Fermé par les autorités ukrainiennes, sans doute pour des considérations diplomatiques, Demonoid ne répond plus. Des membres du mouvement Anonymous ont depuis organisé une opération pour venger le tracker BitTorrent en attaquant plusieurs sites du gouvernement et d'organisations anti-piratage.

La riposte n'a pas tardé. Sitôt les raisons de la fermeture de Demonoid connues, des Anonymous ont décidé de venger le tracker BitTorrent en démarrant l'opération #opDemonoid. L'objectif ? Sanctionner l'attitude du gouvernement ukrainien, qui est en effet soupçonné d'avoir organisé la mise hors d'état de nuire du site pour des considérations politiques.

La presse locale considère que les autorités ont voulu plaire aux Américains, au moment où le vice-premier ministre s'est rendu outre-Atlantique pour parler de la contrefaçon. Jusqu'à présent, Demonoid n'avait jamais véritablement été inquiété. Mais les précédents survenus en Espagne en Suède accréditent l'hypothèse d'une manœuvre à des fins diplomatiques.

D'après Security Week, des attaques informatiques ont été lancées contre plusieurs sites web appartenant au gouvernement, liés aux médias ou appartenant à des organismes chargés de la lutte contre le piratage. Citons ainsi le National Television and Radio Broadcasting Council of Ukraine (nrada.gov.ua), l'Ukrainian Agency for Copyright and Related Rights (uacrr.kiev.ua) et le Ukrainian Anti-Piracy Association (apo.kiev.ua).

Ces opérations ont été essentiellement constituées d'attaques par déni de service distribuées (DDOS), mais des appels ont également été lancés pour défigurer certains sites web, comme celui dédié au président ukrainien (president.gov.ua). Mais selon nos constatations, la page est intacte : soit l'attaque a échoué, soit elle n'a pas encore eu lieu ou bien elle a été rapidement contrée.

Aux yeux de l'industrie du divertissement, Demonoid était une cible prioritaire à abattre. La Motion Picture Association of America (MPAA), qui défend les intérêts des studios de cinéma américains, a placé ce site sur liste noire, aux côtés d'autres sites de liens BitTorrent très connus des internautes, comme The Pirate Bay et BTJunkie.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés