Après leurs aînés, c'est au tour des jeunes de l'UMP d'être la cible d'un piratage. Les coordonnées de 1800 membres du mouvement ont été ciblées par un internaute, en exploitant une faille de conception présente sur le site du mouvement pour le Haut-Rhin. Aucune diffusion en ligne n'est toutefois survenue, l'internaute ayant préféré alerter les responsables du parti.

C’est une fin d’année mouvementée pour l’UMP. Un peu moins d’un mois après la diffusion sur Internet de données personnelles appartenant à un millier de cadres du parti, voilà que les jeunes adhérents sont à leur tour victimes d’un piratage. Selon Télérama, un peu plus de 1800 membres sont concernés par cette nouvelle affaire de sécurité informatique.

Le magazine explique que c’est le site web destiné aux Jeunes Pop du Haut-Rhin qui a été « visité » par un internaute. Celui-ci a pu mettre la main sur diverses informations personnelles appartenant aux membres de la branche jeune de l’UMP. On retrouve en particulier des numéros de téléphone, des adresses postales, des adresses électroniques ou encore des dates de naissance.

Des mots de passe en clair et des identifiants ont même été repérés dans d’autres fichiers, ce qui est particulièrement problématique en matière de sécurité informatique. Nombreux sont en effet les internautes à faire le choix d’un seul et même mot de passe pour se connecter à d’autres services en ligne. Un attaquant pourrait ainsi accéder à d’autres informations sensibles dans un but malveillant.

Par chance pour les Jeunes Populaires, l’internaute ayant déniché la « faille de conception » du site pour accéder aux données s’est montré responsable. Contrairement à la fuite qui a frappé les dirigeants de la majorité présidentielle début novembre, aucune diffusion n’a été commise et les responsables du parti dans le département ont été alertés.

Dans le cas de la fuite ayant touché les responsables de l’UMP, les auteurs avaient donné une explication politique à leur geste. L’objectif en publiant ces informations était de rappeler que des centaines de personnes sont la cible de pirates dans « l’indifférence totale de ces sociétés privées piratées et des responsables politiques« . La carte nationale d’identité électronique avait été aussi brocardée à cette occasion.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés