La Commission européenne s'intéresse au marché des lecteurs de CD et DVD, où une entente illicite impliquant treize constructeurs pourrait avoir cours. Si aucun nom n'a été livré, Bruxelles estime que cette entente dure depuis près de cinq ans.

Élément central dans un ordinateur, en tout cas présent sur un grand nombre d'ordinateurs, le lecteur de CD et / ou de DVD évolue dans un secteur où de nombreux fabricants sont en concurrence, de Samsung à LG Electronics, en passant par Lite-On, Plextor, Philips ou encore Sony. Au total, un peu moins de trente sociétés se partagent l'essentiel du marché. Suffisant pour éviter toute entente ? Apparemment non.

La Commission européenne suspecte en effet treize sociétés d'avoir enfreint les règles communautaires "en participant à une entente au niveau mondial". Le communiqué bruxellois "s’inquiète d’éventuelles pratiques coordonnées du fait de ces fournisseurs lors d’appels d’offres portant sur des lecteurs de disques utilisés dans les ordinateurs personnels et les serveurs organisés par deux grands équipementiers".

De l'identité des treize entreprises suspectes, on ne saura rien. Bruxelles rappelle qu'il ne s'agit pour l'heure que d'un point de vue préliminaire et que l'envoi des griefs aux firmes potentiellement impliquées dans cette entente ne préjuge pas de l'issue de l'enquête. Selon la Commission européenne, cette manipulation potentielle des procédures d’appels d’offres a duré cau moins cinq ans.

Si les faits sont confirmés, cela "constitue l’une des infractions les plus graves aux règles de l’Union européenne en matière d’ententes" et peut aboutir à une amende pouvant atteindre jusqu'à 10 % du chiffre d’affaires annuel mondial des sociétés concernées.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés