Du jour au lendemain, avec les mises à jour imposées à Diablo 3, Blizzard peut modifier la valeur intrinsèque des objets achetés en euros sonnants et trébuchants dans son hôtel des ventes. L'éditeur refuse de dédommager les joueurs dont les objets sont ainsi dépréciés, en rappelant que sur Diablo, même achetés, les objets n'appartiennent jamais au joueur qui les achète.

Pour permettre aux joueurs d’acheter et de revendre des items obtenus dans son jeu vidéo, Blizzard a intégré dans Diablo 3 un « hôtel des ventes » avec argent réel, qui lui permet au passage d’encaisser des commissions sur des ventes d’objets purement virtuels. L’éditeur prélève ainsi 1 euro par transaction lorsqu’il s’agit d’équipement (armes, pièces d’armure, accessoires et autres objets uniques), ou 15 % lorsqu’ils s’agit d’objets dits « consommables » (gemmes, matériaux, teintures, pages, recettes…).

Les clients peuvent soit acheter les objets immédiatement, soit utiliser un système d’enchères. Les items achetés permettent de progresser plus rapidement dans le jeu, notamment en augmentant les caractéristiques du personnage incarné.

Mais attention, les règles peuvent changer, et les objets peuvent donc se déprécier du jour au lendemain. C’est en effet la douloureuse expérience faite par un lecteur, Condor, qui nous explique qu’il s’est fait avoir en achetant d’abord un anneau puis « une cuirasse rare » qui lui permettait d’obtenir « + 12 % de vitesse d’attaque« .

« Il s’agissait pour moi d’une caractéristique déterminante parmi toutes puisque plus le pourcentage de vitesse d’attaque est élevé, plus mon personnage tape vite« , explique Condor. Parce qu’il a « un bon travail à côté« , qui lui permet de se dégager un budget pour Diablo 3, il trouve « plus intéressant d’acheter quelques pièces d’équipement pas cher plutôt que de tourner en rond dans le jeu pendant des heures en espérant les voir tomber » (les pièces d’équipements tombent aléatoirement en tuant des monstres dans le jeu, mais les meilleurs ont une très faible probabilité d’apparaître, et leurs caractéristiques sont aléatoires). C’est donc sans hésiter qu’il propose d’enchérir 10 euros pour obtenir la fameuse cuirasse, dont l’enchère s’achève 36 heures plus tard.

Or, « pendant l’enchère Blizzard déploie une mise à jour du jeu modifiant entre autres cette caractéristique en la divisant par 2, rendant ainsi obsolète ou du moins fortement moins intéressant ce type d’orientation de personnage basé sur la vitesse d’attaque« , constate Condor. Impossible, néanmoins, d’interrompre l’enchère. Blizzard ne veut rien entendre, et répond à son client :

Merci de nous avoir contactés.

Je conçois parfaitement votre désarroi et votre frustration vis-à-vis de l’application du patch et de ses conséquences sur l’objet que vous aviez acheté à l’Hôtel des Ventes Argent Réel.

Je tiens toutefois à vous rappeler que les modifications apportées par le patch 1.0.3 (notamment sur la vitesse d’attaque) ont été postées sur notre site officiel à la date du 6 juin 2012 au lien suivant : http://eu.battle.net/d3/fr/blog/5055288

Le message a donc été posté 14 jours avant la mise en place de la mise à jour, temps que nous considérons comme suffisant pour prendre les dispositions nécessaires.

Dans tous les cas, l’Assistance Clientèle n’a pas les moyens techniques de vérifier les statistiques des objets. Nous ne pourrons donc en aucun cas intervenir dans cette situation

Pour savoir que l’objet qu’il convoitait allait perdre une grande partie de son intérêt et donc de son intérêt, il aurait fallu que le joueur consulte régulièrement le blog du jeu. Aucune information n’avait été apportée dans le jeu lui-même ou dans l’hôtel des ventes.

Sur le blog en question, il est effet écrit que « nous avons décidé de réduire l’efficacité de la vitesse d’attaque augmentée de manière globale« , et de « réduire tout simplement la valeur de cette propriété dans les objets« , mais sans que le niveau de cette réduction soit exprimé. Impossible pour Condor, même s’il avait lu le blog, de savoir que la « vitesse d’attaque » de son objet allait être divisée par deux.

Devant l’insistance du joueur, qui demande l’annulation de la vente du fait des modifications substantielles apportées à l’objet vendu, les services de Blizzard répondent à nouveau au joueur. Cette fois en sortant l’arme juridique ultime : le contrat d’adhésion qui lie le joueur, et que bien sûr personne n’a lu.

Je suis le Maître Draienda et vous contacte concernant une pièce d’équipement.
Bien que je comprenne votre frustration vis à vis de ces pièces, Diablo III est un jeu vivant qui évolue au fil des patch et va continuer de changer.
Consulter régulièrement le site officiel Diablo III est une bonne manière de connaitre ce qui va changer avant de le lire sur les notes de mises à jour le jour de son implantation.
D’autre part, je vous rappelle que les conditions d’utilisations que vous avez validées et donc acceptées stipulent :
14. Propriété du Butin. Vous convenez des points suivants :
A. Blizzard est propriétaire ou détient le droit d’utiliser tous les Butins, ainsi que l’intégralité des personnages et du contenu qui apparaissent dans Diablo III.
B. Vous n’êtes propriétaire d’aucun Butin, personnage ou contenu qui apparaît dans Diablo III et vous ne détenez de droit ou de titre sur aucun des Butins, à l’exception de la licence d’utilisation du Butin qui vous est concédée par Blizzard, avec le jeu et l’Hôtel des ventes.
Vous trouverez l’ensemble de ces conditions d’utilisation ici : http://eu.blizzard.com/fr-fr/company/legal/d3rmah_tou.html
J’espère avoir répondu à vos interrogations.
Je vous souhaite une excellente continuation, et bonne chance dans vos aventures à venir !
Bien à vous,
Votre Maître de Jeu Draienda.
Blizzard Entertainment
Le plus fou, dans l’histoire, est que le compte de Condor a été « suspendu pour vérification ». Pour vérifier quoi ? Il ne le sait pas. « Ce compte Diablo III a été suspendu en raison d’un problème rencontré avec l’hôtel des ventes. Jusqu’à la résolution de ce problème, le compte restera inaccessible et l’accès à l’hôtel des ventes sera interdit« , se contente d’expliquer Blizzard, qui demande au joueur de le contacter pour retrouver son accès.
« Donc je n’obtiens rien de concret mais mon compte est suspendu parce que je réclame estimant être lésé et dans mon droit (en tout cas de bonne foi) »‘, déplore notre lecteur. Son compte Battle.net étant suspendu, il ne peut même plus jouer seul à Diablo 3 – puisque Blizzard impose une connexion pour jouer en solo.
« Je ne veux pas les laisser faire« , dit-il. « Il y a là un gros problème concernant les droits des utilisateurs et les abus des éditeurs. Surtout que le développement du jeu vidéo va vers des modèles free-to-play, c’est-à-dire que le jeu est en accès gratuit mais avec des micro transactions pour évoluer. Le comportement des éditeurs fait peur pour la suite« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés