L'avocat de Will.I.Am a-t-il fait cavalier seul sur le dossier MegaUpload ? Alors que l'hébergeur attaque en justice Universal Music, le chanteur dément avoir demandé la censure du clip promotionnel. De son côté, MegaUpload a publié l'accord passé avec le leader des Black Eyed Peas.

Le conflit entre MegaUpload et Universal Music prend une tournure nouvelle. D’après les informations obtenues par Torrentfreak, Will.I.Am n’a jamais autorisé son avocat à intervenir auprès des plates-formes de vidéos, dont YouTube et Vimeo, pour demander le retrait du clip promotionnel de MegaUpload, et dans lequel le leader des Black Eyed Peas apparaît et chante les louanges du service d’hébergement.

« Le 12 décembre, j’ai parlé directement avec Will.I.Am à propos de cette affaire, et il m’a personnellement assuré qu’il n’avait absolument pas autorisé la soumission de la moindre demande de retrait en son nom » a expliqué Kim Schmitz, l’un des fondateurs de MegaUpload. Autrement, l’initiative de l’avocat, Ken Hertz, n’a pas été approuvée par le chanteur, et cela à aucun moment.

C’est The Hollywood Reporter qui a le premier évoqué le rôle de Ken Hertz dans le retrait du clip des plates-formes de vidéos. Selon les propos attribués à l’avocat du chanteur américain, Will.I.Am n’aurait « jamais consenti à la chanson de MegaUpload, comme de nombreux autres artistes qui apparaissent dans la vidéo« . En conséquence, le conseil juridique de l’artiste est intervenu auprès des plates-formes spécialisées.

Comme nous l’expliquions alors, il s’agit-là d’un comportement bien curieux que de participer à l’élaboration d’une communication d’un hébergeur spécialisé, en s’inspirant des codes d’un clip, pour ensuite chercher par tous les moyens à empêcher le site d’hébergement d’en diffuser le résultat et de faire sa promotion. C’est pourtant cette ligne qu’a choisi de suivre Universal Music pour justifier son action.

Peut-on imaginer que Ken Hertz n’était pas au courant de l’accord passé entre Will.I.Am et MegaUpload pour la réalisation de ce clip ? Cela semble franchement assez invraisemblable. À première vue, il s’agit plutôt d’une erreur de l’avocat, qui est connu pour défendre les intérêts de plusieurs autres célébrités américaines. Peut-être a-t-il lancé une demande de retrait sans s’assurer de son fondement ?

« Le demandeur a obtenu des accords de chacune des personnes qui apparaissent dans la vidéo, y compris Will.I.Am » peut-on notamment lire dans la plainte de MegaUpload contre Universal Music. « Dans l’accord qu’il a signé, Will.I.Am a explicitement renoncé à tout intérêt qu’il peut avoir dans les droits d’auteur, acceptant que le demandeur soit l’unique propriétaire« .

MegaUpload en tout cas publié l’accord qu’il a passé avec le chanteur américain, afin de prouver à tous que le clip a été réalisé en respectant scrupuleusement les droits et les intérêts de chacune des parties. Rappelons à ce propos que contrairement au droit français, où les droits moraux sont incessibles, le copyright peut être intégralement cédé par contrat.

Megawilcontract

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés