L'Hadopi a lancé aujourd'hui le site PUR.fr, sur lequel sont référencées les offres labellisées pour encourager les "usages responsables" sur Internet.

Label PUR - Pur.fr

La Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) a attendu ce lundi, jour de lancement officiel de sa grande campagne de communication, pour ouvrir son site internet de référencement des offres labellisées. Le site PUR.fr, dont l’entête nous dit qu’il promeut « un usage responsable de la culture », ouvre ainsi ses portes ce lundi. Mais il n’est qu’une version simplifiée du futur portail avec moteur de recherche que prépare l’Hadopi.

17 plateformes sont ainsi référencées pour son lancement. 10 pour la musique, 3 pour la VOD, 3 pour le jeu vidéo, 2 pour les logiciels, et 1 pour les images (le compte est bon, puisque certaines plateformes sont multi-thématiques). Le site Fotolia, qui avait fait l’objet d’une pétition de photographes pour s’opposer à sa labellisation, a bien reçu son label. En revanche, à cause de l’opposition de la Sacem qui réclame une participation sur leur chiffre d’affaires, la plupart des plateformes de vidéo à la demande n’ont pas pu recevoir le leur. Au final, seule la plateforme Vidéo à Volonté est référencée parmi les offres de VOD, les deux autres plateformes (Alloclips et Off.tv) étant des services d’Universal dédiées aux vidéos musicales.

Deezer, qui est pourtant poursuivi en contrefaçon par Universal Music, est bien référencé parmi les offres PUR. Mais il ne figure pas au listing des offres gratuites.

Le site lui-même est très simple, plutôt bien fait, et l’on remarque que l’ordre d’affichage des offres change à chaque chargement de page. Ce qui évite de favoriser une offre au détriment d’une autre, qui serait plus bas dans le classement. Par ailleurs, une page explique l’intérêt du label PUR. « Le label PUR vous aide à y voir plus clair : le public a l’assurance que les plateformes qui apposent le label proposent des contenus en ligne respectant les droits des créateurs« , indique le site internet, qui fait peu de cas de la plainte contre Deezer. Mais il poursuit en disant que « ainsi les internautes sont assurés de pouvoir profiter des œuvres qu’ils aiment en toute quiétude« , ce qui montre bien que l’objectif est d’abord et avant tout de fournir aux internautes des solutions sans risque au regard de la riposte graduée.

« Le téléchargement illégal et le streaming illégal fragilisent toute la chaîne de création qui permet la naissance des œuvres qui vous font vibrer« , assure aussi le site internet. « Sans vous, l’Hadopi ne peut rien. Et pour que les artistes que vous aimez continuent à vous surprendre et vous émouvoir, il devient plus que nécessaire d’adopter un comportement responsable sur internet. Avec l’Hadopi, montrons que nous aimons la création et ceux qui la font.« 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés