Alors qu'un rapport du CSA préconisait le passage de la TNT à un encodage en MPEG-4 (au lieu du Mpeg-2) et une norme de diffusion en DVB-T2 (au lieu de DVB-T), le gouvernement a choisi de temporiser, sans livrer de calendrier sur la transition qui exigera un renouvellement des équipements dans les ménages.

Il est urgent de prendre son temps, et pour une fois, on ne s’en plaindra pas. Le gouvernement, qui avait entamé l’an dernier des démarches auprès de Bruxelles pour changer la norme de diffusion de la TNT, semble finalement décidé à calmer le pas. « Le Gouvernement a choisi de ne pas changer dans l’immédiat la norme de diffusion de la TNT, afin que les téléspectateurs comme les opérateurs bénéficient d’un cadre clair et connu pour les années à venir« , a fait savoir le ministère de la Culture dans une réponse au député Christian Ménard.

« Cette décision garantit surtout que l’ensemble des téléspectateurs continueront de recevoir les chaînes de la TNT sans avoir à changer de téléviseur. Elle garantit également que les six nouvelles chaînes en haute définition, pour lesquelles le Conseil supérieur de l’audiovisuel a lancé un appel à candidatures le 18 octobre 2011, seront reçues sans renouvellement de matériel dès le second semestre 2012« , justifie la rue de Valois.

L’an dernier, la précipitation avec laquelle le gouvernement semblait vouloir changer la norme de diffusion de la TNT, du DVB-T au DVD-T2, avait été perçue comme une manière de faire obstacle au projet de chaîne gratuite de Canal+, pour contenter TF1 et M6. Pour recevoir la nouvelle chaîne, sous la nouvelle norme, les téléspectateurs auraient en effet dû s’équiper de décodeurs DVB-T2, ce qui limitait le pouvoir de nuisance du projet de Canal+. Mais depuis, la filiale de Vivendi a acheté les chaînes Direct 8 et Direct Star du groupe Bolloré, diffusées sous la norme actuelle, ce qui a neutralité toute contre-attaque perfide.

« Compte tenu des investissements que cela exige pour les téléspectateurs et les opérateurs, le Gouvernement a décidé de donner le temps nécessaire afin de laisser le parc de téléviseurs de renouveler naturellement, sans contrainte pour le téléspectateur« , indique le ministère de la Culture.

Le projet, qui a de réels intérêts techniques, n’est cependant pas abandonné. « Le principe d’une généralisation de la norme de compression MPEG-4 et d’un changement de norme de diffusion (du DVB-T au DVB-T2) est arrêté pour les années à venir« , assure-t-il, en expliquant que « cette transition permettra de mieux gérer la ressource en fréquences, bien public rare et précieux, mais également d’apporter à nos concitoyens des services innovants et de renforcer la diversité culturelle et le pluralisme« .

Selon le rapport du CSA remis l’an dernier, qui demandait cette transition, le DVB-T2 permettrait de transporter 67 % de données supplémentaires, pour offrir 32 chaînes HD et des services interactifs complémentaires, comme la VOD.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés