Le très haut débit progresse lentement mais sûrement. Le dernier observatoire de l'Arcep sur l'état du haut et du très haut débit en France montre que le nombre d'abonnements très haut débit a atteint le seuil des 600 000 abonnés. C'est 80 000 de plus par rapport au trimestre précédent.

Le déploiement du très haut débit se poursuit en France. Comme à chaque trimestre, l’Arcep a publié jeudi son observatoire sur l’état du haut et du très haut débit dans l’Hexagone. Selon les dernières statistiques publiées par le gendarme des télécoms, le nombre d’abonnements Internet haut et très haut débit sur réseaux fixes atteint 22,4 millions.

Sans grande surprise, c’est essentiellement les raccordements en haut débit qui constituent l’essentiel du parc haut et très haut débit. L’Arcep note que le déploiement des réseaux en fibre optique a connu une forte progression sur l’année (+40 %), avec 1,35 million de logements éligibles au 30 septembre. Néanmoins, le nombre d’abonnements très haut débit reste faible.

À la fin du troisième trimestre, l’Arcep constate que le nombre d’abonnements très haut débit se fixe à 600 000. C’est 80 000 de plus qu’au trimestre précédent. Sur l’année, l’Arcep note que le nombre d’abonnements au FTTH a progressé de 71 %. Dans le détail, cela représente 175 000 en fibre optique jusqu’à l’abonné (+ 20 000 sur le trimestre) et 425 000 avec terminaison en câble coaxial (+ 25 000 sur le trimestre).

Au total, il y a environ 4,3 millions de logements qui sont éligibles à des offres très haut débit en fibre optique avec terminaison en câble coaxial. Rappelons que l’Arcep a estimé le coût de la couverture complète du territoire en très haut débit à 21 milliards d’euros. Ce processus doit se terminer dans un peu moins de quinze ans, en 2025, si les objectifs de Nicolas Sarkozy sont suivis.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés