Ciblé par une procédure antitrust aux USA, Google devra montrer patte blanche dans deux domaines en particulier : Android et la recherche en ligne. Des sources proches de l'autorité américaine en charge de la régulation ont indiqué que les enquêteurs vont se pencher sur les secteurs-clés de la firme de Mountain View.

La vaste enquête conduite par la Federal Trade Commission (FTC), l’autorité en charge de la régulation de la concurrence aux États-Unis, sur les pratiques anticoncurrentielles dont Google est suspecté se met progressivement en place. Au Wall Street Journal, des sources proches de l’affaire ont indiqué que la FTC s’intéresse tout particulièrement à Android et au moteur de recherche de la société.

Le géant de Mountain View est en effet accusé par différentes entreprises européennes et américains d’abuser de sa position dominante, en particulier dans la recherche en ligne, pour mettre en avant ses propres solutions ou celles de ses partenaires au détriment des services proposés par la concurrence. Différentes actions judiciaires ont d’ailleurs été engagées de chaque côté de l’Atlantique.

Aux États-Unis, la Federal Trade Commission compte s’attarder sur les secteurs-clés de l’activité de Google. Dans la téléphonie mobile, l’autorité de régulation américaine se demande par exemple si la firme de Mountain View empêche les fabricants de téléphones mobiles optant pour l’O.S. Android d’utiliser des services conçus par des entreprises concurrençant certains produits de la société.

Dans la recherche en ligne, la FTC veut se pencher sur la hiérarchisation des résultats d’une requête. L’autorité américaine souhaite vérifier si oui ou non Google accorde une place de choix pour certains de ses services sur son moteur de recherche, comme Adresses (référencement local), Shopping (comparateur de prix) ou encore Finances (actualité boursière).

L’importante part de marché dont dispose Google dans la recherche en ligne, en particulier en Europe, pose un véritable problème de concurrence. De plus, la confidentialité de l’algorithme de recherche ne permet pas de s’assurer que les requêtes ne sont pas trafiquées pour mettre en avant les produits et les services de Google. Et les déclarations rassurantes de la société n’y changeront rien.

Les doutes sur la neutralité de Google dans la recherche en ligne ont récemment été ravivés avec la mise à jour de l’algorithme de recherche. Baptisée Panda, la procédure a bouleversé le classement et le référencement des comparateurs de prix et, curieusement, avait permis à Google Shopping de passer numéro un en l’espace de quelques mois.

La tâche s’annonce difficile pour les enquêteurs de la FTC, puisque le principe d’un moteur de recherche est d’appliquer un classement discriminant en fonction de différents critères internes. Toute la question est de savoir si ces critères s’appliquent à tout le monde, y compris Google, ou si certains résultats bénéficient d’un traitement de faveur. Comme ces critères sont secrets, la FTC aura une marge de manœuvre étroite.

L’un des points forts de cette enquête sera l’audition d’Eric Schmidt, l’ancien directeur exécutif de l’entreprise de 2001 à avril 2011. Celle-ci est prévue cet automne.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés