Cette semaine est organisée partout en Europe la "semaine européenne de la robotique", en partenariat avec la Commission Européenne. Elle vise à encourager les jeunes étudiants à se spécialiser dans ce domaine porteur et de plus en plus concurrentiels. Quelques évènements ont lieu en France.

Aujourd’hui lundi commence la semaine européenne de la robotique, qui se déroule du 28 novembre au 4 décembre 2011. Pour l’occasion, plus de 350 évènements sont organisés à travers l’Europe, avec plus de 130 participants répartis dans 19 pays. « Cette semaine vise à inspirer l’éducation aux technologies chez les étudiants de tous âges, pour qu’ils poursuivent leurs carrières dans des domaines liés aux STEM, c’est-à-dire les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques« , expliquent les organisateurs.

En France, quelques (trop) rares évènements sont organisés à cette occasion : découverte de la robotique pour les enfants à l’Université Pierre et Marie Curie le 30 novembre de 14h à 16h, exposition de véhicules robotisés et de robots d’assistance humaine à l’INRIA (Sophia-Antipolis) le 30 novembre toute la journée, découverte d’une structure architecturale entièrement construite par des robots volants à Orléans le 1er décembre à 18h…

La Commission Européenne appuie l’initiative. « Dans le futur proche des robots et des appareils avec des fonctions robotiques seront utilisés presque partout (…). La robotique aidera l’industrie européenne à rester compétitive contre la concurrence mondiale« , assure-t-elle. « Une part considérable de la recherche en robotique en Europe est concentrée sur la recherche médicale et de réadaptation, telles que la chirurgie robotisée et la rééducation, par exemple avec les patients victimes d’attaques qui ont besoin d’une surveillance constante et d’un soutien régulièrement ajusté« .

Bruxelles soutient en particulier deux robots : le poisson FILOSE, et le robot humanoïde open-source iCub.

La semaine européenne de la robotique est également l’occasion de mettre en avant le programme ECHORD (European Clearing House for Open Robotics Development), qui se déroule depuis janvier 2009 et doit s’achever en février 2013. Piloté par trois universités européennes, ECHORD rassemble 53 universités et 80 entreprises industrielles de toutes tailles qui mènent ensemble des expériences liées à la robotique.

En France, ECHORD s’est concrétisé notamment par le projet BABIR, qui vise à offrir une meilleure reconnaissance vocale et par le projet GRASPY qui vise à développer une vision stéréoscopique utile pour mieux saisir les objets. Les deux projets sont destinés à améliorer le robot Nao développé par Alderbaran Robotics :

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos