La société Trend Micro a mis en garde les internautes contre l'existence de fausses pages web imitant celles des éditeurs de navigateurs web. Ces liens tentent de leur faire croire qu'une mise à jour de Firefox, Google Chrome ou Internet Explorer est disponible, afin de les infecter. La France est le premier pays touché par ce phénomène, selon l'entreprise d'antivirus.

Conçu pour naviguer sur le web, le navigateur est très rapidement devenu un logiciel incontournable. Il est en effet au centre des activités numériques de l'internaute, que celui-ci consulte un site d'information, se connecte à un réseau social, regarde ses comptes en banque ou se divertit. Le rôle crucial du navigateur fait évidemment de ce dernier une cible de choix, obligeant son éditeur à renforcer régulièrement sa sécurité.

C'est ainsi que les cinq principaux navigateurs utilisés dans le monde (Internet Explorer, Firefox, Google Chrome, Safari et Opera) sont régulièrement mis à jour, à la fois pour se conformer aux standards du web, fournir de nouvelles fonctionnalités et assurer une navigation sûre à leurs utilisateurs. Mais que faire lorsque les mises à jour elles-mêmes peuvent s'avérer suspectes ?

La société japonaise Trend Micro, spécialisée dans la conception de logiciels de sécurité, a publié cette semaine un article dans lequel elle met en garde les internautes contre les tentatives de hameçonnage simulant de fausses mises à jour pour Internet Explorer, Firefox ou encore Google Chrome (les trois navigateurs les plus utilisés parmi les cinq cités précédemment).

Des sites web imitent en effet les pages web des éditeurs pour berner les usagers afin de les pousser à installer une fausse mise à jour de navigateur. Une fois le programme récupéré et installé, l'ordinateur de la victime est alors infecté. Et parmi les pays observés, la France est le pays le plus touché, loin devant les États-Unis, l'Espagne, le Mexique et l'Australie.

Échapper à cette menace est néanmoins assez simple. S'il est évidemment impératif d'utiliser un antivirus à jour pour bloquer les tentatives d'infection les plus récentes, il convient également d'adopter de bonnes pratiques en évitant par exemple de cliquer sur des liens suspects ou inconnus (sa structure apparaît en bas du navigateur, lorsque la souris pointe sur un lien).

Une autre solution est de conserver en favoris l'adresse officielle de l'éditeur du navigateur utilisé, afin d'être certain de ne pas tomber sur une fausse page web. Enfin, certains navigateurs n'ont plus forcément besoin d'attendre l'action de l'usager pour s'actualiser, grâce à la généralisation de la fonction de mise à jour automatique. Celle-ci ne nécessite souvent qu'un simple redémarrage du navigateur.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés