C'est une victoire cruciale pour Wikileaks, qui ne vit que grâce aux dons des internautes. Un tribunal islandais a jugé que le blocage des transactions financières à destination du site web lanceur d'alerte était illicite. La justice a ordonné la levée de l'embargo mis en place contre Wikileaks.

Pénalisées par le blocage financier organisé par différents intermédiaires financiers, les finances de Wikileaks devraient pouvoir très prochainement respirer. Le site web spécialisé dans la divulgation de documents confidentiels vient de proclamer sa victoire en justice contre Valitor (ex-Visa Iceland), qui est l'un des principaux acteurs du paiement électronique en Islande et s'occupe des transactions avec les cartes Visa et MasterCard.

Selon le communiqué de Wikileaks, diffusé sur Twitter, le tribunal de Reykjavík a statué que Valitor a violé la loi en bloquant les dons par carte de crédit destinés au site web. Les juges ont ordonné la levée de cet embargo financier sous 14 jours, faute de quoi Valitor devra s'acquitter d'une amende journalière de 800 000 couronnes islandaises (environ 5100 euros).

Pour Wikileaks, ce jugement est déterminant pour son avenir. Le site web estime en effet que le blocage décidé par les sociétés de carte de crédit, mais aussi certains établissements bancaires, a entraîné une baisse des dons de 95 %. Au total, Wikileaks évalue ce manque à gagner autour de 20 millions de dollars. Des solutions alternatives avaient toutefois été mises en place pour compenser ces restrictions.

Le site considère que c'est le gouvernement américain qui est à l'origine de ces sanctions. WikiLeaks s'est en effet fait mondialement connaître il y a deux ans en publiant d'une part des documents classifiés sur les guerres d'Irak et d'Afghanistan et d'autre part des télégrammes diplomatiques du département d'Etat des Etats-Unis. Or quelques mois après, le blocage financier est apparu.

Le combat de WikiLeaks pour débloquer les dons des internautes ne s'arrête pas à ce jugement. Le site précise que des actions en justice sont en cours dans d'autres pays et que la Commission européenne enquête également sur ce dossier. Selon le site, les conclusions de l'investigation devraient être connues avant la fin août et Bruxelles décidera alors quelles suites donner à cette affaire.

Rappelons à ce sujet la vidéo parodique tournée par Wikileaks, critiquant MasterCard en détournant l'une de ses publicités :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés