Hulu vise toujours le Vieux Continent. Disponible aux Etats-Unis et au Japon, le site gratuit de streaming mène actuellement des négociations avec les ayants droit en Europe, et en particulier en Allemagne. Le service américain se heurte toutefois à l'hostilité des chaînes de télévision, qui ne veulent pas voir leur propre portail de VOD être concurrencé par un nouveau venu.

Lancé en 2007 par Walt Disney, NBC Universal et News Corp, Hulu est un service gratuit de vidéo à la demande qui permet aux internautes de voir ou revoir des séries télévisées, des émissions ou des longs-métrages, parfois avant leur diffusion à la télévision. Très populaire aux États-Unis, Hulu est incontestablement l’une des offres légales les plus abouties à ce jour.

Le problème est que cette plate-forme particulièrement réussie est uniquement réservée aux internautes américains. Pour des questions de droits d’auteur, les internautes étrangers ne peuvent pas en effet accéder normalement au site web, à moins de passer par un proxy situé aux États-Unis. Un filtrage est effectué sur les adresses IP étrangères afin de bloquer les internautes situés hors des USA.

Cette restriction géographique, imposée par les ayants droit pour empêcher les internautes étrangers de regarder les vidéos référencées sur Hulu, devrait toutefois s’amoindrir dans les prochaines semaines. En effet, le site américain GigaOM rapporte qu’un lancement de la plate-forme américaine en Allemagne est en cours d’étude. À terme, Hulu compte percer sur le marché européen.

À l’heure actuelle, Hulu n’est disponible que dans un seul autre pays : le Japon. La plate-forme projette pourtant depuis 2009 de conquérir le Vieux Continent. Les clauses d’exclusivité régionale obtenues par les chaînes de télévision comme TF1, Canal+ ou M6 bloquent toutefois l’arrivée d’Hulu, puisque la plate-forme ne pourra pas proposer de séries TV américaines tant que ces clauses perdureront.

Comme nous l’expliquions alors, il faudrait que les chaînes de télévision acceptent de revoir à la baisse ces clauses d’exclusivité afin de permettre que Hulu arrive en France et participe au développement de l’offre légale, l’un des moyens incontournables pour lutter contre le piratage des contenus. Cela pourrait se faire par une participation aux bénéfices par la joint-venture américaine.

Toutefois, les chaînes françaises ne sont pas du tout dans cette optique puisqu’elles développent de la vidéo à la demande payante via des portails dédiés : My TF1 VOD, CanalPlay VOD et M6 VOD. Elles n’ont aucune envie de passer par un portail étranger, gratuit et financé par la publicité. Une situation qu’on retrouve également en Allemagne, les chaînes préférant lancer leur propre dispositif.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés