Internet sera l'un des canaux d'information les plus utilisés par les Français lors de l'élection présidentielle de 2012. Un sondage place en effet le réseau des réseaux en deuxième position du classement, derrière la télévision mais devant la radio et la presse écrite. Lors de la précédente campagne, Internet était nettement plus en retrait.

N’en déplaise aux autres médias, Internet devient une source d’information très importante pour bon nombre de Français. C’est ce qui ressort d’un sondage conduit par OpinionWay auprès de 1040 personnes, qui place le réseau des réseaux en deuxième position du classement des sources d’information les plus consultées pour la présidentielle. Si Internet n’est pas encore au niveau de la télévision, il est néanmoins très loin devant la radio et la presse écrite.

Internet devant la radio et la presse écrite

À la question de savoir par quels moyens les Français comptent utiliser pour suivre les élections présidentielles de 2012, 65 % des sondés ont cité la télévision tandis que plus de la moitié de l’échantillon (52 %) a choisi Internet. Plus loin, nous retrouvons la presse écrite (38 %) puis la radio (27 %). Les documents et professions de foi envoyés à domicile par les partis politiques ne sont évoqués que par 24 % des sondés.

Il est par ailleurs intéressant de noter que le web comme outil d’information a connu une très forte progression ces dernières années. OpinionWay explique en effet qu’un an avant l’élection présidentielle de 2007, Internet était « au niveau de la presse écrite et de la radio« . On peut donc raisonnablement imaginer que le web, au regard de sa trajectoire, devienne le premier canal d’information pour une présidentielle dès 2017.

Un progrès pour la démocratie

Le sondage met également en lumière certaines vertus prêtées à Internet. Les sondés n’accordent en effet pas seulement la seconde place au réseau des réseaux dans ce classement. Plus de la moitié d’entre eux (55 %) estiment que le net jouera un rôle important (48 %), voire déterminant (7 %) dans la campagne présidentielle. À l’inverse, 37 % pensent que le net aura un rôle limité, pour ne pas dire nul (7 %).

Quoiqu’il en soit, plus des deux tiers (68 %) jugent le net comme un « progrès pour la démocratie« . Non seulement il permet d’avoir une influence importante sur leurs choix politiques (28 %), mais le réseau leur ouvre de nouvelles formes d’engagement et de réflexion. 35 % des Français ont ainsi signé une pétition en ligne, tandis que 23 % d’entre eux fréquentent des blogs d’idées.

Internet, un média de plus en plus crédible

La montée en puissance d’Internet comme source d’information, que ce soit pour la présidentielle de 2012 ou n’importe quel autre sujet, n’est pas vraiment une surprise, dans la mesure où la confiance envers le net suit la même trajectoire. En effet, un baromètre de confiance dans les médias de TNS Sofrès a montré que la crédibilité des sites web progresse très rapidement tandis que les autres médias ont tendance à reculer.

Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, d’assister à des reportages et des sujets produits par ces médias qui soulignent régulièrement les « dangers » de l’Internet en matière d’information. Ce n’est guère surprenant, dans la mesure où il s’agit avant tout d’un réflexe conservateur face à un média qui bouscule depuis quelques années la manière de produire de rapporter et de consommer l’information.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés