Questionné sur l'apport de la technologie dans son travail d'écrivain, Frédéric Beigbeder a profité de l'occasion pour tacler Internet, les réseaux sociaux et le numérique. S'inquiétant de l'addiction de certains à l'égard de Facebook, l'intellectuel français a présenté le net comme l'empire de la bêtise et de la méchanceté.

Frédéric Beigbeder est-il un néo-luddite qui s'ignore ? Régulièrement invité dans les médias à faire la promotion de ses oeuvres, l'écrivain et critique français s'est fait remarquer à plusieurs reprises en tenant des propos assez durs à l'égard du progrès technologique. Récemment encore, l'intellectuel a taclé les réseaux sociaux, le numérique et Internet lors d'un entretien accordé à Sud-Ouest.

Interrogé sur le rôle des technologies dans son travail, Frédéric Beigbeder a défendu une approche traditionnelle de l'écriture, d'aucuns diront artisanale, loin des sirènes la technologie. L'auteur de 99 francs se tient à bonne distance du réseau des réseaux, expliquant avoir "horreur de ça".

"Le numérique me fait peur, Facebook, c’est le nouvel opium du peuple. Je n’ai pas envie d’apprendre tous ces nouveaux trucs, pas le temps, pas envie de me forcer. Internet, c’est l’empire de la méchanceté, de la bêtise ; n’importe quel abruti a droit au chapitre", a-t-il développé. Peut-être fait-il allusion aux critiques de Nick Denton, directeur de la publication à Gawker, et rapportées par W.I.P. ?

Lors du festival texan South by South West, celui-ci a dénoncé le niveau pitoyable des commentaires sur Internet. "Les trolls et les spammeurs ne sont pas le problème, on peut les gérer avec force brutalité. La vraie tragédie, c’est le triomphe de la médiocrité. À la fin des années 90, on pensait que l’on pourrait capturer l’intelligence de l’audience. Ce n’est pas ce qu’il s’est passé".

Quoiqu'il en soit, Frédéric Beigbeder ne se fait pas d'illusion. Il sait pertinemment qu'il fait "un peu réac' dans une époque très progressiste" et que son discours sera 'inévitablement accueilli par une volée de bois vert. Mais peut-être a-t-il oublié que ses précédentes sorties sur le sujet étaient loin de faire dans la dentelle ? À l'automne, l'écrivain avait tenu un discours catastrophique et sans nuance à l'égard du livre électronique.

( photo : CC BY-SA Georges Biard )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés