La Free Software Foundation Europe (FSFE), qui défend le logiciel libre en Europe, a lancé mardi une campagne de communication pour faire comprendre conscience aux utilisateurs et aux développeurs que le système Android de Google n’est pas totalement libre et transparent. Elle souhaite encourager une plus grande ouverture du principal concurrent de l’iOS d’Apple, et expliquer aux consommateurs comment retrouver leur pleine liberté sur leurs smartphones et tablettes tactiles.

La Fondation reproche notamment le fait que certains téléphones sous Android sont équipés du système Carrier IQ qui récolte un grand nombre de données sur l’utilisateur faite des téléphones, ou qu’il existe des applications comme Twitter qui puissent obtenir une copie intégrale du carnet d’adresses.

« Si le système d’exploitation Android est en grande partie libre, beaucoup d’applications, elles, en revanche, ne le sont pas« , regrette Karsten Gerloff, le président de la FSFE. « Les appareils mobiles contiennent énormément de données personnelles. Grâce à cette campagne, nous allons non seulement faire prendre conscience aux utilisateurs des téléphones intelligents et tablettes de l’importance de la notion de respect de la vie privée et de liberté ; mais aussi leur donner les moyens de perfectionner leurs appareils« .

Sur le site de l’opération, la FSFE invite notamment les utilisateurs à installer des distributions alternatives d’Android, comme le célèbre CyanogenMod, même s’il reconnaît qu’il n’est pas non plus entièrement libre. En particulier parce qu’il repose sur des drivers et firmwares non libres. Il incite également à utiliser des boutiques d’applications exclusivement libres, comme F-Droid, ou à contacter les développeurs d’applications propriétaires pour leur demander de les publier en open-source sous licence libre (un wiki est dédié aux réponses obtenues).

L’objectif de la FSFE pourrait cependant être atteint plus efficacement avec le système Boot To Gecko de Mozilla, que nous présentions ce matin en vidéo. Il repose en effet exclusivement sur des logiciels libres et des formats ouverts, et peut être installé par exemple sur un téléphone Samsung Galaxy S2, vendu sous Android.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés