenu protégé par le droit d'auteur constitue effectivement une violation des droits d'auteur". Elle demandait au législateur de préciser clairement dans la loi que le fait de réaliser des "liens profonds vers un contenu protégé par le droit d'auteur sans se conformer aux conditions d'utilisation du site lié et sans tenir compte des intérêts commerciaux de l'éditeur à protéger ses propres droits d'auteur est illicite". Elle n'autorisait les liens que s'ils étaient réalisés sans but lucratif. 

En France, un tel barème n'a pas été dévoilé. Mais l'ambition des grands journaux est sensiblement la même, quoique plus limitée. Dans son projet de loi inepte que prévoit de reprendre le gouvernement s'il n'y a pas d'accord entre la presse et Google, l'association de la presse d'Intérêt Politique et Général (IPG) demande l'ajout d'un article de loi qui dispose que la création de liens hypertextes vers les journaux "ouvre droit à une rémunération équitable au profit des organismes de presse" lorsque ces liens proviennent de moteurs de recherche ou de services de référencement.

Publié par Guillaume Champeau, le 3 Janvier 2013 à 10h40
 
124
Commentaires à propos de «300 euros : le prix d'un lien hypertexte vers un journal»
Inscrit le 27/06/2008
176 messages publiés
bien. on lira plus aisément les sites indépendants, les opinions des blogueurs et des sites pure players.
et on regardera crever cette vieille presse et ces vieux éditocrates qui se prennent pour des génies de la société, en fumant un cigare qu'on leur éteindra sur le front avant qu'ils ne disparaissent pour de bon, ensevelis sous la honte de leurs échecs répétés.
Inscrit le 03/01/2013
1 messages publiés
J'aurais pas dit mieux. J'ai hâte de voir ça et plus ils vont couler, plus je rigolerais.
Je vais aussi me faire un grand plaisir en trollant a tout va leurs sites.
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Troller leur sites c'est leur faire trop d'honneur: l'indifférence peut les endommager plus surement, donc ignore-les. Dans leurs sites et en dehors, qu'ils disparaissent des radars du réseau, car c'est le buzz qui fait vivre.
Inscrit le 31/01/2011
994 messages publiés
La fumisterie de l'abus des droits d'auteur dans l’environnement numérique continue...
Inscrit le 10/07/2009
143 messages publiés
J'aimerais teeeeellement que Google dise fuck et déréférence tout ce beau monde... ça leur ferait les pieds.
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Ce n'est pas spécifiquement Gg qui est visé mais n'importe quel autre site commercial faisant un lien vers eux. Ce qui me semble plus cohérent, par ailleurs.

Gg pourra les déréférencer de GoogleNews lorsque l'information alternative, totalement numérique et sans droit de passage sera à la hauteur. Car ces journaux pourront alors lancer viablement leur propre portail et appli tel http://presse.lemoteur.fr/
Inscrit le 11/03/2009
1638 messages publiés
C'est un peu tôt pour le 1er avril non ?
Inscrit le 28/08/2004
6815 messages publiés
Heu, et en quoi renvoyer vers un article viole le droit d'auteur? Dans la mesure où l'on ne leur prend rien, mais qu'au contraire, on leur envoie des visiteurs, je ne saisis pas...non seulement, on leur fait de la publicité gratuite, mais en plus, ils veulent qu'on les paie pour ça???

Bientôt, citer le nom d'un journal sera soumis au droit d'auteur, à ce rythme. :

Oui, vivement qu'ils soient tous déréférencés et que leur visibilité s’effondre.
Inscrit le 04/03/2010
272 messages publiés
depuis que des gugus payent pour afficher la marque de leur sweet sur leur sweet ...
Inscrit le 04/01/2013
1 messages publiés
il y a en a même qui paie pour porter de la publicité sur leurs maillots (cf les clubs sportifs par exemple)
Inscrit le 28/11/2008
3154 messages publiés
What
The
Fuck.

Chiche: plus personne ne fera de lien vers leurs articles puisque c'est ça qu'ils veulent.
Et puis ils devraient enlever les boutons "partager sur Facebook/Twitter/Google+", ça aussi ça crée des liens.
Et puis "Disallow: /" dans le robots.txt pour qu'il n'y ait pas de liens automatiques des moteurs de recherche.
Et puis suppression automatique des articles après 7 jours, comme ça c'est volatile comme la presse papier.

Et dire qu'un jour les dirigeants de ces groupes seront les "numeric natives" d'aujourd'hui. Quoique: à ce rythme, je leur donne pas 10 ans de survie dans l'internet (et je ne vais pas les pleurer).
Inscrit le 26/11/2010
144 messages publiés
tout ceci c'est pour avoir plus d'argent.
au lieu de réclamer il devrait se remettre en question.
car il n y a pas à dire dans les journaux il y a beaucoup de conneries et du blabla.
des vrais enquêtes sur le terrain c'est fini maintenant c'est people beurk.
je n'achète plus rien sauf le canard enchainé qui lui ai sans pub en plus donc il n y a pas photo !!!
Inscrit le 13/09/2010
90 messages publiés
au lieu de réclamer il devrait se remettre en question
On a déjà essayé avec P. Nègre, ces gens ne pigent rien...
On espérait qu'après le Sarkozisme ça changerait mais le Filipettisme est pareil...
Inscrit le 13/09/2010
90 messages publiés
C'est moi qui suis encore dans le pâté ou on a déjà l'Epic Fail de l'année dès le 3 janvier ?
Inscrit le 11/03/2009
3539 messages publiés
non non , t'es bien reveillé Mais dans la surenchère à la connerie je reste persuadé que ce fail sera tres vite détroné . En tout cas on place la barre haut dès le 3 janvier faut le reconnaitre.
[message édité par speed le 03/01/2013 à 14:11 ]
Inscrit le 04/03/2010
272 messages publiés
en ce moment le deconotron est en phase d’expansion et le deconometre tourne à plein régime pour le mesurer !
Inscrit le 28/08/2004
6815 messages publiés
Quartzkyte, le 03/01/2013 - 11:14
C'est moi qui suis encore dans le pâté ou on a déjà l'Epic Fail de l'année dès le 3 janvier ?

Hélas, ce ne sera probablement que le début d'une longue série: on pensait que les revendications des ayant-droits avaient atteint le fond...hé bien non, ils creusent encore!
Inscrit le 15/08/2008
2838 messages publiés
Il est quand même dans le top 10 2013 je pense celui-là.
Inscrit le 23/12/2011
364 messages publiés
Inscrit le 28/03/2012
676 messages publiés
C'est étrange, ils arrivent à être rentables sans subventions et sans chouiner, juste en faisant de la qualité.
Partant de là qu'est ce qui fait que les médiamenteurs sont fauchés ?
Inscrit le 23/02/2009
259 messages publiés
mediapart rentable ? t'as vu ça où ?
Inscrit le 01/06/2010
56 messages publiés
une idée : TOUT le monde devrait faire des liens vers les sites de ces journaux. TOUS.
ils pourront plus suivre du tout, et basta. ( https://twitter.com/...779017116409857 )

Ou alors, effectivement, plus personne ne fait de lien, et ainsi plus de visite.

Ou encore, passer par des url-shortners :].

T.
Inscrit le 10/07/2009
228 messages publiés
Prochaine étape: grace aux caméras de surveillance et à la reconnaissance faciale, il sera possible de facturer un droit de lecture à ceux qui lisent quelques lignes par dessus de l'épaule de leur voisin(e) dans le métro.

Idem si deux amis lisent ensemble un journal/magasine bien sur.

Hadopi se fera bien évidemment un grand plaisir d'envoyer les factures directement au domicile des dangereux délinquants.
Inscrit le 24/12/2011
2269 messages publiés
Juste énorme. C'est ptet la crise mais qu'est ce qu'on rigole !
Inscrit le 10/04/2009
605 messages publiés
La connerie humaine ne connaît pas la crise, c'est bien connu.
Inscrit le 09/10/2008
3223 messages publiés
5 liens 300 balles le droit d'auteur devient de plus en plus ridicule. mais le pire dans tous cela c’est que des tas de gens vont devenir auto entrepreneur afin de faire pareil, travailler moins pour gagner plus, voire ne pas travailler du tout, tel est la devise des ayants droits.
Inscrit le 17/06/2009
19 messages publiés
Dans ce cas, pourquoi le moteur de recherche ne se fait pas rémunérer pour la visibilité qu'il leur offre ? !!
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
Voilà, c'est ce que je disais précédemment. Si on met de côté la connerie chatoyante de la presse irlandaise et qu'on en revient à la connerie tout aussi chamarrée de notre presse nationale, avec des fleurons aussi affligeants que "l'Express", "le Point", le "Nouvel Obs" ou encore le "Figaro", pour ne citer qu'eux, on se rappelle que ces cons veulent la création par le législateur d'un droit voisin leur permettant d'interdire le référencement des articles qu'ils éditent ou de faire payer le référencement par une taxe. Au motif selon eux que Google se fait du blé grâce à ces renvois vers leurs contenus... ok mais alors pourquoi Google ne leur ferait pas payer, à son tour, une partie des bénéfices que ces sites de presse se font via leurs propres régies publicitaires grâce à la visibilité conférée par le référencement de Google ? ça marche pas dans les deux sens, cette logique à la con ? Aoh, dommage...

C'est vraiment le règne de la bêtise la plus achevée. Et sans complexe, bien sûr. Plus c'est gros, plus ça passe, hein.

Ces gens sont des cancrelats.
Inscrit le 11/04/2008
612 messages publiés
Le plus drôle en France, c'est que la presse est un des secteurs les plus subventionnés et ce depuis des temps immémoriaux. Ce secteur survit grâce à nos impôts, et voilà qu'il veulent se farcir aussi la crémière.
Inscrit le 23/02/2009
259 messages publiés
la presse est l'un des secteur les plus touché par la crise, la plupart des journaux auront fermé dans 5 ans si l'on ne fait rien.
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Les conducteurs de fiacre aussi ont vécu ça. Ainsi que les demoiselles du téléphone.
Inscrit le 04/03/2010
272 messages publiés
je possède une manufacture d'appareil photo argentique : vite une loi pour taxer les les technos numériques pour faire survivre mon entreprise : c'est qu'il y a plein de salariés dont le bien être dépend de cette usine ! et qui risquent de se retrouver au chomage ... Vous voulez pas qu'ils soient chomeurs, quand même ?
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés


C'est vrai, j'avais oublié ces métiers plus proches de nous.
D'ailleurs il faudrait en faire une liste: les disparus du fait de l'évolution technologique.
Inscrit le 25/09/2011
167 messages publiés
Et alors? Si ils ferment tous, ils seront remplacer d'autres, sans subventions, qui seront peux être un poil plus indépendant du pouvoir en place.
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Qu'ils demandent à Lagardère de leur filer un peu de son argent de poche, ça suffira à sauver toute la presse française pour des siècles.
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
Putain de débiles. Grotesques. Imbéciles.

Le lien hypertexte payant, ou comment ruiner totalement le modèle-même d'internet.

Crétins.
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Voyons, ne sois pas grossier envers un système à terre: mets fin à son agonie.
C'est pas bien la cruauté.
Inscrit le 28/08/2004
6815 messages publiés
rorky, le 03/01/2013 - 11:30
Je ne suis pas sûr que le remplacement de cette presse "traditionnelle" par des blogueurs qui font des billets pour des sites de jeux en ligne et des journalistes qui mélangent comparateur de prix et information soit vraiment un progrès...


C'est pas faux, mais bon! Puisqu'il faut payer les "vrais journalistes" x fois pour le même travail, on va en arriver là.
[message édité par Elisheva le 03/01/2013 à 15:18 ]
Inscrit le 08/07/2009
124 messages publiés
J'ai pas assez bu, ou trop ou je sais pas quel interêt y a til de publier un article s'il ne doit pas être vu et pas référencé ?

Le nouvel internet : l'internet que personne peu consulter ...
Inscrit le 24/12/2011
2269 messages publiés
Non non, car la prochaine étape, c'est d'obliger les sites à faire des liens vers leurs articles
Inscrit le 25/09/2011
167 messages publiés
haha, elle est bonne celle-là, je les vois bien facturer la potentialité d'existence d'un lien!
Inscrit le 03/01/2013
2 messages publiés
Et si ils utilisent un raccourcisseur de lien? C'est eux qui devront payer alors? Quelle débilité.
Inscrit le 19/10/2010
150 messages publiés
Ok, dans l'opération "Creusage de Tombe", on approche du bedrock, là.
Inscrit le 20/04/2012
25 messages publiés
Avec un peu de chances ils creusent à la TNT et vont arriver à percer la bedrock et sauter dans le vide pour nous foutre la paix une bonne fois pour toute.
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Cette personne https://fr.wikipedia...Nathalie_Collin
est un gros problème pour :

1. le journalisme au sens large et noble
2. les internautes et les citoyens français
3. le pays et sa capacité à rentrer enfin dans le "numérique" comme civilisation
4. la démocratie et la République aussi, tout simplement

On ne confie pas autant de puissance dans le 4ème pouvoir à de telles personnes. On les en écarte.
Inscrit le 15/04/2010
849 messages publiés
T'as vu ses mandats ?

  • Présidente de la Coopérative des quotidiens de Paris (2011)
  • Présidente de la Coopérative de distribution des quotidiens (2011)
  • Présidente de la société Nealis (depuis 2012)
  • Directeur général du Nouvel Observateur du Monde (depuis 2011), éditeur de l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur , Membre du comité éditorial (depuis 2011), Directeur général des titres du groupe Le Nouvel Observateur
  • Co-président et directeur général du syndicat des éditeurs de la presse magazine (SEPM) (depuis 2012)
  • Administrateur de Presstalis
  • Administrateur de l'établissement public de la Cité de la Musique
  • Administrateur de Il Secolo XIX
  • Administrateur de la Coopérative de distribution des magazines (depuis 2011)
  • Présidente de l'Association IPG


Et en plus .............. Nathalie Collin a été décorée de l'Ordre National du Mérite (JO du 14/11/2010)
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Yep, j'avais noté.

L'archétype de la gangrène à la française, tout y est.

Et encore entre autres gâteries on n'a pas son carnet d'adresses avec lignes directes vers les putes /oups, mais mérité/ payées avec nos impôts pour légiférer et gouverner, enfin il parait!

Je ne cesse de le dire, ce n'est même plus une République ou une démocratie un peu malade, c'est un bordel doré avec quelques poignées de partouzards consanguins débiles et gangrénés à la moelle.

Cool...
Inscrit le 10/06/2011
1063 messages publiés
je te trouve bien insultant à l'égard des partouzards consanguins, débiles et attardés quand tu parles de ces ... gens Jim
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Inscrit le 01/06/2010
56 messages publiés
° adieu droit de citation
° adieu les liens pour appuyer un article extérieur

Quand je vois le nombre de liens vers des articles de médias dits "traditionnels" que je fais dans mes articles pour les sources, j'ose pas imaginer combien je devrais payer...

Bon, on a déjà un mega-ultra-fail pour ce début d'année. Qui osera sur-enchérir après ça ? Parce que, franchement, avouons-le, la barre est placée vraiment très haute :/.
[message édité par nimointernux le 03/01/2013 à 12:35 ]
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Justement.
Et si un lien est fourni dans les discussions/commentaires, comme on le fait pour sourcer une affirmation, plutôt que dans le corps de l'article?

Je ne suis pas chaud pour le boycott, mais là je suis pour pour prendre l'habitude de passer sur ces titres.
Inscrit le 21/11/2012
2 messages publiés
C'est vraiment débile. Ils peuvent faire un accès limité avec des inscriptions s'ils veulent limiter la diffusion du contenu. Et pour cette histoire de lien, ils pourraient juste vérifier d'où provient l'appel de la page (REFERER) et renvoyer vers la page d'accueil au lieu de la page de l'article si le referer n'est pas déjà leur site.
Mais ils ne le font pas. Donc c'est vraiment juste un prétexte vraiment bidon pour récupérer de l'argent et les gouvernements leur donnent même raison (français, allemand, belge, ...)
Inscrit le 24/12/2011
2269 messages publiés
Non on parle du remplacement de la presse traditionnelle par les vrais journalistes qui existent sur Internet, pas par les blogueurs dont tu parles.
Inscrit le 14/05/2010
97 messages publiés
racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket
racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket
racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket
racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket
racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket
racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket racket
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Pour le moment, à ma connaissance, il n'y a aucune loi votée pour appuyer ces diktats éhontés d'une presse appauvrie finissante et aux abois.

On ne peut faire confiance aux petits politiciens professionnels liés comme des consanguins avec des Nathalie Collin et autres tristes lobbyistes pour décider avec intelligence, vision, et sens du bien commun.

Une fois de plus, comme pour tant de sujets, et cela est devenu quasiment la règle, c'est le peuple et les internautes CONTRE ces soi disant représentants "élus" parait il et leurs petits amis.
Cela va mal finir, évidemment.

Pour l'heure, si un projet de loi du genre lex google ou encore pire ce stupide projet comme celui en irlande devait être soumis aux pseudo parlements par des pseudos politiques téléguidés par de vrais lobbyistes, il faudra réagir.

Je n'aime pas des masses les propositions de la Spiil, http://www.spiil.org...esse-numerique, écrit par des journalistes pour des journalistes http://www.spiil.org/bureau, avec en outre son axe européen qui fleure bon l'amour des projets top-down globaux dirigés par des administrations cloisonnées boursouflées et inefficaces, et donc rétrograde au regard de ce que promet l'information en ligne et internet dans son ensemble.
Mais la Spiil peut être un précieux allié de circonstance pour "les jeunes" et leur avenir et l'avenir de cet internet que nous aimons, "civilisé de nouvelle génération" mais certainement pas en cage comme le veulent les illégitimes!
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Parce que dans le modèle payant "traditionnel" les journalistes sont indépendants vis à vis de leur propriétaire ?
Laule comme dirait l'autre.

edit : ha ben tiens quand le message n'est pas en accord avec la vision du taulier on n'hésite pas à le supprimer même si du coup je réponds dans le vide et on ne comprend plus rien hein ? La modération est de plus en plus ridicule.
[message édité par tass_ le 03/01/2013 à 14:12 ]
Inscrit le 24/12/2011
2269 messages publiés
Ah ben pareil je me retrouve avec un message dans le vide !
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Non mais quand des gens demandent gentiment que leur compte et tous les messages afférents soient supprimés on leur dit "ha non ça va gêner la contradiction du forum" par contre qu'un gus émette l'idée que peut-être Champeau ne soit pas vraiment objectif avec les marques dont il fait la pub et là tous tes messages sont supprimés sans préavis, et la compréhension on s'en fout.

On a compris en fait, surtout ne pas remettre en question le Dogme Numérama. Et dire que ça veut donner des leçons de démocratie. Trop drôle !
[message édité par tass_ le 03/01/2013 à 14:24 ]
Inscrit le 25/06/2009
272 messages publiés
Et que fait-on pour la presse qui copie la presse ?

La presse en ligne gueule du google qui donne de la visibilité à la presse en ligne en collant deux lignes d'extrait d'article, alors que la presse en ligne se copie allègrement elle-même...

Edit : 7 liens dans ce seul article : ouch pour numerama... !
[message édité par Borny le 03/01/2013 à 14:56 ]
Inscrit le 13/09/2011
82 messages publiés
Il faut militer pour faire appliquer symétriquement aux journaux les principes qu'ils poussent : à savoir faire payer systématiquement les journaux dès lors qu'ils citeraient un propos, un tweet, un blog, une page web, ou même un lien puisqu'ils veulent aller jusque là. On peut remarquer que pour le cas de la France, la presse a soigneusement pris soin de ne lister que les organes de presse comme bénéficiaires de ce nouveau "droit dérivé", précisement pour éviter de se retrouver cibler par ce qu'elle défend.
[message édité par pcat le 03/01/2013 à 15:20 ]
Inscrit le 28/10/2008
536 messages publiés
Faudrait déjà que tout un chacun se persuade vraiment que la presse papier est, en général, une grosse merde.

Ca fait plaisir de voir que Libé et le Nouvel Obs, prétendument des journaux "progressistes" sont en pointe dans ce racket désespéré. Au moins ici, pas de clivage gauche/droite, ils sont tous à mettre dans le même sac. Si ça pouvait ouvrir les yeux de quelques électeurs de Hollande ça serait déjà pas mal.
Inscrit le 23/02/2009
259 messages publiés
Vous ne viendrez pas pleurer quand la presse aura disparu...
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés


/ fou rire totalement pré-médité en largeur et en longueur
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Tu sais y a plein d'autres secteurs dont les ressources dépendent fortement du contenu de leur site web, et bizarrement ils demandent pas 300€ par lien.
Allez on va pleurer un coup sur le sort de Bolloré et Lagardère, ils ont l'air dans le besoin les pauvres petits.
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Depuis le siècle des lumières, plein de métiers ont disparu et je ne les pleure pas.

Ce qui m'intéresse est l'information, mais son seul vecteur de diffusion doit-il être la presse écrite?
Pour reprendre l'analogie des conducteurs de fiacre, le seul moyen de déplacement devait-il être l'équitation?
Inscrit le 10/06/2011
1063 messages publiés
Quand cette presse-ci aura disparu non je ne viendrais pas pleurer effectivement. Je sortirais plutôt le champagne en fait
La presse en tant que telle n'a pas besoin de ces parasites pour exister. Elle était là avant eux, elle sera là bien après leur mort
Inscrit le 29/07/2010
1024 messages publiés
Je voulais faire un commentaire, mais un moment donné quand on voit autant de bêtises (et toujours les mêmes) on ne sait plus quoi dire à part un gros WTF?

Sinon vous imaginez si tout les sites web faisaient pareil. Ce serait ni plus ni moins la mort du Web, du HTTP pour HyperText Transfer Protocol. Le lien hypertexte est la colonne vertébrale du web. Plus de liens, plus de Web.
[message édité par june le 03/01/2013 à 18:06 ]
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
'tain cette barbe, je ne m'en remets toujours pas

Berners Lee, sacré gaillard, parle des liens ici :
http://www.w3.org/De.../LinkMyths.html

Celui qui attaque les liens attaque le web, le net, et les peuples. Ce sera donc sans pitié, et à mort!
Inscrit le 03/10/2011
5810 messages publiés
Ils ont qu'à faire leur site en flash déguelasse avec une navigation à la mort moi le noeud, ils n'auront plus de problème avec leurs liens.
Inscrit le 25/08/2008
759 messages publiés
On ne parle pas de reproductions d'articles, totale ou partielle, mais bien de simples liens hypertextes menant vers l'article original.

Ca serait comme demander à faire payer quelqu'un parce qu'il a donné le titre, le numéro de page et le numéro de paragraphe d'un livre, sans rien citer de l'ouvrage.

C'est d'une absurdité sans nom ! Tout ce qu'ils vont réussir à faire c'est fragmenter le marché en ayant un nombre réduits de lecteurs, des marchés de niches en somme. Et donc seuls survivront ceux qui publient sans demander grand chose en retour. De la presse libre quoi. A la rigueur ça ne peut pas être mauvais finalement
Inscrit le 03/01/2013
1 messages publiés
Pfff, ils sont stupide, s'ils ne veulent pas qu'une page de leur site soit référencée, ils n'ont qu'à le coder correctement, car il suffit de mettre soit :
- dans chaque page la balise meta :
- soit dans le fichier robot.txt du site d'interdit les moteurs de recherche

Mais bon, quand on est handicapé mental, on casque chez des avocats.
Inscrit le 28/08/2004
6815 messages publiés
Au contraire, ils sont très bien au courant de ce système, à mon avis.

Ce qui montre leur véritable but: ce n'est pas d'être référencés qui les gêne, mais de ne pas être payés pour.

Ce n'est donc plus vraiment une question de droit d'auteur en soi-même, mais du racket pur et simple (comme le souligne si justement Yvesgomez plus haut ).

Sinon, à quoi bon se plaindre d'un système qu'ils pourraient contourner aussi facilement? (Cf ton post qui résume bien la parade contre cet "affreux pillage").
[message édité par Elisheva le 04/01/2013 à 09:55 ]
Inscrit le 13/08/2010
6999 messages publiés
Oui. Cf le (même) lien de JIM puissance3 !
Ces abrutis de la presse n'ont toujours rien compris à internet. Et ce, dans plusieurs pays. C'est très inquiétant à bien des égards, notamment sur leur capacité à délivrer de l'information... vu leur niveau intellectuel.
Inscrit le 25/06/2009
272 messages publiés
J'attends qu'une seule et une chose : que cette presse soit déréférencée.

On va bien se marrer une fois que ça sera fait .
Inscrit le 04/01/2013
2 messages publiés
Salut les jeunes !

J'ai bien compris vos désirs ardents de liberté, de "l'information est un droit", "la presse écrite c'est bon pour se torcher le cul" et "la seule vérité vient des pure players et surtout, surtout, des blogs édités par des lycéens"...
Néanmoins, si la presse écrite se lance dans ce genre de démarche, c'est pour éviter un pillage systématique et pour rester viable.

Pour prendre un exemple simple, celui du football. Une nuée de sites web (foot01, maxifoot, footmercato...) ne font QUE (ou presque que) de la reprise d'articles de presse (écrite ou web), sans jamais passer un coup de téléphone, chercher à obtenir des informations ou effectuer des reportages.
L'activité principale de ces sites consiste à dépouiller les médias traditionnels payant et à en reproduire la quasi-totalité. Coût de l'opération = 0 € (ben oui, les stagiaires, c'est pas cher).

Vous vous plaignez de la qualité de la presse, mais comment peut-elle donner des moyens à des journalistes pour enquêter, faire du reportage, etc., si elle ne tire pas de revenus de ses informations ? Si vous êtes ingénieur, votre concurrent doit-il bénéficier en toute transparence et gratuitement des résultats de vos recherches ? Dans un certain idéal, oui, parce que cela irait dans le sens du progrès, de l'avancée des technologies, etc.

Pour continuer d'exister, l'information a besoin de revenus et de ressources. J'ai bien compris que pas grand monde ici ne pleurerait la disparition del a presse écrite. Seulement, le web n'offre pas aujourd'hui un modèle économique qui lui fournirait une alternative satisfaisante. Le seul site français d'information, non rattaché à un support papier, pérenne est aujourd'hui Médiapart, qui est payant.

Voilà, j'espère juste faire comprendre que si la presse écrite cherche à continuer d'exister, ce n'est pas juste pour continuer à se rouler dans le pognon en fumant des cigares. A vrai dire, ce n'est pas vraiment l'ambiance actuelle dans les rédactions...
Inscrit le 28/08/2004
6815 messages publiés
Pour prendre un exemple simple, celui du football. Une nuée de sites web (foot01, maxifoot, footmercato...) ne font QUE (ou presque que) de la reprise d'articles de presse (écrite ou web), sans jamais passer un coup de téléphone, chercher à obtenir des informations ou effectuer des reportages.
L'activité principale de ces sites consiste à dépouiller les médias traditionnels payant et à en reproduire la quasi-totalité. Coût de l'opération = 0 € (ben oui, les stagiaires, c'est pas cher).


Sauf que là, on ne se contente pas de mettre un lien ou de citer deux phrases avec mention de l'auteur (ce qui est aurtorisé, on peut parler de pillage du travail de quelqu'un, en effet.

Quel rapport avec un blog privé qui cite un article d'un journal en donnant le lien et la source précise (et sans en piller le contenu)?

Si mon site parle d'un super article sur le Monde, avec lien et mention expresse de l'auteur, je lui fais de la pub, je lui amène des visiteurs...et je dois encore payer pour ça?

Pour continuer d'exister, l'information a besoin de revenus et de ressources. J'ai bien compris que pas grand monde ici ne pleurerait la disparition del a presse écrite. Seulement, le web n'offre pas aujourd'hui un modèle économique qui lui fournirait une alternative satisfaisante. Le seul site français d'information, non rattaché à un support papier, pérenne est aujourd'hui Médiapart, qui est payant.


Exact. Et comment font les autres?

Abonnement premium, mais surtout: LA PUB.
Qui ne fonctionne que s'il y a des visiteurs, n'est-ce pas? Donc en parler et donner le lien, c'est bel et bien faire leurs affaires. Tu imagines que ces nombreux journaux et sites tiendraient combien de temps sans la publicité impressionnante que leur font Google, les internautes par le bouche à oreille, les blogs, les sites spécialisés...?


Nous ne sommes pas pour le pillage, mais contre un soi-disant droit d'auteur qui n'a aucun fondement. Ni juridique, ni légitime. je n'ai pas à payer pour rendre service à quelqu'un? Donc pourquoi payer pour rendre service à une entreprise?

Mais j'ai le sentiment que tu as répondu sans lire ni l'article ni nos réactions et explications.Pour quelqu'un qui vient défendre les droits des journalistes et leur travail sérieux, tu es un peu mal placé pour nous faire la morale, non?
[message édité par Elisheva le 04/01/2013 à 14:12 ]
Inscrit le 04/01/2013
2 messages publiés
Si, si, j'ai bien lu et l'article et les commentaires. Ma réaction est plutôt d'ordre général et concerne la rémunération de la reprise d'informations qui, me semble-t-il, est bien le thème principal de l'article.

Je comprends très bien l'argumentation mais je suis content de voir que tu mets déjà de la nuance en distinguant l'utilisation d'un article pour étayer un autre, le développer, l'enrichir, etc. Tout ceci rentre pleinement dans le droit de citation, prévu par la loi et allègrement utilisé depuis des années. Parfois à l'excès par certaines télés et radios, d'ailleurs, qui préfèrent s'appuyer sur le travail de la presse écrite plutôt que de remplir leur rôle de recherche de l'info, de recoupement, etc.

Ce que la presse reproche à Google actu par exemple, c'est que le business consiste purement et uniquement au "pillage" et non pas à l'enrichissement. Google draine du trafic grâce aux sites producteurs d'infos, sans aucune autre contrepartie que de leur envoyer des visiteurs. Or, ce que je soulignais dans mon précédent message, était que l'économie de la publie en ligne n'était à l'heure actuelle absolument pas suffisante pour survivre. Les médias "traditionnels", estiment donc que la contrepartie ("le trafic offert par google") ne suffit pas à rémunérer le "pillage" de leur travail.

Pour être clair, je trouve évidemment débile qu'un journal envoie une facture à une association qui mettrait sur son site : "Tenez, on parle de nous dans Le Journal de Mickey, allez voir : lelienhypertexteenquestion". La réflexion mérite en revanche d'être menée quand cela s'opère tous les jours, à échelle industrielle, dans un but clairement mercantile. C'est dans l'intérêt de l'information, et même de google qui n'aura plus grand chose à lister si ses principaux fournisseurs mettent la clé sous la porte...
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Et où est le problème si on se met vent debout contre ces journaux qui demandent à être rémunérés pour des liens, même pas pour des citations?

Effectivement une compilation de citations tel que le fait GgNews sort du cadre légal, mais pas les liens au coup par coup des sites visés par ces journaux.

http://fr.wikipedia....courte_citation

Maintenant, que la presse en ligne ne puisse être pérenne avec la pub, même avec le surplus de visiteurs drainé avec les liens, ne leur donne aucun droit moral ou légal à vouloir rendre un lien payant. Ils peuvent au choix devenir payant ( MédiaPart ), sortir du net ( Le Canard Enchainé ), utiliser robot.txt, etc.

Et si cela me hérisse tant, c'est qu'ils touchent à l'hyperlien, soit la pierre angulaire du réseau: je préfère qu'ils disparaissent plutôt qu'ils sabotent internet pour survivre. Tout comme cela ne m’empêche pas de dormir que les phaétons aient disparus alors qu'ils avaient essayé de bloquer l'automobile.

http://fr.wikipedia....ki/Lien_profond
Ils ne touchent pas aux liens hypertextes en général mais seulement à ceux qui les ciblent.
Le reste du net n'est en aucun cas affecté.

Si vous n'aimez pas ces journaux, ne les linkez pas, et ne les lisez pas.
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
"Le reste du net n'est en aucun cas affecté"

Ah? C'est quoi le net du point de vue de ces sites, sinon les sites et moteurs qui interagissent avec eux? Le minitel?

Et mieux: si une loi passe, comme ils le demandent, qu'il faille obtenir l'autorisation expresse et explicite, accessoirement onéreuse, avant de linker, tu maintiens ta position? Car cela s'appliquerait à tout le monde et je peux deviner l'usage qui en serait fait.

Mais je suis d'accord sur un point: faut plus les consulter ou faire référence à eux.
[message édité par Severe le 04/01/2013 à 23:39 ]
Et mieux: si une loi passe, comme ils le demandent, qu'il faille obtenir l'autorisation expresse et explicite, accessoirement onéreuse, avant de linker, tu maintiens ta position? Car cela s'appliquerait à tout le monde et je peux deviner l'usage qui en serait fait.

Ils ne demandent pas cette mesure.

Si tu inventes des propos aux autres, il est facile de les accuser de la peste et du choléra. Dans les faits, tu fais des suppositions sans fondement.
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Citation de l'article: " ils estimaient qu'un "lien vers un contenu protégé par le droit d'auteur constitue effectivement une violation des droits d'auteur". Elle demandait au législateur de préciser clairement dans la loi que le fait de réaliser des "liens profonds vers un contenu protégé par le droit d'auteur sans se conformer aux conditions d'utilisation du site lié et sans tenir compte des intérêts commerciaux de l'éditeur à protéger ses propres droits d'auteur est illicite" "

Ils demandent quoi?
[message édité par Severe le 05/01/2013 à 21:22 ]
Inscrit le 04/01/2013
1 messages publiés
Une question qui peut paraître étrange. Dans la grille tarifaire demandée à Google le point est la partie décimale (???) et la virgule sépare les milliers. D'où ça sort ça ?
Inscrit le 02/04/2010
1028 messages publiés
le point est la partie décimale (???) et la virgule sépare les milliers. D'où ça sort ça ?

Notation anglo-saxonne.
Elisheva, le 04/01/2013 - 14:11
Si mon site parle d'un super article sur le Monde, avec lien et mention expresse de l'auteur, je lui fais de la pub, je lui amène des visiteurs...et je dois encore payer pour ça?

En fait, il y a un paradoxe dans ce genre de propos:
Si tu mets un lien sur ton site, c'est que tu juges qu'il apporte une certaine valeur ajoutée à celui-ci, non ?
Il n'est donc pas illogique qu'une partie de cette valeur ajoutée soit distribuée à l'auteur du contenu. La plupart considère que la pub que tu leur fais est une compensation suffisante.
Mais si l'un des auteurs estime que le lien que tu mets a beaucoup de valeur et qu'il en demande 100€. C'est son appréciation.
A toi de comparer la valeur ajoutée à ton site et la demande qu'il en fait. Si tu trouve que tu n'es pas gagnante, tu vire son lien et puis c'est tout.
Où est le problème ?
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
@ sixbis & Elisheva & WickedFaith

C'est vous qui devriez vous mettre d'accord et fournir le résultat consensuel: au moins ce serait preuve qu'il y'a action de neurones et pas de réactions épidermiques.

--------------Sixbis
Je regrette juste la limite basse de leurs revendications: un simple lien! comme une source citée à la fin d'un livre.
-------------WickedFaith
Ce n'est paradoxal que si tu sors des règles du jeu: citer une source. Par exemple j'ai une soutenance, dois-je cacher toutes les sources? Dans une discussion contradictoire, dois-je t’asséner un avis magistral? Et la règle du jeu, aussi bien tacite que légale, dit que tu peux sans contrepartie. "La pose d'un lien hypertexte externe est donc libre au regard du site visé dès lors qu'il est ouvert au public".

http://oumph.free.fr...hyperliens.html

-------------Elisheva
"citer deux phrases avec mention de l'auteur, on peut parler de pillage du travail de quelqu'un". Non, pas en France.
"un droit d'auteur qui n'a aucun fondement. Ni juridique, ni légitime". C'est ce qu'ils veulent changer.
[message édité par Severe le 04/01/2013 à 18:15 ]
Severe, le 04/01/2013 - 18:06
-------------WickedFaith
Ce n'est paradoxal que si tu sors des règles du jeu: citer une source. Par exemple j'ai une soutenance, dois-je cacher toutes les sources? Dans une discussion contradictoire, dois-je t'asséner un avis magistral? Et la règle du jeu, aussi bien tacite que légale, dit que tu peux sans contrepartie. "La pose d'un lien hypertexte externe est donc libre au regard du site visé dès lors qu'il est ouvert au public".

Pour ta soutenance, si la boite refuse que tu dévoiles certaines sources, tu es tenu de leur obéir...
Concernant les liens, je remarque que l'immense majorité des gens qui fréquentent ce site trouveraient anormal qu'on puisse linker un profil sur une photo sur Facebook sans l'accord du profil...
Qu'en penses-tu ? Trouves-tu que Facebook devrait autoriser que chacun linke qui il veut, ou trouves-tu normal qu'un profil linké refuse de figurer sur certaines photos ?
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
" ouvert au public "
Les profils Facebook sont ouverts au public (au minimum le nom/prénom)
Est-ce ton seul commentaire ?
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Si je sors dans la rue et baisse mon froc, je viens pas faire le manche car quelqu'un a pointé du doigt un endroit où le soleil ne brille jamais.
Tu ne réponds pas.
Inscrit le 29/07/2010
1024 messages publiés
Concernant les liens, je remarque que l'immense majorité des gens qui fréquentent ce site trouveraient anormal qu'on puisse linker un profil sur une photo sur Facebook sans l'accord du profil...
Qu'en penses-tu ? Trouves-tu que Facebook devrait autoriser que chacun linke qui il veut, ou trouves-tu normal qu'un profil linké refuse de figurer sur certaines photos ?


Si un profil Facebook est privé, même si tu le linkes tu ne verra pas le contenu tant que tu n'as pas eu l'autorisation.
Si l’utilisateur a mis son profil en public et bien...il est public.
Il est où le problème au juste ?
Bref si il ne répond pas à ta question, c'est peu être aussi parce que ta question est complètement conne !
[message édité par june le 05/01/2013 à 13:13 ]
Il n'existe pas de profil Facebook privé.

Il est où le problème au juste ?

Il te suffit de lire les commentaires des habitués dans les articles qui parlent de l'identification de personnes sur les photos et tu comprendras où est le problème.
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Je n'ai pas de profil Facebook, je suis contre identifier les gens là-dedans.

Mais si je me créais un compte Facebook, en connaissant les règles du jeu, je me mettrais dans la situation du gars qui baisse son froc en public et râle parce que qqun à pointé du doigt son trou du cul pour attirer l'attention de son voisin sur le spectacle.
Je peux demander du fric pour les photos et autres joyeusetés, mais en aucun cas interdire que le public puisse regarder, réagir et commenter ce que je leur montre volontairement.

" il n'existe pas de profil privé". Alors c'est un camp de nudistes.
[message édité par Severe le 05/01/2013 à 21:42 ]
Inscrit le 05/01/2013
2 messages publiés
Pas de lien hypertexte = pas de nouveaux visiteurs = pas de revenus publicitaires in site = titre qui coule

En attendant, si les journaux français adoptent une telle position, on pourra publier un extrait d'un article, le nom du journal (et du journaliste), mais du coup on ne fera pas de lien vers l'article en question :

Extrait du Code de la Propriété Intellectuel, article L122-5 :
"Lorsque l'oeuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire :
[...]
3° Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source :
[...]
B) Les revues de presse ;
[...]"
[message édité par ClovisG le 05/01/2013 à 00:37 ]
La revue de presse est réservée aux organismes disposant de carte de presse...
De plus, l'absence de lien n'empêche pas la venue de nouveaux visiteurs et les revenus publicitaires ne sont pas forcément l'objectif des journaux. Ils préfèrent de loin 1 abonné à 100 visiteurs.
Inscrit le 29/07/2010
1024 messages publiés
sauf que si on ne peut plus faire de liens vers ces sites, ils risquent forts de dégringoler du classement de Google
puisque que ce denier prend en compte les backlinks pour déterminer la valeur d'un site.
En gros si un site est peu cité, Google estime qu'il n'intéresse personne et qu'il est donc de peu de qualité
C'est leur problème. Pas le tien.
Severe, le 05/01/2013 - 21:13
Citation de l'article: " ils estimaient qu'un "lien vers un contenu protégé par le droit d'auteur constitue effectivement une violation des droits d'auteur". Elle demandait au législateur de préciser clairement dans la loi que le fait de réaliser des "liens profonds vers un contenu protégé par le droit d'auteur sans se conformer aux conditions d'utilisation du site lié et sans tenir compte des intérêts commerciaux de l'éditeur à protéger ses propres droits d'auteur est illicite" "

Tout à fait, ce qui est très différent de ce que tu as dit initialement.
En particulier: "sans se conformer aux conditions d'utilisation du site lié"
Il ne s'agit donc pas, contrairement à ce que tu avais dit de "obtenir l'autorisation expresse et explicite, avant de linker, Car cela s'appliquerait à tout le monde"
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
WickedFaith: http://oumph.free.fr...hyperliens.html
Exemple: « La création de liens hypertextes (simples ou profonds) vers le site Internet « lequipe.fr » est soumise à l'accord préalable du Directeur de la Publication de L'ÉQUIPE 24/24. »
Tu peux relever que les conditions que je cite ne sont pas ceux des irlandais. Cela m'obligerait à faire des recherches dans une langue que je ne maitrise pas mais tu imagines le résultat: pire que les demandes des sites francophones.

Ce sont bien des conditions d'utilisation? Qui exigent une autorisation avant de linker? Et les irlandais signifient bien que cette autorisation puisse être payante? Et ils demandent une loi?

Donc j'additionne 1+1+1 et je maintiens: "si une loi passe, comme ils le demandent, qu'il faille obtenir l'autorisation expresse et explicite, accessoirement onéreuse, avant de linker,... cela s'appliquerait à tout le monde et je peux deviner l'usage qui en serait fait."
[message édité par Severe le 05/01/2013 à 23:26 ]
Severe, le 05/01/2013 - 21:26
Ce sont bien des conditions d'utilisation? Qui exigent une autorisation avant de linker? Et les irlandais signifient bien que cette autorisation puisse être payante? Et ils demandent une loi?


Ce sont les leurs. Ce ne sont pas celles de Numérama qui n'aurait pas à changer ses CGU.
Ils ne demandent pas une loi imposant leur modèle à tous, il demandent une loi leur autorisant d'appliquer le modèle qu'ils ont choisi pendant que les autres sites appliquent le modèle qu'ils souhaitent.
Mais tu cherches à leur imposer le modèle que tu as choisi.
Tu n'es pas le chantre de la liberté ici: tu imposes ton avis aux autres alors qu'eux veulent juste pouvoir décider de leur propre sort (et uniquement de celui là

La réaction de MdMax est d'ailleurs très claire là dessus: il ne veut pas de ceux qui ne pensent pas comme lui sur "son" internet.
[message édité par WickedFaith le 06/01/2013 à 00:05 ]
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Enfin le fond du problème.
"Ils demandent une loi leur autorisant à appliquer le modèle qu'ils ont choisi pendant que les autres sites appliquent le modèle qu'ils souhaitent."

Peux-tu m'en écrire plus sur ce modèle, comment ils vont l'appliquer et quelles en seront les répercussions sur les autres sites?
Inscrit le 29/07/2010
1024 messages publiés
Mais putain encore une fois le Web est basé sur le protocole HTTP, pour HyperText Transfert protocol
Le lien est la base du Web.C'est comme ça qu'il a été construit. C'est ce qui créé son équilibre. Plus de liens, plus de Web, car c'est toute sa structure qui s'écroule.
Si il y a plus de liens qui pointent vers ces sites, les robots de Google ne pourront même pas y passer vu qu'il n'y aura plus de portes d'entrée. Et sans ces portes d'entrée ces sites seront complètement coupés du reste du web = mort assuré. C'est de la pure technique
Quand tu vend du journal papier tu sais que techniquement il faut passer par un imprimeur. Tu vas pas t'amuser à vendre ton canard entièrement écrit à la main et ça même si tu es contre le concept de l'imprimerie.
Et bien quand tu fais du web tu dois savoir que techniquement tu dois passer par le lien.

La définition de Wikipedia est d'ailleurs très claire la dessus :
" Le World Wide Web (WWW), littéralement la « toile (d’araignée) mondiale », communément appelé le web, le Web, et parfois la toile, est un système hypertexte public fonctionnant sur internet qui permet de consulter, avec un navigateur, des pages accessibles sur des sites. L’image de la toile d'araignée vient des hyperliens qui lient les pages web entre elles"
https://fr.wikipedia.org/wiki/Web


Et quand tu accuses MdMax de vouloir imposer SA vision du Web là ça devient franchement du foutage de gueule.
Il ne parle pas de sa vision, mais de comment le web a été construit techniquement par son créateur Tim Berners-Lee qui est quand même le mieux placé pour expliquer comment ça marche vu que c'est SON invention.
Après si tu penses que cette invention est débile, je t'invites à te rendre au CERN et proposer ton propre système vu que tu penses être plus intelligent que Tim Berners-Lee lui même !
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Même réponse qu’à MdMax mais je peux y rajouter ça qui découle de tes propos:
-qui contrôle l'hyperlien contrôle le web.
-si les règles ne me conviennent pas, je change les règles.

[message édité par Severe le 06/01/2013 à 02:14 ]
Inscrit le 29/07/2010
1024 messages publiés
MdMax, le 06/01/2013 - 00:36


Déjà il faudrait ne pas confondre Internet et Web. Il n'y a pas plus doué que toi ici pour totalement déformer les propos des autres.

Exact. J'ai oublié de le signaler. C'est quand même drôle ces mecs qui croient tout savoir alors qu'ils ne sont même pas foutu d'employer les bon termes.
Heureusement que Numerama est censé être un site de geek pour "réfléchir le numérique", sinon qu'est ce que ça serait, sérieux !
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Ceci était une réponse à MdMax qui expliquait le fonctionnement et la philosophie du réseau, mais son post a disparu...
--------------------------------------
Laisse tomber, le problème n'est pas la compréhension du réseau, c'est "comment se faire du fric".
Et faire du fric c'est faire la guerre, provoquer des famines, polluer, manipuler... donc le fonctionnement du réseau = "après moi le déluge".

[message édité par Severe le 06/01/2013 à 16:24 ]
Inscrit le 29/07/2010
1024 messages publiés
Sauf qu'au lieu de se faire plus de frics ils vont tout simplement grave se planter.
Pour reprendre mon analogie avec l'imprimerie c'est comme si demain ils décidaient de vendre leur journaux écrits à la main pour ne plus dépendre de l'industrie de l'imprimerie. Très vite ils se rendront compte que ce n'est pas viable et feront faillite.
Le système de liens c'est pourtant du donnant-donnant. Je bénéficie de la valeur ajoutée de ton lien et en échange je t’amène des visiteurs. Le problème avec ce système c'est qu'il est ultra démocratique car il profite aussi bien aux petits qu'aux gros. Et pour les ogres de la presse, ceci est insupportable. Ce qu'ils veulent en fait c'est le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière. Ils veulent que Google les référence pour leur apporter des visiteurs mais ils veulent aussi que Google les payent pour cela. Ils veulent pouvoir utiliser des liens vers des blogs et des tweets, et même leur piquer leur contenus sans scrupule comme ils ont pris l'habitude de le faire et tout en même temps ils veulent faire payer ceux qui veulent juste faire des liens vers leurs propres contenus.
Pour justifier cette arnaque, ils vont aller pleurer auprès du gouvernement en jouant les causettes. Bouh ! On ne fait plus de profits, c'est la fin de la presse ! Mais bizarrement ils leurs restent quand même encore du frics pour faire du lobbying.
Tout comme l'industrie du divertissement qui est du même tonneau dans la connerie, ils se justifient en prétendant qu'on a besoin d'eux sinon c'est la mort de la culture, de la démocratie et toussa.
Sauf qu'en réalité la mort de l’industrie du disque n’empêchera pas les artistes à continuer de faire des oeuvres et celle de la presse traditionnelle (qui est aussi une grosse industrie ne l'oublions pas), n’empêchera pas les journalistes à continuer d'informer. Ils le feront juste d'une autre manière, via un modèle économique différent.
L’industrie de la presse tel qu'elle est, est amené à disparaître, surtout si elle persiste dans sa connerie. Et encore plus que l'industrie du divertissement qui tient encore du fait que les gens veulent écouter les artistes et voir les films à la mode (sauf que le jour où ces artistes se passeront de cette industrie, et ça arrivera un jour, ce sera la mort)
Alors que pour la presse traditionnelle, il existe des alternatives tout aussi sérieuses, voir de meilleur qualité.
Ce qui va se passer c'est que les petits sites, au lieu de payer pour faire des liens vers les sites des grands journaux, feront à la place des liens vers des sites moins connus tout aussi de qualité mais qui ne demanderont rien en échange. Tout comme Google qui voyant l'audience de ces sites augmentée, fera en priorité des liens vers eux.
Et là quand Le Nouvel Obs et compagnie verront leurs audiences dramatiquement chutées, ils iront encore plus pleurer auprès des politiques. Sauf que ce coup ci les politiques leurs diront "hé oh ! ça suffit ! Ils existe maintenant une autre presse qui fonctionne très bien. Pourquoi on vous aiderait vous ?"
Bon pas au début, car des pots de vins seront versés comme le veut la bonne tradition française
Mais les politiques ça tournent et quand la nouvelle génération arriva, elle n'en aura plus rien à foutre de cette vieille presse toute moisie du siècle dernier.
Severe, le 06/01/2013 - 01:53
Peux-tu m'en écrire plus sur ce modèle, comment ils vont l'appliquer et quelles en seront les répercussions sur les autres sites?

Le modèle; pouvoir faire payer les gens qui souhaitent linker leur site.
Comment l'appliquer: en demandant à ceux qui linkent soit de retirer le lien, soit de payer.
Répercussions sur les sites ne souhaitant pas faire payer: aucune.
Severe, le 06/01/2013 - 02:09
Même réponse qu'à MdMax mais je peux y rajouter ça qui découle de tes propos:
-qui contrôle l'hyperlien contrôle le web.
-si les règles ne me conviennent pas, je change les règles.

"qui controle l'hyperlien" ??? Tu t'es cru dans une série télé ?

Un hyperlien est un concept. Ca ne se controle pas.
Actuellement il n'y a que des liens gratuits. Il est souhaité de pouvoir en faire des payants et des gratuits, c'est quoi le problème ?

june, le 06/01/2013 - 15:05
Sauf qu'au lieu de se faire plus de frics ils vont tout simplement grave se planter.

C'est très probable en effet.
Et alors ? Ils sont libres de prendre des risques si ça leur chante. On ne t'interdit pas d'acheter un billet de Loto parce que tu as toutes les chances de "grave te planter".
Inscrit le 28/08/2004
6815 messages publiés
WickedFaith, le 04/01/2013 - 16:40
En fait, il y a un paradoxe dans ce genre de propos:
Si tu mets un lien sur ton site, c'est que tu juges qu'il apporte une certaine valeur ajoutée à celui-ci, non ?
Il n'est donc pas illogique qu'une partie de cette valeur ajoutée soit distribuée à l'auteur du contenu. La plupart considère que la pub que tu leur fais est une compensation suffisante.
Mais si l'un des auteurs estime que le lien que tu mets a beaucoup de valeur et qu'il en demande 100€. C'est son appréciation.
A toi de comparer la valeur ajoutée à ton site et la demande qu'il en fait. Si tu trouve que tu n'es pas gagnante, tu vire son lien et puis c'est tout.
Où est le problème ?


Sauf que l'estimation de l'auteur (supérieure à la pub gratuite, ben voyons!) est incongrue, puisqu'il a besoin ce public. .
Pour moi, c'est un deal gagnant-gagnant, les deux sont bénéficiaires.

De même qu'un bloggeur ne demandera jamais à un journal de payer pour la pub qu'il fait à un journal (imagine la tête du directeur si on lui demandait de payer pour le citer!), je ne vois pas pourquoi il devrait lui payer pour envoyer de l'audience au journal. Si l'une des parties suréstime sa valeur, alors le problème est bien là.


Maintenant, le cas Google que tu cites est bien évidemment plus problématique: peut-on parler de pillage ou de publicité?

En tant qu'internaute, il m'arrive d'aller sur Google Actu, et si un sujet m'intérese, je clique sur le lien pour en savoir plus, car un simple titre accrocheur ne me suffit pas, j'ai besoin d'une analyse poussée et pas juste des titres racoleurs parfois loins de la vérité. Le journal gagne donc bien un visiteur. Le problème est différent pour un internaute qui se contente de lire les titres mais n'entre pas.

Or, personne ne peut l'obliger à ouvrir le lien pour lire sur le journal en ligne. Le souci est donc plus au niveau de l'usage par les internautes, car de facto, il me semble que Google leur fait avant tout de la pub.

Je vois cela un peu comme une vitrine de magasin que Google ferait gratuitement en présentant les meilleurs modèles de chaque magasin/journal: cela peut aider à faire que les gens s'arrêtent devant, à attirer leur attention...mais on ne les obligera pas à entrer, et encore moins à acheter quelque chose.

Du reste, je sais déjà que si une loi est mise en place, Google les déréférencera. Ces journaux n'auront rien gagné dans l'affaire, car Google a une position telle qu'il peut se passer d'un journal qui râle, il y en a tant d'autres.

Une solution serait peut-être de revoir la présentation de Google Actu, pour que l'internaute soit en quelque sorte contraint d'ouvrir le lien pour savoir l'info. On mettrait un peu moins de contenu dans la pge Google pour que l'inernaute ait besoin de lire la page du journal. Alors, ce serait vraiment une pub gratuite pour les journaux...à creuser!
[message édité par Elisheva le 07/01/2013 à 13:08 ]
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
@ WickedFaith

Le modèle est d'obliger les sites à demander avant de linker, ce qui signifie de choisir les sites qui vont pouvoir linker, sur quoi et quand ils vont linker. Et en bonus une rétribution, des procès ( si par exemple le lien est mis dans les commentaires ).
Répercussions sur les autres sites: jette un œil à la liste de ceux qui mettent ces CGU alors qu'elles ne sont pas contraignantes légalement. Et maintenant projette-toi un chouia dans l'avenir si une telle loi passe et dis-moi combien et quelles seront le genre de sites qui auront ces CGU. Que la presse?
Cela ne va-t-il pas faire deux web, celui entre potes qui s'échangent des liens et l'autre pouilleux en-dehors? Pouilleux dont les articles seront des cours magistraux sans preuves et les commentaires une nation de Trolls? Ou alors Pouilleux qui devrait payer au moins un à cinq liens sur trente, soit 300€ par article? Quinze articles par jour? Tu crois qu'un site comme numérama pourrait payer 100 000€/an? Les autres sites? La presse écrite spécialisée internet, jeux?

Maintenant logique déductive: si un site doit demander une autorisation avant de linker ( et à tout le monde car pas le temps de lire les CGU des 175 millions de sites actifs ), si doit attendre le bon plaisir de monseigneur avant de publier, si doit réserver 100 000€, si doit faire des ronds de jambes pour obtenir d'autres autorisations à l'avenir, si doit empêcher les liens des commentaires ...
Si ça ce n'est pas la féodalité appliquée au web... Jolie comme série TV.
Tu aurais confiance dans une telle information dés que le Pouilleux sera hors jeu?

Et là je me suis juste permis d'expliquer ce que j'entendais par les concepts "contrôle de l'hyperlien" et "répercussion".
[message édité par Severe le 06/01/2013 à 17:45 ]
Inscrit le 24/12/2011
2269 messages publiés
Faire payer le lien, ou interdire le lien (c'est fondé sur le même principe) est un contre-sens total.
A partir du moment où vous mettez un contenu en ligne, il est accessible sur une adresse unique (une URL). N'importe qui, tapant cette URL, atteint votre contenu. Votre contenu est librement accessible. Il ne peut pas y avoir de "librement accessible" et "librement accessible mais pas le droit de donner l'adresse sans mon consentement.
Si vous voulez que votre contenu ne soit pas librement accessible, c'est possible.
Mais s'il est accessible et public, vous ne pourrez pas contrôler les méthodes de partage de son adresse.

Je pourrais faire des centaines de métaphore, du type :
- c'est comme interdire d'indiquer où se trouve votre ouvrage dans les rayons de la bibliothèque municipale
- c'est comme ouvrir une boutique en ville et interdire que l'on transmette son adresse
- c'est comme faire un concert gratuit mais rendre payant les flyers, et interdire à quiconque de transmettre le lieu et l'heure
etc.

Mais le fondement est simple : le contenu que vous mettez en ligne fait partie de votre patrimoine intellectuel, mais pas son adresse.
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Simple bon sens. Juste. Mais comme pour la base technologique de fonctionnement du web et comme pour la philosophie sous-tendant le réseau, cela ne les intéresse pas. Où est le fric? Où est le contrôle?
Si pour survivre tels qu'ils sont ils doivent mettre à mal le principe de l'hyperlien, ils le feront.

"Un estomac affamé n'écoute pas la raison", "D'abord la bouffe, la morale après"...
http://www.expressio...-d-oreilles.php
Elisheva, le 06/01/2013 - 17:15
Sauf que l'estimation de l'auteur (supérieure à la pub gratuite, ben voyons!) est incongrue, puisqu'il a besoin ce public. .
Pour moi, c'est un deal gagnant-gagnant, les deux sont bénéficiaires.


Pour toi, c'est gagnant-gagnant, mais eux ont visiblement un autre avis...
Tu sais bien que je pense également que c'est gagnant-gagnant, mais je ne vois pas de quel droit toi et moi leur imposerions notre façon de penser.
Je vois cela un peu comme une vitrine de magasin que Google ferait gratuitement en présentant les meilleurs modèles de chaque magasin/journal: cela peut aider à faire que les gens s'arrêtent devant, à attirer leur attention...mais on ne les obligera pas à entrer, et encore moins à acheter quelque chose.


Tu ne te rends pas compte qu'en faisant ainsi, Google obtient un fort pouvoir sur le journal: Il devient celui qui organise la mise en page d'un meta-journal, choisissant qui a le droit de figurer en première page et qui doit figurer en 8ème page avec 1 entrefilet.
Des sites comme Numérama ou PCINpact se sont à un moment livrés pieds et poings liés à Google. Les deux publient régulièrement des articles expliquant à quel point c'est dangereux pour eux, pour leur société et pour les employés qui dépendent de l'algo de Google pour savoir s'il seront virés ou non dans 3 mois.

Ces journaux n'auront rien gagné dans l'affaire, car Google a une position telle qu'il peut se passer d'un journal qui râle, il y en a tant d'autres.


Sauf que justement, ces journaux se syndiquent... C'est ce qui a toujours permis aux faibles de faire en sorte que leur avis soit pris en compte.
Un journal d'ampleur internationale ne peut pas dépendre de l'algo Google. C'est un pari que tout le monde dénonce, ici-même et même ici.

Depuis cette affaire Google Actu, j'ai cessé d'utiliser ce service (que je trouvais pourtant extrêmement pratique).
Google ne doit pas avoir la main mise sur l'information. c'est trop dangereux.

@Severe
X


Non, ça ne concerne que les sites en question, soit environ 15 sites (quelques dizaines potentiellement). Le reste du net ne serait pas affecté.
Tant que tu généraliseras n'importe comment, il est inutile de discuter.
[message édité par WickedFaith le 07/01/2013 à 02:33 ]
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
@ WickedFaith
"Non, ça ne concerne que les sites en question, soit environ 15 sites (quelques dizaines potentiellement). Le reste du net ne serait pas affecté.
Tant que tu généraliseras n'importe comment, il est inutile de discuter."

196 sites rien que dans le lien que j'ai fourni des sites francophones.
Pour la généralisation, cela s'appelle prélever un échantillon représentatif ( et je pense que le nombre, les CGU fournis et le comportement des sites ( surtout de presse ) à travers le monde font un sondage acceptable, sans devoir pondérer car ils augmentent leurs revendications chaque fois qu'ils l'ouvrent ) et en déduire une probabilité que les sites ressemblants se conduisent de pareille manière.
Et quand tu maintiens que le reste du web ne serait pas affecté par une loi imposant de demander l'autorisation de linker alors que j'avais écrit: "si un site doit demander une autorisation avant de linker ... si doit attendre le bon plaisir de monseigneur avant de publier, si doit réserver 100 000€, si doit faire des ronds de jambes pour obtenir d'autres autorisations à l'avenir, si doit empêcher les liens des commentaires ..." , je suis d'accord que la discussion s’arrête ici.
[message édité par Severe le 07/01/2013 à 17:42 ]
Inscrit le 28/08/2004
6815 messages publiés
Pour toi, c'est gagnant-gagnant, mais eux ont visiblement un autre avis...
Tu sais bien que je pense également que c'est gagnant-gagnant, mais je ne vois pas de quel droit toi et moi leur imposerions notre façon de penser.

Soit, mais pourquoi pourraient voudraient-ils nous imposer leur position? Pourquoi ne pourrais-je pas dire par exemple que c'est moi qui leur fait de la pub sur mon blog très suivi?

Tu ne te rends pas compte qu'en faisant ainsi, Google obtient un fort pouvoir sur le journal: Il devient celui qui organise la mise en page d'un meta-journal, choisissant qui a le droit de figurer en première page et qui doit figurer en 8ème page avec 1 entrefilet.
Des sites comme Numérama ou PCINpact se sont à un moment livrés pieds et poings liés à Google. Les deux publient régulièrement des articles expliquant à quel point c'est dangereux pour eux, pour leur société et pour les employés qui dépendent de l'algo de Google pour savoir s'il seront virés ou non dans 3 mois.

En effet, et c'est bien là que le problème se pose le plus. Google est un cas à part en raison de sa position.

Mais peut-on faire une loi pour un seul site, sachant que la loi sera applicable à tous? Juridiquement, cela risque d'être bien glissant.

Sauf que justement, ces journaux se syndiquent... C'est ce qui a toujours permis aux faibles de faire en sorte que leur avis soit pris en compte.
Un journal d'ampleur internationale ne peut pas dépendre de l'algo Google. C'est un pari que tout le monde dénonce, ici-même et même ici.

Là encore, je suis d'accord sur le principe, mais je me pose une question: si des sites sont bons, les visiteurs viennent même sans passer par Google (pour en entendre parler). En revanche, s'ils n'existent que grâce au référencement, c'est qu'ils y gagnent. Pourquoi faire payer ce qui leur fait un énorme pub gratuite? Doit-on leur assurer une visibilité forcée (et comment, puisque pour chaque recherche, certains se retrouvent toujours plus loin et sont moins visibles)?

Bien sûr que c'est à double tranchant...mais si un site n'existe que grâce à la Google, quid de sa vraie valeur? Et comment baser son modèle économique dessus?

Je n'ai pas la prétention d'avoir la réponse, je m'interroge simplement...
Elisheva, le 07/01/2013 - 10:15


Soit, mais pourquoi pourraient voudraient-ils nous imposer leur position? Pourquoi ne pourrais-je pas dire par exemple que c'est moi qui leur fait de la pub sur mon blog très suivi?

Ils ne t'imposent rien d'autre que de ne pas référencer leur site, ça n'affecte pas beaucoup ta liberté...
Par ailleurs tu dis leur faire de la pub, mais c'est une atteinte au droit des marques: ce que tu considères comme de la pub peut très bien être considéré comme allant à l'encontre de la politique éditoriale du journal, et donc lui faire du tort.
Exemple: si tu mélanges des liens vers "Le monde" et des liens vers "onnouscachetout". Le monde peut juger préjudiciable d'être ainsi cité.
En effet, et c'est bien là que le problème se pose le plus. Google est un cas à part en raison de sa position.

Mais peut-on faire une loi pour un seul site, sachant que la loi sera applicable à tous? Juridiquement, cela risque d'être bien glissant.

La news montre justement qu'il ne s'agit pas d'une loi pour un site unique, mais que tous les sites posent potentiellement problème aux éditeurs.
La loi, si elle est juste (ne retirant donc pas plus de droit que ne le veut l'adage "la liberté des uns s'arrête..."), n'est pas un problème.

En revanche, s'ils n'existent que grâce au référencement, c'est qu'ils y gagnent. Pourquoi faire payer ce qui leur fait un énorme pub gratuite?

Les sites de journaux sont justement des sites qui ont une base solide d'audience sans avoir besoin d'un référencement intensif.
S'il veulent faire payer ce que tu appelles de la pub, c'est tout simplement parce qu'ils considèrent que ce n'est pas de la pub qui les sert (suffisamment).


Ce sont eux qui ont les chiffres des referers, les stats d'abonnements suite aux visites, le nombre de pages visitées, etc.
Ce sont donc les seuls à pouvoir deviner si cette "pub" est rentable ou pas.
Inscrit le 28/08/2004
6815 messages publiés
Ils ne t'imposent rien d'autre que de ne pas référencer leur site, ça n'affecte pas beaucoup ta liberté...


Si on veut: le droit de citation existe en droit français. Ils veulent une modification dans LEUR intérêt (supposé ) de la Loi. On peut donc parler de lobbying, puisque cela va gêner l'internaute moyen sans rien lui apporter, bien au contraire (je parle ici en dehors du cas Google).

Exemple: si tu mélanges des liens vers "Le monde" et des liens vers "onnouscachetout". Le monde peut juger préjudiciable d'être ainsi cité.


Là, on peut carrément parler d'un contrôle, d'un droit de regard sur les sites qui les référencent. Dangereux.

Un journal comme le Monde, pour reprendre ton exemple, pourrait interdire à un blogueur de répondre à une tribune parue dans ses colonnes? Interdire de répondre lorsqu'une info parue est fausse et que quelqu'un de compétent entend remettre les pendules à l'heure? Dire que tel site est suffisamment respectable pour parler de lui, mais pas tel autre? Interdire à une association/un club de sport/un organisme quelconque de pointer vers un article qui parle de son activité?

Du reste, craindre l'effet amalgame, c'est nier que l'internaute va de toute façon se faire son opinion. Et côté manipulation, c'est justement la pluralité des sources et la possibilités de commenter/répondre qui permet d'ouvrir le débat et donc d'éviter la censure voire la police de la pensée.

Je m'emporte sans doute, mais je trouve que, sous couvert de combattre le méchant Google, les éditeurs risquent de toute perdre. Non seulement Google ne se pliera pas à leurs arrangements, mais la Loi restera opposable au citoyen lambda qui fait un usage légitime du droit de pointer vers un article.

La news montre justement qu'il ne s'agit pas d'une loi pour un site unique, mais que tous les sites posent potentiellement problème aux éditeurs.


Alors la question est de créer une loi équitable. Et applicable, car entre le problème des frontières (la loi française, un blogueur canadien s'en balance), le risque de poursuite pour un nombre incalculable de sites) et les parades (URL courte) que les internautes trouveront pour y échapper, ça va être coton.

Les sites de journaux sont justement des sites qui ont une base solide d'audience sans avoir besoin d'un référencement intensif.
S'il veulent faire payer ce que tu appelles de la pub, c'est tout simplement parce qu'ils considèrent que ce n'est pas de la pub qui les sert (suffisamment).

Ce sont eux qui ont les chiffres des referers, les stats d'abonnements suite aux visites, le nombre de pages visitées, etc.
Ce sont donc les seuls à pouvoir deviner si cette "pub" est rentable ou pas.


Oui, ils ont les chiffres actuels...et ceux en cas de déréférencement par Google ET par les innombrables sites qui en parlent? Leur audience risque de chuter pas mal, et ils seront les premiers à s'en plaindre.

Le web est justement basé sur cette constante mise en relation. S'ils ne veulent aucun visiteur à part ceux qui viennent sciemment sur leur page d'accueil, aucun doute que leur audience sera bien réduite.

Leur modèle économique est sûrement à revoir, avant de demander un taxe ou un droit d'auteur assez bancal.
[message édité par Elisheva le 08/01/2013 à 13:18 ]
Severe, le 07/01/2013 - 17:30
196 sites rien que dans le lien que j'ai fourni des sites francophones.


Sur plus de 700.000 sites français actifs. Soit 0.03% du web français actif !
(et environ 0.007% des sites français)
[message édité par WickedFaith le 07/01/2013 à 18:51 ]
Inscrit le 24/02/2009
2236 messages publiés
Je l'avais bien cherché en répondant 196 a ton 15.
Mais tu te doutes bien, vu le contexte et le sujet, que le critere important est le qualitatif, non le quantitatif. Vaudrait mieux mettre ta réponse en perspective du nombre de pages vues / nombre de visiteurs / nombre de liens externes, et mettre en évidence les sites de presse / information du public.
Elisheva, le 07/01/2013 - 13:25
Si on veut: le droit de citation existe en droit français.

Pour pinailler, je dirais que le lien ne relève pas forcément du droit de citation, et qu'on pourrait imaginer un régime différent pour les citations et les liens.
Mais peu importe, merci pour la discussion ouverte que nous avons eu.
Inscrit le 08/01/2013
1 messages publiés
C'est consternant de bêtise.

Je pense surtout qu'ils sont sur un modèle économique en perdition et qu'ils ne voient pas de solution.

Tout webmaster ou spécialiste du SEO cherche à avoir des liens entrants, pour mettre son site en valeur et améliorer son référencement. Beaucoup de sites paient pour avoir des liens entrants.

Pourquoi avoir un site invisible ? Autant le supprimer.

La solution pour calmer les journaux pourrait donc passer par un déréférencement total de leur site : pas de liens dans les moteurs de recherche, pas de trafic, donc effondrement des revenus publicitaires (les annonceurs paient pour être vus). Il suffit de feuilleter un journal ou un magazine pour saisir l'importance de la pub !

Non seulement l'argument juridique de ces journaux est sans fondement, mais il peut se retourner contre eux : Les journalistes ne font souvent que reprendre les propos de personnalités ou les dépêches des agences de presse.
Inscrit le 28/08/2004
6815 messages publiés
WickedFaith, le 07/01/2013 - 18:57

Elisheva, le 07/01/2013 - 13:25
Si on veut: le droit de citation existe en droit français.


Pour pinailler, je dirais que le lien ne relève pas forcément du droit de citation, et qu'on pourrait imaginer un régime différent pour les citations et les liens.
Mais peu importe, merci pour la discussion ouverte que nous avons eu.

Mais je t'en prie, le forum sert à cela.
Inscrit le 16/01/2013
1 messages publiés
Voici encore un nouvel exemple de sociétés qui perdent leur temps à essayer de sauver ce qui ne peut pas l'être, au lieu de s'appliquer à trouver de nouveaux modèles économiques... ça donne envie de pleurer !
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Janvier 2013
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10